Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Etienne Establie, copiste, expose au château de Castelnau d’Estretefonds du 3 au 18 décembre 2011

Étienne Establie est un jeune peintre toulousain et également copiste au Louvre et dans divers musées et fondations. Il expose de manière personnelle dans le château classé de Castelnau d’Estretefonds à 10 min de Toulouse


Je m’appelle Etienne Establie, j’ai 29 ans et je suis peintre autodidacte et copiste au Louvre après avoir été Directeur Artistique à Publicis Net (Paris). Je suis depuis plusieurs années des cours de modèle vivant, de peinture et de gravure aux ateliers des beaux arts de la ville de Paris ainsi que dans divers ateliers privés.

Mes réalisations plastiques sont des toiles personnelles et des copies de maîtres au Louvre. Ma première activité, à savoir la peinture créative, a pour sujet des portraits et des scènes de genre moderne transposées à l’époque actuelle dans lesquelles je cherche l’instantanéité du moment sans passer par un traitement photographique : je travaille exclusivement sans photographie ni projection sur toile mais uniquement d’après nature. Cette exigence, qui demande beaucoup de travail et de recherche en amont, permet de saisir l’originalité du moment, de la scène, du sujet à peindre que la photographie ne révèle pas. Je cherche à rattacher au mieux mon travail à la réalité que je vis et non que je vois.
Mes toiles sont imprégnées de l’actualité et de l’instantanéité de l’information que je place en parallèle avec l’instantanéité de ma technique : je cherche à extraire de la brutalité du moment la constance et la persistance du temps. C’est avant tout une peinture de réflexion vivante et non d’image morte.
Ma deuxième activité principale est la copie de tableaux anciens de grands maîtres au musée du Louvre.
Mes autres activités importantes sont le dessin (modèle vivant, en extérieur, portrait… de manière quotidienne), la morphologie (l’étude de l’anatomie et des proportions du corps humain), la gravure (eaux-fortes et taille directe) et la photographie (en tant que telle, dissociée totalement de la peinture).
Mon travail se nourrit donc essentiellement des maîtres du Nord dû à la proximité de grandes collections du musée du Louvre. L’analyse approfondie de cette période de l’histoire de l’art au travers du métier de copiste m’a apportée à la fois un moyen technique puissant et une vision de la peinture classique et moderne plus juste.

Les réalisations. Débuts artistiques et copies de maîtres

Je cherche dès le début à développer un vocabulaire artistique clair qui a pour alphabet le corps humain et ses sentiments à travers le médium pictural le plus radical : la peinture. En tant qu’autodidacte, ma passion pour la peinture figurative me pousse à m’exercer quotidiennement malgré ma vie professionnelle importante : peintures, dessin, modelage… Cette passion de l’art m’aide à acquérir un regard, une intention, une volonté artistique.
Je cherche activement à perfectionner une technique de peinture à l’huile à travers l’étude des grands maîtres de la Renaissance et de la période Baroque.
A partir de nombreux ouvrages (cf. Claude Yvel, Maroger, Xavier De Langlais, Mérimée…) portant sur les méthodes et les médiums employés par les peintres de cette époque, c’est-à-dire l’école italienne et flamande des 16ème et 17ème siècles, j’ai pu m’approprier progressivement une technique similaire à celle de cette époque. Cette technique exige un médium flamand à base d’huile noire et de vernis au mastic permettant une grande malléabilité de la pâte ainsi que la réalisation des supports, châssis et couleurs nécessaires : je réalise obligatoirement moi-même mes toiles (à base de lin supérieur et d’encollage de qualité) et je vais chercher des pigments rares dans le commerce pour fabriquer mes propres couleurs. Cette qualité technique est indispensable sur toutes les toiles que j’exécute car il est certain que cet apprentissage du métier enrichit indirectement ma créativité. De mon travail ressort une volonté incontestable de faire les choses de bout en bout pour acquérir un savoir-faire artistique unique et valorisant.

Les tableaux de cette époque sont le fruit d’une recherche d’observation très poussée qui me garantit une vitesse d’exécution largement tolérable pour les modèles vivants. Ce sont en partie des études, base de mon travail actuel, qui contribuent à créer un rythme et un questionnement dans ma production.
Mon activité secondaire à partir de cette époque est la copie d’oeuvres de grands maîtres des 16ème et 17ème siècles. Rubens, Van Dick, Ruysdael, Backhuysen… sont les maîtres que j’ai copiés jusqu’à présent et qui m’ont permis de voir l’histoire de la peinture sous un angle technique et artistique propre.
Je me concentre actuellement sur la copie de très grands formats grâce à une certaine rapidité d’éxécution indispensable à ce genre de copie. Cela me permet en effet d’étudier en profondeur ces grands maîtres et leur valeur picturale et, d’autre part, d’enrichir ma peinture personnelle de manière significative et empruntant des éléments essentiels de ces périodes et en les interprétant. L’intérêt de copier les oeuvres sur place est essentiel car il montre ce que l’oeil ne voit pas d’après photo, révèle la fraîcheur et la spontanéité de la toile à copier, fait davantage progresser le regard et l’attention de l’artiste. J’ai, de plus, fait l’objet d’un article dans la presse nationale (voir publication) et ai participé au mois de septembre 2010 à “l’exposition des copistes du Louvre” à la Mairie du 6ème arrondissement de Paris.
Le but initial de la copie d’oeuvre est de s’approprier intégralement une technique classique ancienne pour la synthétiser et la traduire de manière très contemporaine. Ainsi, après avoir mûrement exploré les possibilités offertes par cette école au Louvre, je peux affirmer que mon travail s’oriente naturellement vers la recherche d’instantanéité des grands maîtres italiens du 16ème siècle tels que le Caravage, Titien, les Carrache…

A propos de l'exposition de Castelnau d’Estretefonds

Cette exposition dévoile une série de toiles contemporaines peintes à l’huile d’après une technique ancienne du 17ème siècle utilisée par Rubens lui-même. On peut y voir un ensemble de paysages lumineux de Toulouse et de la région Midi-Pyrénées qui s’intégrent dans la continuité des peintres italiens de la Renaissance : à la façon d’un Canaletto, le jeune peintre a su traduire les atmosphères ensoleillées des rives de la Garonne, les camaïeux des murs rouges des Toulousaines, la sensation d’espace de la place du Capitole... La précision et la finesse des détails interpelle les spectateurs. Les effets saisissants de lumière sont caractéristiques de la technique singulière employée ici. L’artiste prépare lui-même les toiles, les couleurs, les médiums... tous ces éléments accompagnés d’une observation aiguë de la nature permettent ainsi une représentation plus juste des couleurs, des formes et du mouvement.

Dans cette exposition, le peintre a sélectionné une série de paysages récents comportant des perspectives poussées pour mettre en avant la singularité du lieu et un moment précis de la journée. Cette série est accompagnée d’un ensemble d’esquisses de paysages montrant la nécessité des prises de vue sur le motif ainsi que quelques peintures proposant une réflexion sur la notion d’allégorie moderne et du questionnement de l’image. Ces dernières études sont le fruit de l’observation des codes visuels de société et de leur interprétation aujourd’hui.
L ’ensemble éclectique des tableaux dévoile cependant une cohérence et une puissance artistique singulière. La particularité de l’artiste à vouloir peindre uniquement d’après nature propose non pas une peinture purement visuelle mais également une peinture d’esprit et de sensations et cela se retrouve dans toutes ses toiles.

Pratique

Exposition du 3 au 18 décembre 2011
Château de Castelnau d’Estretefonds
2, rue du Capech
31620 Castelnau d’Estretefonds
(à 10 min de Toulouse, par l’ A62 - sortie n°10-1)

Vernissage le 3 décembre de 18h30 à 21h.
Une partie de la vente des toiles sera reversée aux “Petites Soeurs de Marie” pour leurs oeuvres caritatives.

Coordonnées de l’artiste :
Étienne Establie
establie.etienne@gmail.com
06 86 75 21 96
Pour plus de renseignements : www.etienneestablie.com


Pierre Aimar
Jeudi 10 Novembre 2011
Lu 2197 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter