Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




30 avril au 27 septembre, Route de la sculpture contemporaine, hommage au sculpteur Albert Féraud, à Passy (Haute Savoie)

Albert Féraud, disparu il y a un an, le 11 janvier 2008, est l’un des sculpteurs majeurs du XXe siècle. Manipulateur de génie, il a exploré toutes les possibilités de l’inox, maîtrisant le métal, qui, sous ses doigts, devenait fluide. Aucun hommage national ne lui a encore été officiellement rendu.
A Passy, en 1973, il a été l’un des principaux artisans de « Sculptures en montagne - poème dans l’espace », évènement majeur de l’art contemporain des années 70-80, proposé au Pays du Mont-Blanc par le poète Jean-Pierre Lemesle.


L'atelier d'Albert Féraud © DR
L'atelier d'Albert Féraud © DR
« La Porte du Soleil », érigée sur notre commune aux côtés des œuvres de Calder, Cardenas, Gardy Artigas et Semser, en est le témoignage.
Il était donc particulièrement approprié que la Commune de Passy rende un hommage appuyé à ce grand artiste du XXe siècle.

Passy, le premier hommage à un sculpteur inspiré du XXe siècle.
Aujourd’hui, sous la conduite de Anne Tobé, maire-adjoint chargée de la culture et du patrimoine, Jean-Pierre Lemesle, Commissaire de l’exposition et avec la complicité de Madame Henriette Féraud, épouse de l’artiste, les dernières sculptures de Féraud vont quitter pour Passy l’atelier dans lequel elles ont été pensées et réalisées, accompagnées de quelques œuvres graphiques remarquables.
• Du jeudi 30 avril au dimanche 27 septembre 2009,
• le public pourra découvrir cette exposition temporaire de haut niveau
• au Centre culturel municipal, au Plateau d’Assy.

Plus qu’une exposition, un parcours flottant
Dans l’esprit innovant propre à Passy, à l’initiative des responsables de ce projet, chaque artiste ayant une œuvre sur la Commune, ayant participé à « Sculptures en montagne » ou ayant été élève du maître, ont été invités à réaliser un carton « hommage à Féraud » qui sera exposé et imprimé sur de grandes bannières de trois mètres de haut, créant ainsi un « parcours flottant » annonçant l’exposition Féraud, à l’image des portes qui, en 1973, ouvraient les cheminements dans la montagne.

Plus qu’une exposition, de nombreuses animations
Ces expositions s’accompagneront de nombreuses animations qui raviront tous les publics, spécialistes ou non, habitants, résidents ou visiteurs, jeunes ou moins jeunes…
En particulier :
• un atelier du patrimoine, créé spécialement pour les jeunes publics,
• des visites et des circuits libres ou guidés,
• des conférences-diaporamas,
• un accès à une documentation spécifique,
• un catalogue sur l’événement…

L’exposition-hommage à Albert Féraud. Un projet à forte valeur ajoutée

Un événement d'envergure nationale avec la présentation inédite des dernières œuvres de l’un des artistes majeurs du XXème siècle.
Un événement lié au patrimoine existant, avec la présence à Passy de la « Porte du Soleil » d’Albert Féraud, cheville ouvrière de « Sculptures en montagne », évènement reconnu mondialement, en 1973.
Un regard éclairé sur la route de la sculpture contemporaine qui balise aujourd’hui Passy.

Une démarche pérenne de mise en valeur du patrimoine.
L’hommage au sculpteur Albert Féraud, programmé pour 2009, est la première étape d’un programme d’actions, avec, en point d’orgue en 2013, les 40 ans de sculpture contemporaine et le projet « matières – matières : rencontres entre l’art et la montagne », évènement à l’échelle européenne avec les interventions et les performances de jeunes artistes venus de tous pays.
Une couverture sur cinq mois, du printemps à l’automne, du jeudi 30 avril au dimanche 27 septembre 2009.
Un projet transversal touchant l'action culturelle, le patrimoine, l’éducation, l’animation et le tourisme
Un partenariat local, départemental, régional et national, une large couverture médiatique.

Petite approche biographique & présentation de l’œuvre d’Albert Féraud, sculpteur, bâtisseur

Albert Féraud © DR
Albert Féraud © DR
Albert Féraud (1921-2007) a bâti la majorité de son œuvre dans sa propre usine de Bagneux (Hauts-de-Seine, France). Diplômé des écoles des Beaux-arts de Montpellier, de Marseille et de Paris (atelier d’Alfred Janniot), il obtient le Premier Grand prix de Rome de sculpture en 1951. Membre de l’Institut de France en 1990 (Académie des Beaux-arts), décoré des Palmes académiques en 1998, Officier de la Légion d’Honneur en 2003, Albert Féraud a présenté ses œuvres dans le monde entier.
Il n’en demeure pas moins un artiste extrêmement simple, ouvert et chaleureux, sachant recevoir dans son atelier les artistes connus ou inconnus, sachant toujours donner conseil à de jeunes sculpteurs.

Albert Féraud, chorégraphe de l’acier
De 1950 à 1960 il réalise de nombreux bustes en pierre ou en bronze, l’apparentant parfois, par la perfection, au travail de Bourdelle.
A partir de 1960, comme ses amis César et Guino, il découvre toute la liberté que peut offrir le « matériau récupéré » dans les casses de voiture ou les décharges industrielles.
Son œuvre passe alors d’un style figuratif vers une abstraction étirée. Période d’empreintes sur le plomb, qui fait penser à une influence subtile de Germaine Richier ou de Giacometti. Au travail du plomb succède ensuite celui du fer puis de l’acier, source d’un feu d’artifice de formes primitives.
A partir des années 1970, les collectionneurs privés et publics le remarquent, les commandes affluent, les expositions se multiplient, tant en France qu’à l’étranger.
Jusqu’à sa disparition, Albert Féraud imposera un langage inspiré et autonome, une maîtrise et une originalité sans précédent dans l’art des travaux en fer soudé et en acier inoxydable.
Rappelons que près de cinquante œuvres du maître se trouvent dans des collections publiques, françaises et étrangères , que plus de soixante-dix expositions personnelles ont été organisées dans le monde, dont cette importante exposition itinérante à Shanghai et Pékin, en 2001.
L’œuvre de Féraud, qu’elle soit sculpture monumentale en plein air ou dans l'architecture, se rencontre tant en Ile de France qu’en Provence Côte d’azur, de la Haute Normandie au Pas de calais, de la Champagne en Alsace et en Franche-Comté, du Midi Pyrénées au Languedoc Roussillon.
En Rhône-Alpes, Albert Féraud a réalisé un mur claustra pour la faculté de Médecine et de Pharmacie de Grenoble et dans la région bressanne, un Signal visible sur l’aire de Bourg-Teyssonge (Autoroute de Genève, Bourg-en-Bresse).
Les deux œuvres, en acier inoxydable, datent respectivement de 1967 et 1986.

Albert Féraud par Lydia Harambourg
« Albert Féraud, qui nous a quitté en janvier 2008, a donné ses lettres de noblesse à l’acier inoxydable.
Ses mains démiurges subliment les déchets de ferraille dans les métamorphoses d’un univers baroque où l’improvisation, la sûreté du découpage, du pliage, la précision de la soudure contribuent à l’élaboration de son langage.
Des envolées de plis, des torsions et des bourgeonnements, des corolles naissent des rythmes intuitifs entre vides et pleins, arrêtés dans un enchevêtrement de formes éruptives.
Chez Féraud, la complémentarité est créatrice : le hasard appelle l’ordre, l’inventivité est au service d’une liberté, vecteur de risque mais aussi tremplin à une pensée en constant éveil.
Epique, lyrique, sa sculpture est dynamisée par des rythmes musicaux qui participent de l’harmonie générale engendre une monumentalité dont l’énergie porte une plénitude organique et un élan fraternel. »

En savoir plus :
www.academie-des-beaux-arts.fr/membres/actuel/sculpture/Feraud

La route de la sculpture contemporaine (1973-2007)

La montagne source de création
« ... Il y avait eu les glaces aux noms prétentieux du miroir qui n’en finissaient pas de multiplier les choses il y avait eu les cailloux mes frères les cailloux au ventre bourré de couleurs aux formes ambitieuses au bruit tragique des cailloux par milliers il y avait eu l’église et ses pierres précieuses il fallait donc partir de là puis oublier libres apprivoiser l’espace créer cette confrontation inouïe entre elle montagne assise et nous les mutants qui venions d’assassiner son paysagiste. » Jean-Pierre Lemesle, 1973

1973, « Sculptures en montagne – Poème dans l’espace »
Une aventure de l’art contemporain dans un site unique
… Un dialogue à ciel ouvert entre l’art et la nature
… Un feu d’artifice immobile de formes, de matériaux et de couleurs.
En 1973, le Plateau d’Assy à Passy a été le décor d’un dialogue monumental entre l’art et la montagne.
S’appuyant sur les lieux et leur histoire, le poète Jean_Pierre Lemesle fit sortir l’art des musées en illustrant, avec une vingtaine de sculpteurs contemporains les plus représentatifs des années 1970, un poème géant composé de mots-sculptures sur une feuille d’espace, « Sculptures en montagne – Poème dans l’espace ».
Passy a gardé de cet événement, qui a reçu une participation et un écho international, cinq remarquables sculptures monumentales, celles de Calder, Féraud, Cardenas, Gardy Artigas et Semser.

La route de la sculpture contemporaine. Un grand musée en pleine nature
Depuis 1989, l’action conjointe de l’Art au pays du Mont-Blanc , de l’Office de tourisme et de la ville, a permis d’acquérir d’autres sculptures, celles de Raymond Gosselin, Jean-François Dupuy, Romy, Gilles Roussi, Lino Brunelli et André Sandel.
Disposées le long de la route qui relie la plaine au domaine de Plaine-Joux, ces œuvres forment un ensemble, « la Route de la sculpture contemporaine ».
Une onzième œuvre prendra place à Passy à la fin de l’année, créée par Colette Cossin et offerte à la ville par l’Office départemental d’action culturelle (Conseil général de la Haute-Savoie).

La Route de la sculpture, un cheminement accessible dans un espace naturel exceptionnel
La Route de la sculpture contemporaine parcourt le territoire passerand exposé au sud, depuis la sortie de l’autoroute A40 (sortie Passy) jusqu’au domaine panoramique de Plaine_Joux, à 1350 mètres d’altitude (D 43).
Son accès facile permet de contempler les sites les plus remarquables au Pays du Mont-Blanc, les chaînes du Mont-Blanc et des Aravis, celle des Fiz avec sa Via ferrata.
Nous découvrons ainsi tous les étagements qu’offre la montagne, depuis la plaine avec les caprices maîtrisés de sa rivière Arve, en passant par les hameaux jadis plantés et cultivés, les forêts d’épicéas et de hêtres, jusqu’aux derniers alpages, au pied des falaises minérales des Fiz.
Rien n’interdit cependant de lier la randonnée, la nature et la culture par les chemins et les sentiers qui jalonnent Passy, permettant d'accéder aux sites naturels renommés que sont le lac Vert, le désert de Platé, le site de Plaine-Joux ou la cascade de Chedde.

ACCES
Avion : Aéroport Genève-Cointrin, Aéroport Annecy – Meythet, Aéroport Lyon Saint-Exupéry
Route : Autoroute A40 Genève / Chamonix. Sortie Passy (n°21)
Train : Arrivée gare SNCF Le Fayet
Car : gare SNCF Le Fayet-St-Gervais-les-Bains


pierre aimar
Samedi 11 Avril 2009
Lu 2612 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter