Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




La Nuit des Poètes. Solo de Julien Derouault. Mise en scène et chorégraphie de Marie-Claude Pietragalla. Théâtre Toursky, Marseille, le 21 Janvier 2014

Inspiré par un poème de Louis Aragon, écrit en 1960, "La Nuit des jeunes gens", Julien Derouault souhaitait à la fois en déclamer les vers pour épouser la sensibilité ondoyante du poète, refléter à travers ses gerbes d'images cette écriture hugolienne fondamentalement lyrique, et céder à son propre corps l'initiative d'en commenter le rythme.


© homardpayette
© homardpayette
Accompagné de deux brillants musiciens, Yannaël Quenel au piano et Malik Berki à la platine électro-acoustique, Julien Derouault grimé en mime-jongleur du XIXème siècle, en baladin burlesque ou en dompteur de fauves, se livre dès lors à une étrange performance de danse acrobatique où la férocité du voyou le dispute à l'extravagance du funambule.

Pendant plus d'une heure, évoquant la nuit de ces jeunes gens passés à l'acte de création, il nous montre que la poésie est une manière de se connaître et de s'accomplir, qu'être poète, « c'est d'abord une gesticulation pour une chose en dehors de soi », ce qu'il illustre par des pirouettes, pied dans la main, des tours en l'air, des arabesques, une certaine façon de croiser les bras dans le dos en secouant les mains, une démarche d'automate au ralenti, des cabrioles, des grands écarts de french-cancan, un numéro de claquettes et même une parade de majorette dans la salle, bref en faisant de tout son corps le personnage principal de la fresque poétique, un pauvre égaré, incohérent, dégoûté de son être, « qui mendie par charité la poésie » et l'exprime dans des prouesses d'acrobate de cirque, avec un rire sardonique.

Le public du Théâtre Toursky qui suit depuis longtemps les créations annuelles de la Compagnie Pietragalla-Derouault, applaudit à tout rompre cette exhibition délirante suscitée par un poème d'Aragon qui ne doit pourtant rien à l'écriture aléatoire des surréalistes.
Philippe Oualid


Pierre Aimar
Jeudi 23 Janvier 2014
Lu 355 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 24










Inscription à la newsletter