Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




26.9.10 > 16.01.11 : Vienne 1900, Klimt, Schiele et leur temps à la Fondation Beyeler - Bâle

Cet automne, la Fondation Beyeler présente « Vienne 1900 », une grande exposition thématique avec des oeuvres majeures de Gustav Klimt, Egon Schiele et Oskar Kokoschka ainsi que des objets de la célèbre Wiener Werkstätte.


Egon Schiele, Selbstbildnis mit gesenktem Kopf, 1912 Leopold Museum, Wien
Egon Schiele, Selbstbildnis mit gesenktem Kopf, 1912 Leopold Museum, Wien
La « Sécession viennoise » et la Wiener Werkstätte (Ateliers viennois) ont fait de la Vienne du tournant du siècle dernier un des lieux de naissance de l’art moderne. La culture des cafés et le scandale qui entoura la Sécession viennoise sont entrés dans l’histoire de cette époque. À travers une grande exposition thématique, la Fondation Beyeler se penche sur la période située entre 1885 et 1918, des années qui révolutionnèrent littéralement Vienne et sa société. L’éclosion de l’art viennois, qui a également touché tous les genres artistiques, tels que l’architecture, le design et les arts décoratifs, sera appréhendée de façon globale.
L’exposition s’ouvre ainsi vers 1897 avec les oeuvres du Président de la Sécession, Gustav Klimt, flanquées de créations d’autres membres de ce mouvement. Leurs oeuvres de jeunesse en particulier, ainsi que des photos d’architecture et des esquisses de Josef Hoffmann, Otto Wagner, Koloman Moser et Joseph Maria Olbrich, illustrent l’évolution qui a préludé à cette révolution artistique et a conduit à la création du concept d’« art moderne viennois. »
Au coeur de l’exposition figurent un grand nombre de toiles et de dessins de deux peintres à la personnalité marquante, Gustav Klimt et Egon Schiele, avec notamment des portraits et des paysages de toute première importance. Des huiles et des dessins précoces du jeune Oskar Kokoschka forment un parallèle avec les travaux d’Egon Schiele. On verra également, et c’est une particularité de cette exposition thématique, des oeuvres majeures d’ Arnold Schönberg et de Richard Gerstl, dont les toiles sont rarement montrées.

À travers différentes productions des Ateliers viennois, on découvrira également l’interaction entre mobilier, céramique, argenterie, textile et peinture, dans l’esprit de l’oeuvre d’art totale. On pourra ainsi établir des liens artistiques entre l’ornementation picturale des tableaux ou des objets, et les projets des Ateliers viennois. L’étroite collaboration entre artistes, architectes et concepteurs de mobilier, qui a défini un nouveau concept de l’oeuvre d’art totale, a été un préalable essentiel à l’évolution de l’art moderne du XXe siècle et a continué à s’épanouir dans le Bauhaus et le mouvement De Stijl.
L’essentiel des prêts a été consenti par le Leopold Museum de Vienne. Parmi les autres prêteurs essentiels, il faut mentionner l’ Albertina et le Belvedere de Vienne, la Neue Galerie et le Museum of Modern Art de New York ainsi que la Stiftung Sammlung Kamm du Kunsthaus de Zoug. Une série de concerts avec l’Orchestre de chambre de Bâle liée au sujet de l’exposition est prévue en parallèle.
Cette exposition est réalisée par la commissaire invitée Barbara Steffen, Vienne, déjà responsable de Francis Bacon et la tradition picturale » (2004) à la Fondation Beyeler.

26 septembre 2010 -16 janvier 2011


pierre aimar
Dimanche 31 Octobre 2010
Lu 1224 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter