Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Philippe Torreton sera Hamlet lors des Fêtes nocturnes de Grignan 2011

Cet été, les Fêtes nocturnes de Grignan présenteront pour leur 22e édition Hamlet de William Shakespeare, dans une mise en scène de Jean-Luc Revol, avec Philippe Torreton dans le rôle-titre.


Mais qui est Hamlet ? par Jean-Luc Revol, metteur en scène

Jean-Luc Revol © DR
Jean-Luc Revol © DR
Peut-être simplement un esprit titanesque qui se débat dans la prison de son être… Mais dans cette prison, n’est-il pas le roi d’un espace infini ? On peut alors penser que c’est un être naïf et mélancolique, perpétuellement tiraillé entre conscience et action. Il accepte la situation qui lui est imposée tout en se révoltant contre elle, en restant extérieur au rôle qu’on veut lui faire jouer, tout en le dépassant.
Introduite par le fantastique (tout comme Macbeth), la pièce est aussi une grande pièce politique. La peur, au château d’Elseneur, ronge tout et la politique pèse sur chaque sentiment. Les personnages en sont asphyxiés jusqu’à la folie. Tous se surveillent et s’épient. Jusqu’au carnage final et l’arrivée du jeune Fortinbras qui balaiera les cadavres et se positionnera en nouveau chef de file et peut-être futur tyran. Elseneur est une réduction du mécanisme de la terreur. Une dictature miniature. Il n’y a plus de place pour l’amour. Hamlet se dissimule derrière le masque de la folie pour mieux accomplir son coup d’état. Et c’est cette vengeance politique qui tue tous les autres sentiments, car à ce stade-là, la politique devient elle-même une terrifiante folie. La question bien sûr étant : Hamlet est-il devenu réellement fou ?
Jean-Luc Revol

Philippe Torreton

Philippe Torreton © DR
Philippe Torreton © DR
Élève du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, il fréquente les classes de Madeleine Marion, Catherine Hiegel et Daniel Mesguich ; il y reviendra pour enseigner en 2008.
Philippe Torreton entre en 1990 à la Comédie-Française comme pensionnaire. Il en devient sociétaire en 1994. Après des rôles parmi les plus prestigieux comme Scapin, Lorenzaccio, Henry V, Tartuffe ou George Dandin, il quitte la Comédie-Française en 1999. Distingué en 1996 par le Prix Gérard Philipe de la Ville de Paris, il interprète le Capitaine Conan dans le film éponyme de Bertrand Tavernier. Ce rôle lui vaut le César du meilleur acteur en 1997. Il joue aussi, toujours pour Tavernier, dans Ça commence aujourd'hui.
Au théâtre, il interprète, entre autres, On ne refait pas l’avenir d’Anne-Marie Étienne. Il est Robert III d’Artois, dans la série diffusée sur France 2, Les Rois maudits.
Durant la saison 2005-2006 il incarne Richard III, de William Shakespeare, dans une mise en scène de Philippe Calvario. Au théâtre il est aussi présent en 2009 dans Oncle Vania d’Anton Tchekhov, mise en scène Claudia Stavisky, puis l’année dernière dans Un pied dans le crime d'Eugène Labiche, mise en scène Jean-Louis Benoît, Théâtre de la Commune.

Distribution Hamlet
Mise en scène Jean-Luc Revol
Traduction Jean-Michel Desprats
Assistant à la mise en scène Xavier Simonin
Scénographie Sophie Jacob
Costumes Eymeric François
Lumière Bertrand Couderc
Régie générale Olivier Even
Constructeur décorateur Emmanuel Laborde et Christophe Boisserolle
Perruques Antoine Wauquier
Créateur son Bernard Vallery
Chargé de production Benjamin Bedel
Stagiaire Bertrand Lesca

avec
Philippe Torreton Hamlet
Catherine Salviat Gertrude
Anne Bouvier Ophélie
Georges Claisse Claudius
Jean-Marie Cornille Polonius
Cyrille Thouvenin Laerte, le prologue
Yann Burlot Rosencrantz
José-Antonio Pereira Guildenstern
Christophe Garcia le spectre, le premier acteur, le roi de comédie, un capitaine
Vincent Talon Osric
Franck Jazédé Horatio
Antoine Cholet Marcellus, le fossoyeur, un acteur, Lucianus, soldat Fortinbras, un marin
Romain Poli Voltemant, un acteur, la reine de comédie, Fortinbras
Jean-Luc Revol Bernardo (en alternance avec Vincent Talon)

Renseignements - Réservations

Philippe Torreton sera Hamlet lors des Fêtes nocturnes de Grignan 2011
A partir du mercredi 25 mai
- par internet : chateaux.ladrome.fr
- par correspondance à l’aide du bulletin à télécharger
- par téléphone avec carte bancaire, 04 75 91 83 65 aux horaires ci-dessous
- à la billetterie spectacles des Châteaux : du lundi au vendredi de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h ; le samedi en juillet et août de 14 h à 18 h


commander_100x30_01.gif


Autres points de vente
www.ladrometourisme.com
et offices de tourisme de Crest, Dieulefit, Grignan, La Voulte, Montélimar,
Nyons, Pierrelatte, Romans, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Valence.
Locations : Fnac Carrefour Géant Magasins U Intermarché
0 892 68 36 22 (0,34€/min) www.fnac.com www.carrefour.fr
www.francebillet.com (avec majoration tarifaire)

Informations public
- Les places sont numérotées. Le placement est attribué automatiquement par le logiciel de billetterie.
- Il est conseillé aux spectateurs à mobilité réduite de prévenir de leur situation lors de la réservation.
- 5 minutes avant le début de la représentation, les places numérotées ne sont plus garanties.
- L’organisateur se réserve le droit de refuser les retardataires.
- Le spectacle se déroule en plein air.

Certaines soirées peuvent être fraîches : coupe-vent conseillé.
- En cas de force majeure, le spectacle peut être annulé ou interrompu sur décision de l’organisateur.
En cas d’annulation ou d’interruption avant la moitié du spectacle : report de date dans la limite des places disponibles ou remboursement (sur envoi des billets avant le vendredi 2 septembre 2011). Dans aucun autre cas les billets ne seront repris ou échangés.
En cas d’interruption au-delà de la moitié du spectacle, les billets ne donnent droit ni à remboursement ni à report.
- Animaux, poussettes et flashs sont interdits.

Hamlet, pour en savoir plus

Philippe Torreton sera Hamlet lors des Fêtes nocturnes de Grignan 2011
La Tragédie d'Hamlet, prince du Danemark, est la plus longue et l'une des plus célèbres pièces de William Shakespeare. La date exacte de composition n'est pas connue avec précision ; la première représentation se situe sûrement entre 1598 et 1601. Le texte fut publié en 1603.

Le roi du Danemark, le père d'Hamlet, est mort récemment ; son frère Claudius l'a remplacé comme roi1 et, moins de deux mois après, a épousé Gertrude, la veuve de son frère. Le spectre du roi apparaît alors et révèle à son fils qu'il a été tué par Claudius. Hamlet doit venger son père et, pour mener à bien sa tâche, simule la folie. Mais il semble incapable d'agir et, devant l'étrangeté de son comportement, l'on en vient à se demander dans quelle mesure il a conservé sa raison. On met cette folie passagère sur le compte de l’amour qu’il porterait à Ophélie, fille de Polonius, chambellan et conseiller du roi.

Hamlet a fait l'objet d'analyses critiques extrêmement nombreuses et variées, psychanalytiques, thématiques, stylistiques, historiques...

Source de la pièce
L'histoire de Hamlet se trouve dans la Gesta Danorum (vers 1200) de l'écrivain Saxo Grammaticus. François de Belleforest l'adapte en 1570, dans ses Histoires tragiques. La source la plus directe est vraisemblablement une pièce non conservée, attribuée à Thomas Kyd qui aurait le premier introduit le personnage du spectre. La plupart des événements sont le produit de l'imagination de Shakespeare.
Amleth

Les sources de la tragédie se trouvent dans le récit d'Amleth dans la Gesta Danorum. Horvendill, le père d'Amleth est assassiné par son frère Feng, qui par la suite épouse Gerutha, la veuve de sa victime. Amleth feint alors la folie afin d’être épargné. Il évite le piège d’une jeune fille et tue un espion dissimulé dans la chambre de sa mère Gerutha. Amleth parvient à intercepter un courrier destiné au roi d'Angleterre et commanditant son assassinat, ce sont les deux messagers qui sont assassinés à sa place. Amleth épouse alors la fille du roi d’Angleterre, retourne au Danemark et assassine Feng que le roi d’Angleterre a cependant secrètement promis de venger. À cette fin, il envoie Amleth auprès de la reine d’Écosse, qui tombe amoureuse de lui et l’épouse à son tour. Amleth vainc alors le roi d’Angleterre et retourne avec ses deux épouses au Jutland4.

Une tirade célèbre

To be, or not to be: that is the question:

Whether 'tis nobler in the mind to suffer
The slings and arrows of outrageous fortune,
Or to take arms against a sea of troubles,
And by opposing end them? To die: to sleep;
No more; and by a sleep to say we end
The heart-ache and the thousand natural shocks
That flesh is heir to, 'tis a consummation
Devoutly to be wish'd. To die, to sleep;
To sleep: perchance to dream: ay, there's the rub;
For in that sleep of death what dreams may come
When we have shuffled off this mortal coil,
Must give us pause: there's the respect
That makes calamity of so long life;
For who would bear the whips and scorns of time,
The oppressor's wrong, the proud man's contumely,
The pangs of despised love, the law's delay,
The insolence of office and the spurns
That patient merit of the unworthy takes,
When he himself might his quietus make
With a bare bodkin? who would fardels bear,
To grunt and sweat under a weary life,
But that the dread of something after death,
The undiscover'd country from whose bourn
No traveller returns, puzzles the will
And makes us rather bear those ills we have
Than fly to others that we know not of?
Thus conscience does make cowards of us all;
And thus the native hue of resolution
Is sicklied o'er with the pale cast of thought,
And enterprises of great pith and moment
With this regard their currents turn awry,
And lose the name of action.--Soft you now!
The fair Ophelia! Nymph, in thy orisons
Be all my sins remember'd.

Extérieur Cour au château de Suze-la-Rousse

La cour du château de Suze-la-Rousse accueillera cet été des spectacles familiaux. Au programme, des funambules, de la chanson, de l'acrobatie, du théâtre, de la danse.

15-16 juillet - 21 h Tu ne te souviendras pas - Anne Sila (1 h 10)
Chanson / jazz
Faisant référence à une très belle chanson de Barbara, Anne Sila rend hommage à cette artiste et s’empare de ses textes avec une musicalité jazz.
Avec : Anne Sila (chant, violoncelle), Grégory Aubert (guitare) et Josselin Perrier (batterie)

22-23 juillet - 21 h Greta & Gudulf - Compagnie Dare D’art (50 min)
Nouveau cirque (acrobatie)
Délicieusement irrévérencieux avec le public, Gudulf n’en mène pas large face à Greta, star du trapèze. Ce duo burlesque nous convie dans un univers sensible et poétique où l’amour sauve les deux protagonistes des situations les plus périlleuses.
Création, mise en scène et jeu : Sophie Kantorowicz et Xavier Martin

29-30 juillet - 21 h Poussez, poussez l'espagnolette ! - Version 1 - Compagnie Il sera une fois (20 min)
Théâtre vivant
Une visite immobile et verticale de la cour du château, de ses fenêtres qui virent tant de personnages célèbres ou anonymes se pencher, épier, observer, interpeller, escalader... de ceux dont les livres d'histoire ne parlent pas mais qui furent les témoins d'intrigues, liaisons et autres faits insolites... Deuxième Round - Tango Sumo (40 min) Danse / arts de la rue Un ring. Quatre hommes seuls, assis chacun à un guéridon de bar. Un accordéoniste. Brèves de comptoir, histoires courtes pour tuer le temps. On s’accroche, on s’empoigne, on se lie. Ca joue, ça danse, le mobilier vole.
Avec : Sébastien Braux, Denis Cefelman, Pascal Cuff, Thomas Chaussebourg, Nicolas Mayet - Chorégraphie : Olivier Germser

5-6 août - 21 h Poussez, poussez l'espagnolette ! - Version 2 - Compagnie Il sera une fois (20 min)
Théâtre vivant (voir ci-dessus)
Les Etoiles - Les Colporteurs (40 min) Nouveau cirque (fil) Hautes pointures - Duo burlesque ou quand deux funambules chaussent leurs talons aiguilles. Tarina - Duo poétique et sensuel ou quand la fragilité d’une rencontre nous est contée.
Avec : Florent Blondeau, Sanja Kosonen et Agathe Olivier - Mise en scène : Antoine Rigot


pierre aimar
Mardi 30 Novembre 2010
Lu 9303 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément