Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Genève, MAMCO : Sylvie Fleury, Paillettes et Dépendances ou la fascination du néant, Face to Face. Rolywholyover, sixième épisode.

Douze ans après sa première exposition au Mamco (First Spaceship on Venus, 1996), le Musée d’art moderne et contemporain de Genève est heureux d’accueillir à nouveau Sylvie Fleury pour une grande présentation à caractère rétrospectif qui mettra en lumière toute la richesse de son travail, passé et présent. Paillettes et Dépendances ou la fascination du néant, c’est avec ce titre en forme de boutade que la Genevoise investit les lieux du 29 octobre 2008 au 25 janvier 2009.


Sylvie Fleury, Chromo Quartz, 2001
Sylvie Fleury, Chromo Quartz, 2001
Avec plus de 2’000 m2 d’espaces mis à sa disposition, Sylvie Fleury réunit des œuvres couvrant l’ensemble de son activité: peintures, sculptures, installations, vidéos, photographies ou environnements créés in situ. Les œuvres seront regroupées selon les grands thèmes qui traversent son œuvre, tels que la mode et ses multiples accessoires customisés, chaussures à talon, maquillage, shopping bags, magazines de mode ; l’univers de l’automobile et des bikers avec, par exemple, les voitures compressées et repeintes aux couleurs d’une gamme de vernis à ongles ou encore, parmi d’autres thèmes, la conquête de l’espace avec fusées et soucoupes volantes déployées dans le musée.

En sus, l’artiste présentera des pièces inédites, de même qu’un large corpus de nouvelles productions reflétant ses recherches actuelles, avec au programme, grottes en tous genres, salles de chromothérapies, déesses et photographies d’aura.

Des prémisses de ce travail à ses derniers développements, l’exposition, qui s’annonce d’une grande intensité, rendra compte de la plasticité multiple et complexe de l’œuvre de Sylvie Fleury.

Quelques mots sur l'artiste

Sylvie Fleury (Genève, 1961) fit son entrée « publique » dans le champ de l’art en 1990, lorsqu’elle fut conviée par John M Armleder et Olivier Mosset à participer à leur côté, et pour la première fois, à une exposition à la Galerie Rivolta de Lausanne. Souhaitant présenter une œuvre « qui lui ressemblait », elle y exposa la première version de ses shopping bags, sacs de boutiques de luxe, posés simplement au sol et remplis des achats effectués par l’artiste. Ce geste inaugural la fit immédiatement remarquer du monde de l’art et consacra le début d’une carrière fulgurante.

Depuis ses débuts, Sylvie Fleury se joue des codes et s’amuse à croiser les univers, entre le féminin et le masculin ou l’art et la mode dont elle explore les relations d’emprunts et inversions multiples. Avec ses faux tableaux de Mondrian en fourrure synthétique ou ses slogans tirés de publicités de marques qui rappellent étrangement les œuvres conceptuelles d’un Joseph Kosuth, elle crée des ponts « entre l’histoire des formes modernistes et le système de la mode » (L. Bovier). Chasseuse de tendances, observatrice et actrice de la « Hype society», elle dresse un catalogue des accessoires à la mode, tout à la fois objets de désir, fétiches modernes et marqueurs identitaires. Rien ne résiste à la customisation chez Sylvie Fleury. Elle prend ce qui existe qu’elle modèle à son image, celui d’une femme capable de se passionner tant pour un défilé de mode qu’un salon de voiture de collection et qui développe « une
œuvre sans doctrine formelle, sans message prémâché » (E. Troncy). Les fusées se couvrent de fourrure, les voitures sont repeintes aux couleurs des bâtons de rouge à lèvres et les boîtes de Slim Fast se substituent aux Brillo Box de Warhol. Depuis quelques années déjà, Sylvie Fleury explore de nouveaux territoires, tous aussi significatifs d’une époque en mal de repères et pour lesquels elle ne cache d’ailleurs pas son intérêt, celui des sciences occultes, des pratiques zen et du développement
personnel.

Informations pratiques & Contact

Sylvie Fleury, Paillettes et Dépendances ou la fascination du néant.
Exposition du 29 octobre 2008 au 25 janvier 2009
Vernissage le 28 octobre 2008 dès 18h.

Musée d'art moderne et contemporain, Genève
10, rue des Vieux-Grenadiers
CH - 1205 Genève
Tél. + 41 22 320 61 22
Fax. + 41 22 781 56 81
www.mamco.ch


pierre aimar
Mardi 5 Août 2008
Lu 1652 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter