Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Novembre au théâtre Bel Image, Valence


La Paranoïa, théâtre, 5 & 6 novembre

La Paranoïa
Rafael Spregelburd—Marcial Di Fonzo Bo—Elise Vigier
Une pièce de science-fiction drôle et déjantée


La Paranoïa se déroule plus au moins 5.000 ou 20.000 ans après J.-C., à un moment où leshumains entretiennent une relation très étrange avec des créatures extra-terrestres beaucoup plus puissantes qu’eux : les intelligences.
L’équilibre qui garantissait leur relation est sur le point de se rompre car la fiction, seule monnaie d’échange des humains, que les intelligences consomment en abondance comme une épice rare et délicieuse, est proche de disparaître.
Hagen, mathématicien, Claus, astronaute, Julia Gay Morrison, écrivain à succès, et Béatrice, une G4 (très ancien modèle de robot, à la mémoire corrompue), sont accueillis dans un hôtel délabré de Piriapolis (Uruguay) par le Colonel Brindisi des Opérations Spéciales Terriennes, pour une mission délicate : inventer en 24 heures une fiction que les intelligences n’aient pas déjà ingurgité. Il en va de la survie de l’espèce…

Hanami, danse, 10 novembre

Novembre au théâtre Bel Image, Valence
Hanami
Gaetano Battezzato — Teatri Del Vento
Trois solos inspirés du Hanami pour dévoiler la poésie du corps

C'est en 1994 que Gaetano Battezzato et Marina Blandini créent la compagnie Teatri del Vento. Lui est sculpteur, danseur et chorégraphe ; elle chorégraphe et vidéaste.
Après des cheminements singuliers, ils mêlent leurs arts et leurs sensibilités pour créer une danse bien particulière, passionnée et généreuse, qui voyage entre la matière des corps et la rêverie des images.
Coutume traditionnelle au Japon, le Hanami (littéralement, « regarder les fleurs ») célèbre la floraison des cerisiers au printemps, instant de beauté absolue sans cesse menacé par la fragilité même de l’existence.
Le Hanami de Battezzato tisse la métaphore dans ces trois longs solos, hommage aux danseurs qui donne à voir les qualités de chacun, ses fragilités, ses errances.


pierre aimar
Mercredi 21 Octobre 2009
Lu 492 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter