Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Festival Actoral. Hommage à Edouard Levé : "Pornographie" par quatre danseurs du BNM, par Philippe Oualid

Dansé au Musée d'Art Contemporain de Marseille les 4 et 6 Octobre 2012


© Actoral
© Actoral
Pornographie pour quatre danseurs est une pièce chorégraphique qui s'attache à reproduire à l'identique les 18 poses pornos de couples hétéros réalisées pour un ensemble de photographies par le plasticien-écrivain Edouard Levé et exposées trois ans avant sa tragique disparition au palais de Tokyo (Paris) en 2004.

Le corps recouvert de vêtements seyants Katharina Christl et Béatrice Mille qui se livrent à des pratiques mimées de fellation sodomie ou pénétration pimentent leur jeu d'un comportement de filles soumises tandis que les garçons accentuent chacun selon son style français (Julien Ramade) ou japonais (Yasuyuki Endo) l'obscénité de poses viriles dans les mouvements du bassin ou la lascivité des gestes.

Conservant un masque d'indifférence et de mépris évitant de manifester le moindre sentiment les quatre danseurs se livrent aux différentes positions du Kama Sutra selon les codes d'un exercice rituel prémédité. Souvent figés installés aux quatre coins du plateau dans une attitude d'attente au garde-à-vous ils plongent brusquement dans la scène qu'ils organisent en s'agençant les uns dans les autres comme les pièces d'un jeu de construction. Il est plaisant de voir la danse animer avec autant de facilité des photos qui s'inspirent des descriptions du Marquis de Sade ou des dessins de Pierre Klossowski et se doter indéniablement d'une fonction cathartique : le spectacle en effet confronte sans cesse Eros à Thanatos et donne l'impression que cet exercice de l'acte sexuel en simulation gratuite ressortit au monde infernal du Silence et de la Mort.

Il semble que les jeunes gens formés à la culture trash et aux films pornos aient été peu sensibles à cette exhibition. Applaudis en revanche par un public adulte les danseurs du BNM se sont satisfaits d'avoir créé une pièce qui correspond à une fantasmatique hétérosexuelle et à ce titre leur spectacle qui rejoint celui des sculptures érotiques des temples hindous mérite de faire partie de leur répertoire.
Philippe Oualid


Pierre Aimar
Samedi 6 Octobre 2012
Lu 930 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter