Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Quand je pense qu’on va vieillir ensemble. Une création collective des Chiens de Navarre au Théâtre du Gymnase, Marseille, jeudi 10 et vendredi 11 octobre 2013

Le Théâtre du Gymnase et le Festival actOral.13, l’aventure continue !
En “cette année capitale”, plus que jamais, le Théâtre du Gymnase sera l’écrin d’un des temps forts de l’édition actOral.13. Nouvelle coqueluche du théâtre français, de la presse et du public et gros succès de cette saison, le collectif Les Chiens de Navarre déjà bien connu du public d’Actoral, présentera son dernier opus “Quand je pense qu’on va vieillir ensemble”.


Quand je pense qu'on va vieillir ensemble © Philippe Lebruman
Quand je pense qu'on va vieillir ensemble © Philippe Lebruman
Amateur des contre-pieds saisissants, c’est en caressant à rebrousse poil le postulat qui donnait son titre à un fameux film de Maurice Pialat que la troupe des Chiens de Navarre s’amuse avec Quand je pense qu’on va vieillir ensemble des promesses d’une espérance de vie censée faire de chacun de nous des centenaires en puissance.
Prônant le jeu de massacre sociétal sans craindre les zones d’ombres poétiques pas plus que les plages de tendresse, le théâtre des Chiens de Navarre se réécrit lors de la représentation dans l’instantané de sa monstration. Neuf comédiens lâchés sur le plateau sous le regard d’un metteur en scène et chef de troupe qui, en la personne de Jean- Christophe Meurisse, veille chaque soir au grain, harmonise les performances entre les solistes en garant du tempo idéal.

Des rituels sorciers des Maîtres fous de Jean Rouch aux expériences destroy du cinéma de l’américain Harmony Korine, ce théâtre du rire cathartique adore aussi puiser son inspiration au coeur de la littérature, tels les écrits de l’auteur suédois Stig Dagerman qui, avec son texte testamentaire Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, irrigue le spectacle de sa présence fantomatique.

mise en scène Jean-Christophe Meurisse
création lumière et régie générale Vincent Millet
création et régie son Isabelle Fuchs

avec
Caroline Binder, Céline Fuhrer, Robert Hatisi, Manu Laskar, Thomas Scimeca, Anne-Elodie Sorlin, Maxence Tual, Jean-Luc Vincent

Théâtre du Gymnase
4, rue du Théâtre Français
13001 Marseille
www.lestheatres.net


Pierre Aimar
Samedi 7 Septembre 2013
Lu 81 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter