Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




6/05 au 31/08 <> Gustave Eiffel, le magicien du fer. Hôtel de Ville de Paris

La tour Eiffel fait partie des monuments les plus visités au monde, mais les réalisations et la vie de l’ingénieur à qui elle doit son nom, sont peu connues du public. L’exposition Gustave Eiffel, le magicien du fer, retracera l’exceptionnelle carrière et reviendra sur la vie intime d’un ingénieur et constructeur, dont les ouvrages d'art jalonnent les continents.


En soixante ans d’activité, Gustave Eiffel (1832-1923) a multiplié les innovations et développé d’exceptionnelles qualités d’organisateur et de gestionnaire. Ingénieur de formation, il doit sa réussite à l’audace et à la précision de ses conceptions techniques. S'il n'est pas le premier dans l'utilisation du métal, il en use avec imagination, souplesse et ingéniosité, conquérant le monde grâce à des techniques et des formes nouvelles sur lesquelles il n’hésite pas à communiquer et qui lui valent son extraordinaire réputation internationale.
Chaque réalisation est l’occasion d’aller plus loin dans le progrès technique : pont Maria Pia sur le Douro au Portugal, viaduc de Garabit en France, gare de Budapest, charpentes métalliques, maisons, églises dans toute l’Amérique du Sud ou aux Philippines, conception de la structure de la statue de la Liberté, de la coupole de l’Observatoire de Nice.
À côté de ces réalisations, ce sont les ponts portatifs système Eiffel, qui conquièrent l’Europe et l’Asie.
L'année 1889, date d’inauguration de la Tour, constitue l'apogée de sa carrière d’ingénieur. Mais en 1893, alors qu’il travaille à la construction des écluses du canal de Panama - dont le principe novateur sera repris par les ingénieurs américains -, il est, à tort, éclaboussé par un scandale financier.
Condamné puis réhabilité, il se retire des affaires et dédie les trente dernières années de sa vie à des activités de recherches scientifiques, inventant un nouveau type de soufflerie, devenant rapidement l’un des plus grands dans le domaine de l’aérodynamique, travaillant avec Bréguet, Farman, imaginant un avion de chasse rapide. Une nouvelle face de la personnalité d’Eiffel qui sera ainsi révélée par l’exposition.

GUSTAVE EIFFEL, le magicien du fer
6 mai-31 août 2009 - Hôtel de Ville - Salle Saint-Jean

La tour Eiffel sera au centre de cette exposition :

construction, transformations, mais aussi la Tour comme muse et inspiratrice des peintres, des photographes et des cinéastes, fascinés par cette flèche
d’une audace nouvelle, révolutionnant le paysage parisien, devenue le symbole même de la ville.

Le projet de la Tour
En 1884, Émile Nouguier et Maurice Koechlin, ingénieurs de l’entreprise Eiffel présentent le dessin d’un pylône de 300 mètres pour l'Exposition universelle de 1889. Eiffel les laisse travailler sur le projet,
dont il leur achète le brevet.
Le chantier démarre le 28 janvier 1887 et devient vite l’attraction principale de Paris ; 250 ouvriers sur le chantier, et plus de 5 000 dessins préparatoires fournis par l'atelier Eiffel.
Le 31 mars 1889, Eiffel inaugure la Tour ; le public se précipite au pied de ce qui est alors le plus haut monument du monde.
Elle est destinée à être démolie au bout de vingt ans, mais l'ingénieur s'emploie à en démontrer l'utilité ; en 1898, il installe au sommet un laboratoire de météorologie, puis en 1903 un émetteur permanent de
T. S. F. Mais c’est sa position stratégique pour l’armée française et son rôle dans la guerre de 1914-1918 qui la sauvent définitivement de la démolition.


pierre aimar
Samedi 20 Décembre 2008
Lu 169 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter