Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Lacoux, Centre d’Art Contemporain. Saison 2008-2009

Fidèle à l’exigence de présenter tous les médiums utilisés dans les arts plastiques et de promouvoir des artistes de renom (Erik Samakh) et de jeunes créateurs, le programmation 2008-2009 se veut diversifiée, originale et ouverte à tous les imaginaires.


Un maillage artistique du territoire

Dans la volonté de faire découvrir la création actuelle dans sa diversité et sa richesse, les partis pris de cette saison 2008 visent à mêler des pratiques avérées et affinées à des démarches récentes et en devenir; à présenter un ensemble de médiums variés (travaux papier / sculptures et environnements sonores, photographies / aquarelles, collages et livres d’artistes / dessins, installations, …) ; à dévoiler des horizons, des générations différentes ; et à présenter des travaux en lien avec l’identité du lieu intra muros mais aussi hors du lieu. Cette programmation s’ancre aussi dans des collaborations et un maillage artistique du territoire.
Elle vise, in fine, sur les périodes d’entre saison à proposer des démarches aptes à créer des passerelles avec le pôle de pratique artistique (politique des publics) et impulser des rencontres avec l’artiste, des actions dans et hors les murs sur un ou plusieurs éléments de l’exposition.
Hélène Lallier, Directrice du Centre d’Art Contemporain de Lacoux

Sophie BOUVIER-AUSLANDER (1970, Suisse). 12 avril – 1er juin

Sophie Bouvier-Auslander
Sophie Bouvier-Auslander
Jeune artiste issue de l’Ecole d’Art de Lausanne, Sophie Bouvier-Auslander travaille la matière papier en dessin, installation, photographie. Elle recherche et développe plusieurs tissus : le papier sur lequel se greffent de nouveaux territoires, reliefs émanant de jeux de trous, poinçons négatifs/positifs, superposés et paraffinés ; jeux de lumière, installations de bougies et peintures aquarellées. En émanent des images et des cartographies, des résonances avec la littérature, des créations qui oscillent entre transparence et opacité, et desquelles se dégage une œuvre abstraite.

Rik SAMAKH (1959, vit à France). 21 juin-7 septembre

Située à la croisée de deux expériences : une rencontre avec la nature et une utilisation de la technologie la plus avancée, l’œuvre d’Erik Samakh occupe une place singulière sur la scène artistique française, et. se répartit en deux catégories : des installations acoustiques réalisées à partir de dispositifs technologiques interactifs et autonomes, et des environnements naturels (sous-bois, marécages) dans lesquels il crée des situations d'ordre communicationnel entre espèces animales et végétales,
Captant des sons dans le paysage alentour du site d’exposition, il créé des installations qui rendent sensibles à la beauté des petits sons de la nature, ceux mêmes qui interagissent avec notre imaginaire.

Jane LE BESQUE (1965, Royaume-Uni). 4 octobre– 16 novembre

Jane LE BESQUE
Jane LE BESQUE
Originaire de Grande-Bretagne et résidant à St Genis-Pouilly, Jane Le Besque mêle aquarelles collages, peintures, recettes et lithographies, abordant les thèmes de l’être humain, la faune et la flore. Elle y révèle un monde fantasque et délirant autour d’un paradis perdu très personnalisé. Mettant en scène des « leporello », livres d’artistes, d’échelles variables (jusqu’à 7m de long), multipliant les supports, jouant avec les usages, elle bouscule sa pratique en explorant des univers particuliers enrichis d’une connotation humoristique et d’un traitement « léger ». Ses œuvres oscillent entre une forme d’art singulier et une connotation désuette.

Cécile MONTEIRO-BRAZ (1973, France). 6 décembre 2008– 9 mars 2009

Cécile Monteiro Braz développe un univers fortement lié au sens, au signe en tant que fil conducteur d’une démarche qui exploite la matière, mise en volume – sculpture – et aussi dans un rapport d’échelle visuelle. Elle entretient un rapport particulier avec la cosmologie et déploie des environnements sensoriels autour de « recettes émotionnelles ». Photographe et plasticienne, elle traite de la science, du ciel, exploite la thématique des « paysages » - célestes ou urbains –.
Depuis quelques années, elle travaille en collaboration avec un compositeur dans la mise en espace d’installations sonores.

Constance OUVRIEU (1973, Irak). 6 décembre 2008– 9 mars 2009

Constance OUVRIEU
Constance OUVRIEU
Fraîchement issue de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Constance Ouvrieu exploite le champ de la matière - le fil, le cheveu, l’écorce, la pelure – dans sa temporalité, son devenir, sa perdition, et sous un angle sensible, « précieux ». Elle assemble sous des formes hybrides et questionne, tacitement, « le rapport de l’homme à son animalité ». Créant des œuvres liées à la thématique du cerveau, du cabinet de curiosités, de la matière grise, des potentialités de l’être, elle s’intéresse aussi aux végétaux dans un rapport évident à l’environnement ( jardin, arbre…).


pierre aimar
Mercredi 5 Mars 2008
Lu 1290 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter