Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Amphitryon de Molière, par la Compagnie de l’Iris, théâtre de l'Iris, Villeurbanne, décembre 2011

Le tout-puissant dieu Jupiter descend des cieux pour s’offrir une fantaisie… Il prend l’apparence d’Amphitryon absent et passe une longue nuit d’amour avec Alcmène son épouse. Le fidèle Mercure l’accompagne sous les traits de Sosie, le valet d’Amphitryon, qui assiste impuissant à la dépossession de toute sa personne par ce double très vindicatif.


Amphitryon de Molière, par la Compagnie de l’Iris, théâtre de l'Iris, Villeurbanne, décembre 2011
La réalité est instable ou illusoire comme un décor de théâtre. Et l'homme lui aussi est en déséquilibre, convaincu de n'être jamais tout à fait ce qu'il est, ou ce qu'il paraît être.
En s'inspirant d'une fable mythologique, Molière nous plonge dans le labyrinthe d'une nuit où toute réalité est illusion, si bien que la vie elle-même semble un songe.
Si cette pièce fait place à l'irrévérence, à la cruauté, elle fait aussi place sous la plume de Molière, à la plus grande drôlerie.
Confrontés à l'absurdité d'une situation insensée, être face à son double, Sosie et Amphitryon font à leur plus grande surprise l'expérience de la dépossession d'eux-mêmes. Etrange rencontre, aux conséquences cocasses et douloureuses.
Dépossession engendrée par le désir fou de Jupiter pour Alcmène, la femme d'Amphitryon qui non content de se voir double et "doublé" se voit non seulement dépossédé de lui-même, mais aussi de son épouse. Elle-même trompée par la métamorphose d'un Dieu en tous points semblable à son mari.
Nuit bouleversée, nuit bouleversante donc, qui nous fait entrer dans l'intimité d'hommes et de femmes malmenés, rudoyés par le renversement d'un ordre établi.
Nuit onirique, théâtre de tous les possibles que nous amplifierons grâce à la complicité artistique de toute l'équipe.
Nous repousserons les limites de la réalité afin de nous plonger tout à fait dans cette nuit fantasmatique où les repères disparaissent scène après scène laissant les hommes au corps à corps avec eux-mêmes, faces à leurs doutes, leurs chimères et leur peur.
Des hommes universellement fragiles qui à l'épreuve de l'inconcevable en apprendront un peu plus sur eux-mêmes.
Des hommes qui en reculant leurs limites, feront peut-être par là même, l'apprentissage de leur liberté.
Béatrice Avoine et Didier Vidal, metteurs en scène

Pratique

Théâtre de l'Iris
331 rue Francis de Pressensé
69100 Villeurbanne
04 78 68 86 49
www.theatredeliris.fr
du 1er au 17 déc. 2011
les 30 et 31 déc. à 20 h
du mardi au samedi à 20 h,
dimanche 11 décembre à 16 h
relâches exceptionnelles les mardi 6 et jeudi 8 décembre


Pierre Aimar
Mercredi 23 Novembre 2011
Lu 736 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter