Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Andromaque de Jean Racine, au Théâtre antique d’Orange le 17 juin 2011 à 21h45

La Comédie-Française et France Télévisions présentent Andromaque de Jean Racine le vendredi 17 juin 2011 à 21h45 au Théâtre antique d’Orange en coréalisation avec les Chorégies d’Orange et Culturespaces


La Comédie-Française à Orange

Andromaque de Jean Racine, au Théâtre antique d’Orange le 17 juin 2011 à 21h45
La Comédie-Française a été fondée en 1680 par lettre de cachet de Louis XIV afin de fusionner les deux troupes parisiennes de l’époque, la troupe de l’Hôtel Guénégaud et la troupe de l’Hôtel de Bourgogne. Cet acte royal lui accordait le monopole de jouer à Paris. Néanmoins, la Comédie-Française ne se produisait pas exclusivement dans la capitale. A partir de 1869, lors de ses tournées d’été, arpentant les routes, elle joue dans plusieurs villes françaises dont Orange.

Elle investit le théâtre antique durant plusieurs années lors des « fêtes romaines » créées en 1869. On y chante, cette année-là, une cantate à la gloire des Romains, Les Triomphateurs, et un opéra de Méhul, Joseph. Le succès est immédiat. Les proportions cyclopéennes, l’invraisemblable conservation de son mur de scène et son étonnante acoustique ravissent les spectateurs.

En 1902, les manifestations prennent le nom de « Chorégies » et sont programmées chaque année. Tous les grands noms de la scène française viennent y jouer le répertoire classique.

La Comédie-Française joua dans ce lieu les plus grandes œuvres du répertoire tragique, notamment Œdipe-roi de Lacroix, d’après Sophocle, Antigone d’Euripide ou Andromaque de Racine, avec des acteurs aussi prestigieux que Sarah Bernhardt et Mounet Sully ayant appartenu à la troupe de la Comédie-Française.

Cette relation entre la Comédie-Française et Orange a laissé une empreinte durable sur la ville puisque nombre de ses rues, fait exceptionnel pour une commune française, portent le nom de sociétaires de la Comédie-Française : Madeleine Roch, Mounet Sully, Jean Hervé, Mme Segond Weber, Eugène Silvain, Albert Lambert et Julia Barthet et qu’une de ses places se nomme Frères Mounet, du nom de sociétaires qui oeuvrèrent particulièrement à la création des Chorégies.
Matthieu Defline, directeur de Culturespaces

La pièce, Andromaque

Lorsque Oreste arrive en Épire pour réclamer à Pyrrhus Astyanax, le fils d’Andromaque qui représente une menace pour les Grecs, il se heurte au refus du souverain, qui veut plaire à la veuve d’Hector dont il est épris. Mais celle-ci lui résiste, fidèle au souvenir de son époux. Ignorant les déclarations brûlantes d’Oreste, Hermione aime Pyrrhus, qui la dédaigne. Les luttes menées par les membres de ce quatuor amoureux pour sortir de l’impasse radicale dans laquelle ils se trouvent sont le moteur de la tragédie qui réglera leur sort. Poussé par Hermione, Oreste tue Pyrrhus le jour de ses noces avec Andromaque, qui s’était résolue à cette union pour sauver son fils. Promise au châtiment des furies, Hermione se poignarde sur le corps de Pyrrhus. Andromaque devient reine et veuve une seconde fois, tandis que Pylade soustrait Oreste, devenu fou, à la vindicte du peuple.

Réservez vos places en ligne

L'auteur, Jean Racine

Il fit représenter Andromaque à l’âge de 28 ans, par la Troupe Royale le 17 novembre 1667, dans l’appartement de la Reine. La veuve d’Hector était interprétée par Mlle Du Parc. La pièce fit beaucoup parler d’elle et de son auteur, et fut appréciée par « ses Majestées ». Racine, au seuil de sa maturité, signe là une œuvre maîtresse. Dans la décennie qui suit, il écrit Britannicus (1669), Bérénice (1671), Bajazet (1672), Iphigénie (1674) et Phèdre (1677). Élu à l’Académie française en 1672, il évolue dans les sphères proches du pouvoir. En 1689 et 1690, il écrit les deux tragédies bibliques Esther et Athalie, représentées à Saint-Cyr devant Louis XIV. Il meurt en 1699 après avoir écrit un Abrégé de l’histoire de Port-Royal.

La mise en scène, Muriel Mayette

Nommée administrateur général de la Comédie-Française le 4 août 2006, Muriel Mayette est comédienne et metteur en scène. Ancienne élève de Michel Bouquet, de Claude Régy et de Bernard Dort, elle a été professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique entre 2000 et 2006.
Entrée à la Comédie-Française en 1985 après une formation au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, nommée 477e sociétaire en 1988, elle a interprété de très nombreux rôles sous la direction notamment d’Antoine Vitez (La Célestine de Rojas, 1989), Claude Régy (Huis clos de Sartre, 1990), Jacques Lassalle (La Fausse Suivante de Marivaux, 1991 ; George Dandin de Molière, 1992 ; Platonov de Tchekhov, 2003), Matthias Langhoff (Danse de mort de Strindberg, 1996 ; Lenz, Léonce et Léna de Büchner, 2002), Alain Françon (La Cerisaie de Tchekhov, 1998), Philippe Adrien (Les Bonnes de Genet, 1997), Catherine Hiegel (Les Femmes Savantes de Molière et Le Retour de Pinter, 2000), Claude Stratz (Le Malade imaginaire de Molière, 2001 ; Les Grelots du fou de Pirandello, 2005). Elle interprétait en 2007-2008 à la Comédie-Française et en tournée Le Malade imaginaire de Molière mis en scène par Claude Stratz et Fables de la Fontaine par Robert Wilson. Elle a par ailleurs réalisé les mises en scène notamment de Oh, mais où est la tête de Victor Hugo ? en 1990 au Théâtre national de l’Odéon ; Les Amants puérils de Crommelynck en 1993, Chat en poche de Feydeau en 1998, Les Danseurs de la pluie de Karin Mainwaring en 2001 et La Dispute de Marivaux en 2009 au Théâtre du Vieux-Colombier ; Le Conte d’hiver de Shakespeare en 2004 et Dramuscules de Thomas Bernhard en 2005 au Studio-Théâtre. Et pour le plateau de la Salle Richelieu, elle dirige la mise en scène de Clitandre de Corneille en 1996, du Retour au désert de Bernard Marie-Koltès en 2006, de l’Hommage à Molière en 2007, de Mystère bouffe et fabulages de Dario Fo et Andromaque de Racine en 2010.
En dehors de la Comédie-Française, elle a joué dans Le Misanthrope mis en scène par André Engel ; L’Inspecteur général de Gogol, mis en scène par Matthias Langhoff ; Quartett de Heiner Müller et Dona Rosita de García Lorca (à Nanterre en 2006), trois spectacles mis en scène par Matthias Langhoff ; ainsi que dans La Leçon de M. Pantalone, avec Mario Gonzalez, mise en scène par Christophe Patty (en tournée en 2006).
Elle est aujourd’hui Officier dans l'Ordre des Arts et des Lettres et Chevalier dans l'Ordre du Mérite.

La distribution

Cécile BRUNE : Andromaque, veuve d’Hector, captive de Pyrrhus
Éric RUF : Pyrrhus, fils d’Achille, roi d’Épire
Céline SAMIE : Céphise, confidente d’Andromaque
Elsa LEPOIVRE : Cléone, confidente d’Hermione
Léonie SIMAGA : Hermione, fille d’Hélène, accordée avec Pyrrhus
Clément HERVIEU-LÉGER : Oreste, fils d’Agamemnon
Stéphane VARUPENNE : Pylade, ami d’Oreste
Aurélien RECOING : Phoenix, gouverneur d’Achille, et ensuite de Pyrrhus

Mise en scène Muriel MAYETTE
Scénographie et lumières Yves BERNARD
Costumes Virginie MERLIN
Musique Arthur BESSON
Assistante à la mise en scène Josepha MICARD
Dramaturgie Laurent MUHLEISEN
Assistant scénographie Michel ROSE


Pierre Aimar
Mardi 1 Mars 2011
Lu 1703 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter