Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Le Procès de Médée, avec Me Marc Bonnant, Alain Carré et Bernard-Henri Lévy au Grand Théâtre de Genève le jeudi 16 avril à 19h30

Le fameux trio hors pair que sont l’avocat Me Marc Bonnant, le comédien Alain Carré et le philosophe Bernard-Henri Lévy se réunit pour la dernière fois cette saison, autour d’une égérie aussi antique qu’intemporelle : l’impitoyable Médée. Certains l’excusent, d’aucuns la condamnent, personne ne s’accorde.


Me Marc Bonnant, Alain Carré et Bernard-Henri Lévy © DR
Me Marc Bonnant, Alain Carré et Bernard-Henri Lévy © DR
Afin de raviver quelques souvenirs studieux, voici le mythe de Médée tel qu’il fut transmis au fil des siècles :
L’histoire débute avec l’arrivée de Jason et des Argonautes en Colchide. Jason est à la recherche de la toison d’or que détient le roi Éétès, père de Médée. Afin d’en prendre possession, il doit se soumettre à diverses épreuves, toutes irréalisables. Médée intervient alors s’étant subito éprise de Jason et lui propose de mettre ses dons de magicienne au service de cette tâche périlleuse.

Ensemble ils parviennent à triompher des épreuves d’Éétès et s’enfuient avec la toison, pourtant dûment gagnée.

Le père de Médée, dont la fureur n’a d’égal que celle de sa fille, lance ses troupes à la poursuite des Argonautes et de son précieux bien. Afin de favoriser leur fuite, Médée n’hésite pas à assassiner son frère, qu’elle déchiquète en morceaux et sème sur leur route, forçant ainsi leurs poursuivants à s’arrêter pour les recueillir.

De retour sur ses terres, Jason découvre que son oncle Pélias, ayant auparavant dépossédé le père de Jason de son trône, a anéanti le reste de sa famille dans le but de conserver la couronne. A l’aide de ses funestes pouvoirs, Médée orchestre alors l’assassinat de Pélias.
Le crime découvert, les amants sont bannis.

Au cours de leur exil, Jason fait la connaissance de Glaucé dont il tombe éperdument amoureux. Il répudie alors Médée afin de l’épouser. Emportée par une haine vengeresse, la magicienne enflamme littéralement sa rivale, le père de celle-ci, ainsi que leur palais puis étouffe de ses propres mains les deux enfants qu’elle a eus avec Jason.

Médée prend la fuite et se réfugie chez Egée, roi d’Athènes. Celui-ci accepte de l’épouser à condition qu’elle lui donne un héritier. Leur fils Médos voit le jour et le destin royal auquel il est appelé ravit Médée. C’est alors que Thésée, fils perdu d’Egée, contrecarre ses plans en rentrant à Athènes. Egée, ne reconnaissant pas son fils, cède à la demande fallacieuse de Médée de l’empoisonner. Néanmoins, réalisant au dernier moment qui se tient devant lui, le roi retient son geste.
A nouveau prise d’un accès de folie immaîtrisable, Médée fuit avec son fils et le trésor d’Athènes. L’histoire se termine lorsqu’à son retour dans sa contrée natale elle découvre que son oncle a pris le pouvoir.
Elle l’assassine afin de remettre son père sur le trône.
Mise en scène: Alain Carré

Grand Théâtre de Genève
Réservations : + 41 22 322 50 50 ou sur le site : www.geneveopera.ch
Prix des places: de 17.- à 71.- CHF
Durée : 2h


Pierre Aimar
Jeudi 12 Mars 2015
Lu 429 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter