Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Info Le Figaro. Trintignant : «Cantat est l'homme que je déteste le plus au monde»

Le comédien Jean-Louis Trintignant, qui achève le tournage de son film avec Michael Haneke, vient d’annoncer qu’il ne participerait pas au prochain festival d’Avignon, dans le cadre des soirées de France Culture, parce que Bertrand Cantat, qu’il considère comme l’assassin de sa fille Marie en juillet 2003, est annoncé à l’affiche du spectacle de Wajdi Mouawad, dans la carrière de Boulbon. Jean-Louis Trintignant livre sa première réaction au Figaro :


«J’ai des scrupules. Je suis peut-être impudique en décidant de ne pas aller à Avignon et de parler des sentiments que j’éprouve. Mais je ne peux pas accepter de dire des poètes dans le cadre du festival alors que Bertrand Cantat va s’y produire. Je ne comprends pas cet homme. Je ne comprends pas qu’il puisse se présenter sur une scène cet été à Avignon. Au Canada, où devait être créé le spectacle, sa présence a été discutée jusque devant l’Assemblée Nationale du Québec car il est sous le coup d’une interdiction de fait. Là-bas, ce qu’il a fait y est punissable de la prison à vie.

Et ce qu’il a fait c’est tuer une femme. Et pour cela il a fait quatre ans de prison. Ne pourrait-il pas se faire discret ? Il s’est révélé avec le drame. Je l’avais trouvé sympathique mais il a été incapable d’assumer quoi que ce soit après le drame, la mort de Marie en juillet 2003. Et aujourd’hui, c’est un homme que je déteste, et je vais dire une chose terrible, il s’est conduit comme une merde et il est l’homme que je déteste le plus au monde.

Comment les gens ne comprennent-ils pas qu’il y a quelque chose de terrible dans la manière qu’il a de revenir, comme si de rien. Etre au festival d’Avignon, pour moi, cela a toujours été un bonheur. C’est la ville où j’ai fait mes études autrefois, et j’ai travaillé avec Vilar, suis revenu plus récemment. Mais huit ans après la mort tragique de Marie, il n’est pas question que je participe au festival et à la soirée en collaboration avec France Culture qui était programmée.»


Intégralité de l’info sur Lefigaro.fr


Pierre Aimar
Jeudi 7 Avril 2011
Lu 345 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter