Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Exposition Félix Ziem au Palais des Arts de Marseille, par Philippe Oualid

La Fondation "Regards de Provence" présente dans ses salons du Palais des Arts, Place Carli, une importante exposition de peintures, aquarelles et dessins de Félix Ziem (1821-1911), à l'occasion du centenaire de sa mort.


Félix Ziem, Caïques sur le Bosphore devant Sainte Sophie, vers 1880, huile sur toile 71 x 98 cm, collection particulière © Aleksander Rabczuk
Félix Ziem, Caïques sur le Bosphore devant Sainte Sophie, vers 1880, huile sur toile 71 x 98 cm, collection particulière © Aleksander Rabczuk
Ce peintre situé au carrefour des grands courants picturaux du XIXème siècle, considéré par la critique comme pré-impressionniste et orientaliste, crée en fait son propre style et choisit de rester en marge de tout mouvement artistique, tout en nouant de profondes amitiés en 1850, à Barbizon, avec Millet, Diaz, Daumier et Rousseau. Artiste prolixe, à la longévité exceptionnelle, il connaît de son vivant un succès commercial constant, mais reste négligé par les historiens d'Art.
Ses thèmes favoris sont les paysages animés et les marines : paysages du port de Marseille, de Martigues, qui font penser à Emile Loubon et à Paul Guigou, mais surtout des vues lumineuses de Venise dans la tradition de "védutistes" Canaletto et Guardi, et des compositions orientales rapportées de ses voyages à Constantinople, en Egypte et en Afrique du Nord.
Revendiquant l'héritage de Turner et du Lorrain, il se veut sans cesse à la recherche de correspondances entre des espaces pittoresques et des impressions poétiques, tout en manifestant un goût prononcé pour les effets de transparence. Il aime ainsi reproduire le caractère éthéré de la nature en mêlant le ciel à l'eau et à la terre (Personnage sur la plage), les feuillages des arbres aux nuées (Gondoles et voiliers devant les jardins français) à partir de quelques traits savamment posés et une multitude de touches nerveuses, piquetées avec une gestuelle très sûre du pinceau. Il en va de même de ces innombrables silhouettes en activité devant des forteresses fantomatiques. D'ailleurs, lorsque l'on se rapproche de ses toiles, on s'émerveille devant la petite touche colorée qui a su donner, dans une atmosphère vaporeuse, naissance à des formes identifiables de personnages comme dans Le marché à Nice, La fête sur les grands boulevards à Paris, ou l'Arrivée des gondoles aux jardins français.
On sait que Van Gogh faisait l'éloge de ces "bleus de Ziem qui ne bougent pas" et Théophile Gautier, qui rédigea en 1868 la préface de son catalogue d'exposition, aura été avec les Goncourt, l'un des plus fervents admirateurs de cette peinture idéaliste qui nous transporte, comme celle de Corot, dans le flou émouvant de rêveries poétiques ou la nostalgie d'un passé révolu. Contemplant un effet de coucher de soleil sur le Nil, le poète exulte : « C'est un véritable incendie que cette toile : elle rougeoie, elle flambe, elle éblouit et force presque à baisser les yeux. Jamais palette de Ziem ne fut plus chaude, plus ardente, plus magique... » C'est encore Gautier qui donne à l'artiste le titre de « peintre de Venise » : « Si vous n'avez pas vu Venise, arrêtez-vous longtemps devant un tableau de Ziem ». Il faut suivre ce conseil, car Ziem fait partie de ces peintres qui ont, comme il le déclare lui-même, « aimé et senti l'éternelle Beauté ».
L'exposition de Marseille conçue par le conservateur du Musée Ziem de Martigues, Gérard Fabre, et par deux savants experts, David Pluskwa et Mathias Ary-Jan qui préparent un catalogue raisonné de l'oeuvre, fait l'objet d'un beau livre de l'association Regards de Provence, en vente au Palais des Arts au prix de 35 Euros.On peut aussi se le procurer en écrivant à regards-de-provence@wanadoo.fr .
Philippe Oualid.

Jusqu'au 22 Mai 2011 au Palais des Arts de Marseille


Pierre Aimar
Lundi 7 Février 2011
Lu 1845 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément