Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Les Nuits fantasmées d'Angelin Preljocaj au Théâtre de l'Archipel de Perpignan, 23 et 24 janvier 2014

Les Nuits d'Angelin Preljocaj sont une invitation à vivre mille et un fantasmes ! Précisément eux que nous suggère la fascinante Shéhérazade devenue pour le chorégraphe vedette un symbole de la féminité comme dernier rempart face à la barbarie, jeudi 23 et vendredi 24 janvier au Grenat du Théâtre de l'Archipel.


Les Nuits fantasmées d'Angelin Preljocaj
Les Nuits fantasmées d'Angelin Preljocaj
"En relation avec Marseille-Provence 2013, Capitale Européenne de la Culture qui s’interroge sur les thématiques de la Méditerranée, je souhaitais aborder une recherche autour des Mille et Une Nuits." nous raconte Angelin Preljocaj.

"Au-delà du mystère de cet ouvrage écrit assurément à plusieurs mains et qui déploie des récits extrêmement variés, sortant les uns des autres comme des poupées gigognes, ce texte a fait rêver des générations de lecteurs, intrigués de tout temps par sa dimension fantastique et érotique. Il y a dans ces contes des aspects très sensuels, que j’avais envie de redéployer dans la danse.(...) Par ailleurs, ce qui est passionnant dans les Mille et Une Nuits, c’est le dispositif mis en place à travers la figure de Shéhérazade qui par le verbe, la culture et l’intelligence, se dresse comme un rempart à la barbarie et nous questionne sur la place de la femme dans nos société." nous confie le chorégraphe Angelin Preljocaj.

Les Mille et Une Nuits ont inspiré les plus grands de la littérature, du cinéma, de la musique et de la danse. Angelin Preljocaj a choisi une lecture érotique de l’œuvre indo-persanne. La sensuelle Shéhérazade incarne ici une femme émancipée et passionnée. Avec cette œuvre, Preljocaj renoue avec ce qu’il aime le plus : privilégier la dimension érotique des contes,et pour ces Nuits, il s’est entouré de dix-huit danseurs, habillés par Azzedine Alaya, a fait appel pour la musique à Sami Bishai et au collectif 79D avec la voix de Natacha Atlas... Quand les corps se font signes comme des calligraphies sur scène !

jeu. 23 janv. - 19h
vend. 24 janv. - 20h30
tarif de 10 € à 35 €
Renseignements et réservations : 04 68 62 62 00 - www.theatredelarchipel.org


Pierre Aimar
Vendredi 17 Janvier 2014
Lu 160 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 24










Inscription à la newsletter