Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




4.48 psychose, de sarah kane, Les Bernardines, Marseille, les 18 et 19 janvier 2013

La reprise de 4.48 Psychose* les 18 et 19 janvier, s'inscrit dans le déploiement d'une histoire plus large réunissant trois pays : la France, la Grèce et le Portugal.


La partition française sera retraversée ensuite avec des actrices grecques et portugaises. Ces deux futures créations seront amenées à muter, à évoluer avec le passage d'un pays à l'autre jusqu'à la création de Women, projet transfrontalier rassemblant les six comédiennes impliquées dans les spectacles précédents. Au moment où s'amorce ce grand chantier, à dimension européenne, entamé dès ce mois de janvier, il nous paraissait important de revenir à l'origine, de remettre les pas dans les traces initiales, de reprendre le spectacle avant de prendre un envol pour "ailleurs".
*créé en 2012 aux Bernardines

texte de sarah kane
mise en scène thomas fourneau

Avec
Rachel Ceysson
Marion Duquenne
Création lumière Pascale Bongiovanni
Assistante à la mise en scène Alice Gillino
Costumes et coiffures Geoffrey Coppini

Le propos de Thomas Fourneau

Au départ il y a ma rencontre avec 4.48 Psychose, une pièce écrite en anglais par Sarah Kane qui a ensuite été traduite dans de nombreux pays. J'ai créé le texte en français en 2012 avec deux actrices françaises, avant de le reprendre dans sa version française, prochainement aux Bernardines les 18 et 19 janvier 2013.

J'ai été depuis le début pleinement confronté à cette question du déplacement poétique dans une autre langue. C'est de cette confrontation parfois violente qu'est née l'idée d'un projet plus large réunissant trois pays : la France, la Grèce et le Portugal.
C'est aussi un désir de recherche musicale autour des points de rencontre entre trois langues bien distinctes. Un des arguments artistiques de ce projet transfrontalier est directement lié à l'idée de départ qui était d'aborder le texte de Sarah Kane en me concentrant sur un des points névralgiques de la pièce : la sensation que quelque part existe notre double exact. Il s'agit donc maintenant d'aller les chercher par-delà les frontières.
Comme matière de travail, j'ai choisi de travailler, en plus du texte de Sarah Kane, sur les textes d'Emily Dickinson et Sylvia Plath. Ces trois auteures sont liées à la fois par leurs écritures et par leurs thématiques. Au centre de leurs oeuvres, on retrouve toujours le rapport à la mort, considérée par chacune d'elles comme un éclairage nécessaire sur le fait même de vivre. Mais ce qui les relie c'est aussi le mystère qu'elles ont laissé derrière elles. Sylvia Plath et Sarah Kane se sont suicidées et Emily Dickinson a passé une grande partie de sa vie recluse dans sa maison. Sans vouloir représenter leurs pathologies il y a là le début d'un argument théâtral, une énigme est toujours la première chose que j'ai envie de poser sur une scène.

Le projet se développera donc en deux étapes.
La première consistera en deux nouvelles créations de 4.48 Psychose : en Grèce (dans le cadre du Festival d'Athènes) et au Portugal (au Théâtre Maria Matos). A chaque fois deux actrices de ces pays travailleront avec moi et les interprètes de la création française pour modifier et faire évoluer le spectacle d'origine.
Ce processus sera l'occasion de mettre en place un vocabulaire et un langage de plateau commun. La deuxième étape sera la création d'un nouveau spectacle, Women, en 2013/2014. Pour cette création la représentation d'un état à la lisière entre la raison et la folie, le rêve et la réalité, sera au centre de notre travail. Nous nous y attellerons en gardant nos distances avec toute forme de réalisme et en évitant de sympathiser avec un quelconque pathos.
Thomas Fourneau

Réservations



Pierre Aimar
Jeudi 3 Janvier 2013
Lu 342 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter