Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




La collection Caroline et Maurice Verbaet, Musée Estrine, St-Rémy de Provence, jusqu'au 5 juin 2016

Un regard sur l’art belge d’après-guerre


Pierre Alechinsky L’esprit du thé -  1965 huile sur toile, 132 x 211 cm Caroline et Maurice Verbaet Collection
Pierre Alechinsky L’esprit du thé - 1965 huile sur toile, 132 x 211 cm Caroline et Maurice Verbaet Collection
Cette exposition est une incursion insolite dans le monde de l’art belge d’après-guerre réunissant les travaux d’artistes de différentes générations. Elle dévoile une sélection de choix opérés au sein de la foisonnante collection de Caroline et Maurice Verbaet. Accompagné par son épouse Caroline dans ses découvertes, le collectionneur Maurice Verbaet se définit comme instinctif, porté par des coups de cœur et désinté-ressé par toute forme de spéculation. Entamée dans les années 1970, cette collection s’est étoffée au fil du temps et, avec plusieurs centaines de pièces rassemblées, est devenue représentative de l’art moderne belge (1880-1980). En 2014, Maurice Ver-baet décide de se défaire de ses chefs-d’œuvre d’avant-guerre pour se concentrer sur l’après-guerre. Regrettant le peu d’intérêt témoigné pour une période pourtant parti-culièrement créative, il entend bien susciter l’attrait des connaisseurs et encourager la découverte auprès du grand public. Cet engagement s’accompagne de l’ouverture, en septembre 2015, d’un centre d’art à Anvers, dédié à la mise en valeur des artistes actifs dès 1945.

La présente exposition offre une mise en lumière originale sur la création belge, peu connue à l’étranger. Faisant fi d’une approche chronologique, le choix s’est porté sur des rapprochements d’ordre plastique. Ce parti pris assumé rend compte de l’aspect éclectique de la collection de Caroline et Maurice Verbaet et privilégie une pertinence d’ordre intrinsèque et poétique. Une dizaine de thématiques arrêtées – la forme, le geste, la matière, l’espace, la ligne, la fantasmagorie, la poésie, la lumière, l’objet, le réel… – mettent en perspective les sensibilités particulières de l’art belge en confron-tant des peintures aux styles variés. L’idée qui préside à cette exposition répond à la volonté de mettre en avant des lignes conductrices révélatrices d’affinités plutôt que des catégories strictement arrêtées. Elle se fait l’écho de l’approche du collectionneur qui ne se laisse pas influencer par des arguments historiques ou des discours critiques mais se concentre avant tout sur le message intuitif que délivre l’œuvre d’art.

En traversant la création belge des années 1950 à aujourd’hui, de multiples facettes s’offrent au regard du spectateur mêlant le geste explosif d’un Antoine Mortier, la ri-gueur d’un Delahaut, la matière vibrante d’un Bogart, la ligne rythmée d’un Luc Peire, la poésie plastique d’un Christian Dotremont, la lumière réfléchissante d’un Paul Van Hoeydonck, les combinaisons d’objets de Vic Gentils et la fureur de vivre d’un Jan Fabre. Cette exposition rassemble une diversité de tempéraments pour rendre hommage à la musique colorée de la peinture belge qui nous donne à entendre la beauté de ses voix polyphoniques !
Camille Brasseur
Commissaire
Directrice scientifique du MVArtcenter

Pratique

Musée Estrine
8, rue Estrine
13210 Saint-Rémy-de-Provence
Tel : 04 90 92 34 72
contact@musee-estrine.fr
www.musee-estrine.fr
www.musees-mediterranee.org



Pierre Aimar
Lundi 25 Avril 2016
Lu 168 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter