Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Festival Les Vents du Levant, théâtre de Draguignan, du 11 mars au 5 varil 2011

C’est avec la nouvelle chorégraphie d’Angelin Preljocaj créée en collaboration avec le Théâtre du Bolchoï, temps fort de l’année France-Russie 2010, qu’ouvrira le ‘‘Festival des Vents du Levant’’.


Ce Festival de danse, riche d’échanges artistiques et ouvert à d’autres cultures nous mènera ensuite jusqu’aux terres chaudes d’Afrique que l’on parcourra du Nord au Sud. Tandis que la chorégraphe marocaine, Bouchra Ouizguen, nourrira sa danse ample et lente auprès des Aïtas, chanteuses et danseuses de cabaret à Marrakech, Frank Micheletti s’inspirera d’un séjour à Accra et d’échanges généreux avec des artistes africains pour sa nouvelle création ‘‘Archipelago’’. D’Afrique du Sud, Robyn Orlin la chorégraphe rebelle et subversive nous présentera sa pièce mythique ‘‘Daddy’’ et évoquera la complexité d’un vivre ensemble.
Enfin, trois chorégraphes du continent africain ont créé trois pièces pour les trente danseurs du Ballet de Lorraine : ‘‘Désirs’’ pour clore ce Festival dédié à L’Afrique !

Suivront mille ans de calme, chorégraphie Angelin Preljocaj, vendredi 11 mars à 20 h 30

Suivront mille ans de calme © J.C. Carbonne
Suivront mille ans de calme © J.C. Carbonne
Auteur d’une danse virtuose à la gestuelle complexe, Angelin Preljocaj aime stimuler sa créativité en travaillant avec des artistes de renom, issus d’autres champs artistiques. Pour sa nouvelle création, temps fort de l’Année France - Russie 2010, il a travaillé avec le Théâtre du Bolchoï. Vingt et un danseurs de la compagnie vont maintenant reprendre cette ‘‘danse vitale qui fait place à l’exaltation, aux suspensions, aux vibrations’’. Et, c’est l’exploration contemporaine de l’Apocalypse qui sera le fil conducteur de cette nouvelle création. Le styliste russe Igor Chapurin, étoile montante de la mode, est l’auteur des costumes ; la scénographie est confiée à l’une des figures majeures de l’art contemporain en Inde, Subodh Gupta ; enfin, Laurent Garnier, considéré comme l’un des meilleurs D.J. du monde, signera la musique !

par 21 danseurs du Ballet Preljocaj
scénographie Subodh Gupta • musique Laurent Garnier •
costumes Igor Chapurin • lumières Cécile Giovansili • création

Madame Plaza, chorégraphie Bouchra Ouizguen, mardi 15 mars à 20 h 30

Cela pourrait être une chambre ou la salle d’un cabaret après la fermeture. Il s’appelle ‘‘Madame Plaza’’, c’est le plus vieux cabaret de Marrakech. Echouées là, quatre femmes, quatre Aïtas, s’étirent dans la lumière grise, roulent et tournent, allongées sur des lits, ou de vieux sofas, prolongeant les courbes de leurs bras, le moment entre jour et sommeil. Leurs gestes creusent le vide qui les enveloppe avant que leurs voix, soudain, n’ancrent ces corps dans le sol, ne les fassent surgir, indomptées, libres, fières.
C’est en regardant un documentaire que Bouchra Ouizguen a découvert les Aïtas, ces chanteuses de cabaret, dépositaires à la fois d’un art venu du fond des temps et de l’histoire récente de son pays : le Maroc. Elles sont aujourd’hui des courtisanes dont les chants et la danse font d’elles des artistes du peuple.
« Madame Plaza » est l’aboutissement de toute cette histoire, faite d’un lent processus pour trouver un langage entre voix et corps, où ces femmes, lourdes, lentes, magnifiques par la justesse de leurs gestes et la densité de leur présence, laissent librement leurs voix s’enfler dans les airs.
Evénement du Festival Montpellier Danse en 2009, ce spectacle a ensuite entamé de longues tournées. Bouchra Ouizguen a reçu le prix de la SACD 2010 en tant que nouveau talent chorégraphique.

Archipelago, collectif Kubilaï Khan Investigations, vendredi 25 mars à 20 h 30

Nous dépasserons les frontières avec le Collectif Kubilaï Khan Investigations qui nous présentera sa nouvelle création. Nous partirons jusqu’au Ghana, et sa capitale portuaire ‘‘Accra’’, point de départ de cette nouvelle pièce. Une ville qui sera explorée, questionnée, imagée, bousculée par six artistes généreux français et ghanéens. Frank Micheletti, nous invitera à pénétrer chaque espace, chaque territoire afin d’en appréhender les flux, les changements et les exigences.
Suite à une période de résidence, de recherches et de rencontres artistiques au Ghana, une partition chorégraphique, musicale et vidéo est esquissée. Elle sera portée par l’énergie explosive des musiciens et danseurs, ghanéens et français. Ils évolueront au sein de paysages sonores et visuels pour jouer des rythmes, des intervalles, des espaces qui les relient.
Kubilaï Khan Investigations, comptoir d’échanges artistiques, est un espace pluridisciplinaire où des croisements de différents langages tentent d’établir une écriture polytonale à partir de gestes simples, étranges, techniques et poétiques. Ce collectif crée des fictions sous influences telle une vision qui dérive, inhabituelle, provisoire et fragile. Ces corps naviguent, divaguent sur un fleuve qui coule et ne figure sur aucune carte.

Daddy, I’ve seen this piece six times before and I still don’t know why they’re hurting each other..., chorégraphie Robyn Orlin, mardi 29 mars à 20 h 30

Robyn Orlin est drôle avec conviction. Son humour au style direct est une arme redoutable qui pulvérise tout ce qui a trait aux formes du pouvoir. Véritable show iconoclaste, ‘‘Daddy…’’, évoque la situation post-apartheid et met en déroute les conventions du spectacle.
Chorégraphe sud-africaine blanche, Robyn Orlin est depuis longtemps engagée dans un difficile processus : le changement des mentalités. Qu’il s’agisse des moeurs de son pays, de l’Europe ou des arts, elle développe un travail qui perturbe nos repères et déstabilise les normes établies.
Créée en 1998, cette pièce historique a remporté entre autres, le prix Jan Fabre de l'oeuvre la plus subversive aux Rencontres chorégraphiques internationales de Saint-Denis en 2000 et, à Londres, le ‘‘Laurence Olivier’’ Award de la réalisation la plus marquante de l'année 2003.

cie City Theater, Dance Group • spectacle en anglais - un feuillet de traduction sera distribué

Lalala Gershwin, chorégraphie J. Montalvo/D. Hervieu, vendredi 1er avril à 20 h 30

Entre projection d’images et illusions chorégraphiques, José Montalvo et Dominique Hervieu inventent un poème visuel fait de rêve et de fantaisie autour de l’oeuvre du compositeur américain Georges Gershwin. Charleston, jazz, danse africaine, sept danseurs entremêlent joyeusement les genres et les rythmes pour faire jaillir une danse métissée, drôle et poétique. Dans ce ‘‘ Lalala Gershwin’’, qui se lit comme une revue de music-hall, les poissons volent, le hip-hop se danse sur des airs d’opéra et les rues de Broadway des années 30 reprennent vie.
Une danse jubilatoire et iconoclaste pour un hommage à Gershwin, ce jeune prodige enthousiaste, libre et cultivé, qui respirait à pleins poumons les airs de son temps. Dans ce spectacle, José Montalvo et Dominique Hervieu articulent, à leur façon, discours historique et esthétique, politique et poétique pour nous faire ainsi réentendre l’utopie positive portée par Gershwin en son temps : l’ouverture aux autres et à leurs différences.
Un hommage pétillant à savourer en famille !

Désirs Crossworlds puzzles • Un des sens • Fïlaa par 30 danseurs du Ballet de Lorraine, mardi 5 avril à 20 h 30

Sous l’intitulé ‘‘Désirs’’, le prestigieux Ballet de Lorraine et ses 30 danseurs partent à la rencontre des chorégraphes africains.
Dans cette soirée en trois temps, nous passerons par la Tunisie, le Burkina Faso et l'Afrique du Sud. Avec ses danseurs lorrains formés à la danse classique, mais ouverts à toutes les techniques de danses actuelles, et ses chorégraphes inventifs, valeurs montantes de la danse en Afrique, ‘‘Désirs’’ est un spectacle bouillonnant ! Ensemble, ils composeront une grande grille de mots croisés chorégraphiques, exploreront les sentiments du couple ou créeront un pays sans frontière, en transformant la réalité en rêverie générale, au son de la kora, du violon, de la guitare basse ou du balafon.
Après l'Opéra de Lorraine à Nancy et le Théâtre National de Chaillot, c’est à Draguignan que sera présenté ce spectacle vif et joyeux où les 30 danseurs du Ballet de Lorraine iront explorer les mille et une facettes du désir comme une quête de rencontre, d’échange, d’aventure humaine et artistique.
Un événement à ne pas manquer.

Pratique

Réservations du mardi au vendredi de 13 h 30 à 18 h 30 ; le samedi de 10 h à 12 h et de 13 h 30 à 18 h 30
Sur place, au théâtre ou par téléphone au 04 94 50 59 59.
Par courrier en adressant votre bulletin de réservation accompagné de votre règlement à :
Théâtres en Dracénie
bd G. Clemenceau
83300 Draguignan

Retrouvez encore plus d’informations ainsi que des extraits vidéo des
spectacles sur www.theatresendracenie.com


Pierre Aimar
Samedi 12 Mars 2011
Lu 923 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 24





Inscription à la newsletter