Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




L’art contemporain à la conquête de la Drôme à Romans, Saint-Donat, Grignan, Suze-la-Rousse

L’art de notre temps provenant de l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne s’est introduit tout à la fois en quatre points opposés de la Drôme. L’exposition ainsi morcelée s’intitule Atmosphères et présente la collection Rhône-Alpes de cet Institut d’art contemporain.


Suze la Rousse. Cliché sans retouche, sans Photoshop, pris du premier étage du château © Pierre Aimar 2011
Suze la Rousse. Cliché sans retouche, sans Photoshop, pris du premier étage du château © Pierre Aimar 2011
Elle investit le Musée International de la chaussure, Espace Visitation, à Romans, ouvrant l’espace du rez-de-chaussée à quatre artistes : Laurent Montaron qui révèle au visiteur le mécanisme énigmatique d’un appareil de réverbération du son aujourd’hui bien obsolète. Rodney Graham qui vit et travaille à Vancouver et produit une étude pour un coffret réfléchissant Les dernières merveilles de la science sous forme d’un emboîtage en aluminium qui renforce l’effet d’un livre sans en montrer le contenu.
Pierre Malphettes qui dresse dans la Salle 2, son Arbre en bois ( !) sous un soleil électrique, plaisamment reconstitué à partir de bûchettes bien rectilignes et qui n’hésite pas à évoquer nos relations incertaines avec la nature qui nous concerne. Et Melik Ohanian, artiste lyonnais, à la recherche d’un espace monde sans frontières qu’il traduit grâce à une caméra dans Invisible film. (Jusqu’au 18 septembre)

Au Palais Delphinal de Saint Donat, autre lieu, autre atmosphère, Laurent Grasso a retenu notre attention avec Haarp 2007, une projection video avec son et éclairs électriques dans un paysage qui n’est pas sans évoquer quelque désert étrange. Tout comme l’œuvre de Sylvia Bossu, In the middle of nowhere, datant de 1993, où des vitrines en verre et alu qui renferment des bandes magnétiques sur CDRom, émettent par de petits haut-parleurs qu’il faut chercher de l’oreille, des sons bien curieux. (Jusqu’au 28 août)

Le vaste décor du Château de Suze et les boiseries du salon bleu font un cadre à deux œuvres d’Elisabeth Ballet issues de la série Sept variétés de sites,Se suspendre au site et trancher le site alors que Boja Sarcevic attire l’attention avec ce grand quart de dôme de verre placé en angle et intitulé Where the hand doesn’t enter, Heat Infuses datée de 2003. Nous avons aimé le Vaso Celeste et le Cielo Celeste d’Ettore Spalletti et son travail en formes simples et géométriques, tout comme le paravent transparent de Bernhard Rüdiger, intitulé Pour respirer un peu d’air frais et qui, placé dans une tourelle d’angle, semblait aspirer les gémissements d’un mistral déchaîné ce jour-là. Et très frais… (Jusqu’au 9 octobre)

En dernier lieu la médiathèque et salle d’exposition de Grignan accueillante aux œuvres de Delphine Coindet, et Ann Veronica Janssens. Le travail de distorsions visuelles proposé par Philippe Decrauzat, artiste suisse, rattaché à l’optical art, et qui s’applique à déstabiliser le visiteur par des perspectives ondoyantes, nous a paru intéressant et révélateur d’une grande précision. (Jusqu’au 28 août)

Même si l’art contemporain n’a pas encore acquis semble-t-il, son titre de langage universel, il s’avère fort utile et intéressant, de tracer autour de lui le plus grand nombre de réseaux et de rencontres possibles, afin qu’il ouvre le regard de tous.
Jacqueline Aimar


Pierre Aimar
Lundi 27 Juin 2011
Lu 683 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter