Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




7.11.10 > 6.03.11 : Hans Hartung, Spray, Musée Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon, Sérignan

Déjouant l’image traditionnelle du peintre abstrait gestuel et lyrique, l’exposition au Musée Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon intitulée « Spray » s’attache à rassembler des oeuvres moins connues de Hans Hartung : de grands formats sur lesquels l’artiste procède par simples pulvérisations laissant apparaître des espaces picturaux ouverts.


Hans Hartung, 1973, 180 x 250 cm. Fondation Hartung Bergman
Hans Hartung, 1973, 180 x 250 cm. Fondation Hartung Bergman
Chef de file de l’Abstraction lyrique de l’après-guerre, Hans Hartung (1904-1989) privilégie le geste spontané, la touche fluide et rapide, et utilise une gamme chromatique réduite aux contrastes prononcés. L’artiste a travaillé toute sa vie exclusivement avec des formes informelles.
Chez Hans Hartung, moyens et but sont intimement liés, on connaît son goût pour les instruments de la création - brosses, rouleaux à lithographie, pinceaux chinois, végétaux, pistolets, taloches d’empreinte de maçon, pulvérisateur agricole, tyrolienne, papier, toile, carton. «Il faut se laisser guider par le matériau quand il vous convient et surtout savoir le chercher avec insistance quand il vous devient nécessaire.»

Dès les années 40, dans certaines oeuvres le signe s’ estompe au profit de la tache et de la technique de la vaporisation pour laisser place à des espaces picturaux beaucoup plus ouverts, parfois flottants. À partir de 1968, Hans Hartung entreprend la construction de sa maison d’Antibes, alors une spécificité grandit dans ces oeuvres : le motif n’est plus centré, assujetti au cadre du tableau, mais devient «passant», traversant le champ pictural, se poursuivant à l’extérieur, évoquant un hors champ qui, comme dit Deleuze «renvoie à ce qu’on n’entend ni ne voit mais est parfaitement présent».

À l’âge de 82 ans, il est atteint d’un accident vasculaire cérébral, qui le laisse avec une mobilité réduite. Et voici que justement, dans ces trois dernières années, dès son retour à l’atelier, il crée 650 oeuvres dont 360 la dernière année en 1989. Avec l’aide de ses assistants, il met au point un système de projection de peinture utilisant des pulvérisateurs de la vigne ou des vergers. Hartung peint parfois plusieurs oeuvres dans une même journée, parfois même des très grands formats.

Le signe disparaît alors totalement des oeuvres au profit d’un espace entièrement ouvert. Sa liberté d’expression n’a jamais été aussi grande. Il écrit alors : « Le plaisir de vivre se confond en moi avec le plaisir de peindre. Lorsqu’on consacre toute sa vie à la peinture, que l’on cherche à aller toujours plus loin, il est impossible de s’arrêter. »

Exposition réalisée grâce à la collaboration de la Fondation Hartung – Bergman.
Exposition du 7 nov. au 6 mars 2011 Hans Hartung, Spray Vernissage le samedi 6 novembre 2010 à 19h

Pratique

Ouvert de 10 h à 18 h du mardi au vendredi et de 13 h à 18 h le week-end.
Fermé le lundi et les jours fériés. 5 € (tarif normal), 3 € (tarif réduit).


pierre aimar
Jeudi 4 Novembre 2010
Lu 1262 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter