Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014

Traditionnelle, la terre vernissée l'est sans conteste. À travers ma pratique de potier, je la reprends à mon compte tout en l'interprétant, car j'aime sa capacité à apporter la joie de vivre dans la vie quotidienne, sur la table comme au jardin. Mais j'interroge aussi cette tradition.


Jean-Nicolas Gérard

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
Né à Brazzaville (Congo) en 1954, Jean-Nicolas arrive en F rance en 1961. Depuis toujours il a vécu dans le Midi. Il a démarré la céramique en 1978 et a été l’élève de Jean Biagini à l’Ecole des Beaux-Arts d’Aix en Provence. Il a également t ravaillé dans l’atelier de Claire Bogino et Paul Salmona . Son apprentissage passe par cette expérience qu’il élargit à la c onfection de grandes pièces. Après une courte pratique du grès, il crée un premier atelier pour la terre vernissée avec un f our à bois. Depuis 1983, l’atelier est situé à Valensole au cœur du village.
« Traditionnelle, la terre vernissée l'est sans conteste. À travers ma pratique de potier, je la reprends à mon compte tout en l' interprétant, car j'aime sa capacité à apporter la joie de vivre dans la vie quotidienne, sur la table comme au jardin. Mais j' interroge aussi cette tradition.
L a terre vernissée existe en tant que pratique d'aujourd'hui. Elle m'apporte des émotions aussi intenses que la peinture c ontemporaine et la céramique japonaise qui me nourrissent. »

Jean Biagini

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
Jean Biagini, de formation scientifique, est depuis toujours passionné par les cultures du monde et par l’art sous toutes ses formes, celui de la céramique en particulier, mais il l’est également par les mutations qui transforment sans cesse nos sociétés.
Artiste autodidacte et nomade, il a vécu près de dix ans en Extrême Orient et dans l’Ouest des Etats-Unis avant de rentrer en France à l’âge de 33 ans, pour y ancrer ses activités professionnelles. Depuis 1965, artiste-enseignant et passeur, il est l’initiateur de projets éducatifs et culturels innovants.

« Jean-Nicolas Gérard est un de mes tous premiers élèves. Joyeux, généreux, passionné, curieux de tout et de tous, il était s ur tous les fronts, présent et bien vivant.
On voit qu’il s’est bien frotté à l’altérité, il a vu « du pays », l ’Amérique, le Japon, la Corée, la Chine. Avec une force, une li berté et une inventivité inlassables, il fait danser la terre c omme nul autre »
.

Claire Bogino

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
Précurseur d’une certaine forme de terre verre vernissée, très présente sur la scène artistique de la céramique dans les années 80 et 90, Claire Bogino propose une œuvre apaisée, mûrie, épurée de sa tendance baroque initiale, plus proche de l a peinture, avec une exigence croissante du graphisme – jusqu’à parfois atténuer la couleur pour se concentrer sur le noir et blanc – de la forme, pour faire bouger chaque pièce comme un corps dansant.
L e travail d’engobe, la pratique de cuissons à très haute température donnent toute sa matière à l’argile, avec un jeu de mat et de brillant qui ne doit rien au vernis, un rendu parfois volcanique, géologique, qui a un lien premier avec la terre.
S a rencontre avec Jean-Nicolas remonte à l’Ecole des Beaux-Arts d’Aix où il était étudiant. Puis il est venu plusieurs fois en stage dans son atelier. Ce qu’elle admire chez lui est la force de son tournage et de ses formes, sa grande liberté et créativité de son graphisme, et les superbes cuissons avec toutes les nuances de couleurs que Jean-Nicolas maîtrise incroyablement.

Hans Fischer

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
L es plaisirs de la table
L’échange, l’esprit, et la jouissance.
La double joie sensuelle dans les yeux et le palais, du voir et du goûter. La gaité d’atterrir au fond de la gamelle après avoir traversé en la dégustant une montagne de semoule. L’effroi lorsque le mangeur se fait dévorer par le poisson. Si la poussière dont nous sommes faits ne nous unit pas, la gaité, l’esprit et la chair y parviennent sans peine.
Ce fut lors d’une exposition en Autriche, qu’il rencontra Jean-Nicolas Gérard. Il découvrit avec plaisir qu’il partageait le même goût pour la terre vernissée, chacun avec sa manière propre de la comprendre.

Gérard Lachens

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
Ses créations, marquées depuis plus de 50 ans par la poésie et l’humour s’inscrivent à la fois dans une tradition de la terre vernissée et dans un renouvellement de son expression, objets utilitaires détournés de leur fonction première par l’apparition de personnages et animaux au sujet desquels il existe toujours une histoire à raconter…

« Je rêvasse dans l’atelier, la plupart du temps, sans autre projet que de tripoter la terre, j’ai tiré de ma cave différents morceaux déjà travaillés ou tournés, et je bouscule un peu tout ç a, les écrase gentiment ou les déchire méchamment, les empile ou les torsade ou les bigorne jusqu’à ce que quelque chose se profile, ouvre un œil, fasse signe de continuer. Quand le sujet tient debout, retour à la cave à terre. Après c ’est la cuisine des engobes, des oxydes, pour naviguer entre le mat et le brillant. »

Lee Kang-Hyo

Lee Kang-Hyo est considéré comme l’un des meilleurs potiers coréens d’aujourd’hui. Il a exposé dans le monde entier et son travail se retrouve dans de nombreuses collections publiques et privées comme le British Museum de Londres, le Musée des Beaux-Arts de Boston ou encore le Musée International de Céramique d’Italie.
Lee Kang-Hyo crée des œuvres magistrales combinant des traditions antiques avec des argiles blanches et rouges de son pays.
« Un vrai potier parle seulement par le contenant » dit-il. Il essaye de moderniser le sens artistique et le style de vie hérité de ses ancêtres pour l’adapter au goût du jour.

Georges Mac Cauley

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
Les sources et les influences de son travail sont complexes. Il a grandi en Amérique tout en étant imprégné des traditions mystiques de la Grèce. Les arts populaires, le mysticisme, son héritage grec et ses voyages ont inspiré son travail.
Artiste céramique, il lui arrive aussi de travailler le bois et le métal. Son travail est un récit personnel, une expression de ses sentiments.
« J’ai rencontré Jean-Nicolas il y a 5 ans à Archie Bray où il était en résidence. En regardant sa production, j’ai immédiatement reconnu un frère, je travaille avec une même approche intuitive. Nos travaux se situent dans une même approche esthétique et un même processus, ils ont la même vitalité. Grâce à lui je me sens moins seul dans mon approche informelle de la céramique.
Potier extrêmement amical, souriant, avec un accent fantastique, je suis très honoré de faire partie de son exposition ».

Johannes Peters

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
J ’aime cette idée que tout mon savoir-faire en tant que potier ne pourrait pas avoir lieu sans tous les autres céramistes et potiers qui sont déjà passés sur cette terre. Il en est dépendant comme une petite roue dans un immense rouage de l’entraînement par les autres, créateurs ou spectateurs, et il en rend aussi une petite partie. Puis avec cette clarté apprise, la participation au jeu de cette « machine à voyager dans le temps » céramique rend autant de plaisir. Un plaisir qui naît de l’instinct, de la pulsion de ne pas se contenter d’une pure utilité des pièces.
Une des roues majeures qui m’auraient poussé serait bien sûr Jean-Nicolas. En regardant en arrière, il était absolument nécessaire que je vienne travailler chez lui, après mon passage chez Pierre Dutertre, autre personnage majeur. J’ai été béni que Jean-Nicolas m’accepte dans son univers, sa façon de travailler, d’être avec les gens. Le travail qui en est issu est une poterie utilitaire, engobé, pas tout à fait droite, se voulant parent avec maintes traditions et beaucoup aussi avec moi, s on créateur local.

Francine Triboulet

Exposition Jean-Nicolas Gérard et ses invités, Maison de la céramique, Dieulefit, du 19 juillet au 28 septembre 2014
A la rencontre de la céramique traditionnelle et des arts appliqués, Francine Triboulet crée et fabrique une gamme d’objets dans une démarche de design fait-main.
Sensibilisée par le travail d’une argile de carrière, Francine a choisi un grès de Puisaye, qu’elle façonne au tour ou à la plaque.
Son apprentissage auprès de Jean-Nicolas Gérard a été une occasion privilégiée de la découverte de l’engobe sur terre crue, qu’elle pratique depuis, avec toujours la même délectation.
La fabrication de l’objet usuel, dans son authentique simplicité est une autre caractéristique considérable de l’enseignement de Jean-Nicolas Gérard L’expression de Francine Triboulet en est emprunte. On la retrouve dans les recherches de formes sobres, touches colorées et ergonomie efficace.
Chacun de ses gobelets, théières ou sucriers ont vocation à prendre place dans le quotidien, et l’embellir.

Pratique

Maison de la céramique
Parc de la Baume
Rue des Reymonds
26220 DIEULEFIT
Tél. : 04 75 50 20 98
info@maisondelaceramique.fr
www.maisondelaceramique.fr

Horaires
Jusqu’au 31 août, tous les jours de 10h à 13h et de 14h à 19h
A partir du 1er septembre, du mercredi au dimanche et jours fériés de 14h à 18h.
Tarifs : 3€/1.5€



Meteo Dieulefit


Pierre Aimar
Samedi 26 Juillet 2014
Lu 1269 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter