Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




De parcs en jardins, une flânerie parisienne, exposition photographique à Saint-Antoine l’Abbaye, Isère, jusqu’au 11 novembre 2015

Il s’agit de photos réalisées entre1858 et 1914, des instantanés émouvants et des témoignages de ce temps où Paris appartenait encore aux parisiens ;


L'exposition a lieu dans le noviciat © St-Antoine l'Abbaye
L'exposition a lieu dans le noviciat © St-Antoine l'Abbaye
documents issus des fonds patrimoniaux de la ville de Paris. Ils demeurent les témoignages d’une époque révolue, belle époque peut-être, témoins des aménagements apportés à la ville et du façonnage des paysages urbains. Promenades plantées sur les Champs-Elysées et le long des quais, squares et parc Montsouris, des Buttes-Chaumont ou Monceau, Bois de Boulogne et de Vincennes, tout autant que les jardins éphémères des pavillons d’expositions universelles, jardins historiques du Luxembourg ou des Tuileries révèlent la frénésie de renouveau dédié aux fêtes et aux plaisirs. Ajoutez cela aux aménagements imaginés par le Baron Haussmann dès 1853, et cela donne idée du nouveau paysage de la capitale.

On peut observer la création d’un mobilier urbain spécifique fait de pavillons et de kiosques, et de chalets. La nature est sans ambages façonnée en allées sableuses cascades et falaises ou sentiers de promenades.
Les bois, de Vincennes, Boulogne, deviennent des lieux délectables ou résonnent concerts et fêtes, avec cafés, restaurants, et théâtres ; des boulingrins (parterres de gazon) pour les élégantes et l’eau pour le plaisir du canotage.
On débouche sur une étonnante mixité sociale dans ces squares dédiés aux distractions et rythmés par les jeux des enfants et les petits métiers.
On va même jusqu’à l’annexion de villages alentour qui crée de nouveaux espaces : Parc des Buttes-Chaumont en 1860, avec ponts et belvédères et même une copie du temple de la Sybille à Tivoli.

Exposition rendue possible grâce à la Parisienne de Photographie qui assure depuis 2006 la reproduction numérique et la valorisation du patrimoine iconographique de la capitale. Et également grâce à l’Agence de documentation photographique Roger-Viollet.
Jacqueline Aimar

Jusqu’au 11 novembre 2015
04 76 36 400 68


Pierre Aimar
Jeudi 27 Août 2015
Lu 108 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter