Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




24 au 26 juillet, Nuits Photographiques de Pierrevert, Lubéron

Les premières "Nuits photographiques de Pierrevert" auront lieu les 24/25/26 juillet 2009
Pierrevert est un petit village du Luberon, entre pinède et vignes, à flanc de coteaux, Etienne Sved* y a vécu. Il se trouve qu’un certain nombre de photographes y habitent et depuis fort longtemps :


« Les nuits photographiques de Pierrevert ». Parrain de la première édition : Peter Knapp

24 au 26 juillet, Nuits Photographiques de Pierrevert, Lubéron
* Stéphane Kossmann photographie le coté humain et tendre des Stars de cinéma : 22 ans de « RedCarpet » à Cannes et ailleurs. Dans les grandes métropoles il montre depuis 1994 la diversité de notre quotidien avec son travail : CROSS ou exister par sa différence et non par son identité.
*François-Xavier Emery, photographe indépendant, il vit en haute Provence. Depuis trente ans, grâce à sa polyvalence dans son activité et ses différents commanditaires, il explore les rapports entre l'homme et la ruralité.
*Alain Gualina, photographe -plasticien né sur les rives de la méditerranée. Depuis une dizaine d'années il entreprend un travail autour de l'eau.
*Henri Kartmann, photographe et plasticien, lauréat de l’ « Ultimate Eye Foundation » de San Francisco.
* Yves marchais, photographe et voyageur
Stéphane Kossmann, toujours heureux de retrouver son Luberon de retour de New York, leur a soumis l’idée de ce festival. La mairie de Pierrevert a tout de suite adhéré à ce projet. les premières
« Nuits photographiques de Pierrevert » auront lieu du 24 au 26 juillet 2009. Elles seront centrées sur trois soirées de projections photographiques sur écran géant, avec accompagnement sonore ou commentaires des photographes. L’objectif que nous nous fixons est de mettre en contact de la manière la plus directe possible des photographes reconnus et le public local ou régional. Dans cette optique, l’accueil des photographes invités se fera chez les pierreverdant, rendant ainsi possible les échanges souvent difficiles entre les professionnels et les amateurs qui n’osent souvent pas franchir le pas. Qualité et convivialité voila le cahier des charges que nous nous sommes fixé. Et pour marquer notre première édition, le parrain sera : Peter Knapp

Photographie : Stéphane Kossmann
Photographe et directeur artistique, il marque l’histoire de la photographie et de l’édition et sera présent pour nous présenter son travail et donner une « Leçon de photographie » qui sera, nous l’espérons, la première pierre d’une future collection.
Trois Soirées de projections
- Une carte blanche à Peter Knapp
- Soirée du sud : une soirée hommage à Etienne Sved* présenté par François Cheval*, conservateur du musée Nicéphore Niepce à Chalons sur Saône. Cette soirée sera Co-organisée avec les éditions du « Bec en l’air » et une sélection de ses photographes.
- Une soirée « Agence » : Cette année Rapho sera présent avec ses célèbres photographes.
Les projections photographiques seront complétées par :
- Des expositions photographiques
-Une « leçon de photographie » de Peter Knapp
-Une exposition de livres Photographiques,
-Un concours Photographique,
-Une exposition des travaux réalisés par les écoliers de Pierrevert,
-Une brocante photo
Le tout dans une ambiance conviviale rendant facile et le plus agréable possible les échanges entres les photographes et le public….

Première liste des photographes invités
Peter Knapp, Jean-Michel Berts, William Daniels, Isabelle de Rouville, Laura Favalli, Bruno Jarret, Yves Jeammougin, Laurent Julliand, Françoise Nunez, Jean-françois Mutzig, Bernard Plossu, Christian Ramade, Alain Sauvan, Tilby Vattard, Nathalie Vande Walle
Les photographes des éditions du bec en l’air :
Alexa Brunet, Michel Denancé, François-Xavier Emery, Alain Gualina, Frédéric Lecloux et Franck Pourcel.
Les photographes de l’agence Rapho : dont Sabine Weiss

Peter Knapp

Peter Knapp est né en 1931, à Baeretschwill, en Suisse. Après avoir suivi un enseignement de peinture, il s’inscrit à l’Ecole des Arts Décoratifs de Zürich, dans la section Arts Graphiques. C’est là qu’il découvre la photographie, puis il travaille comme stagiaire dans l’atelier de Monticelli (de 1948 à 1950).
En 1951, il s’installe à Paris et dessine à l’Ecole des Beaux-Arts, puis à l’Académie Julian. Il travaille comme graphiste en 1953 pour Paul Marquet. L’année suivante et pendant 2 ans, il assure la direction artistique du Nouveau Fémina. Parallèlement, il travaille pour les Galeries Lafayette jusqu’en 1959, année où il sera engagé par le journal Elle pour en prendre la direction artistique jusqu’en 1966, puis de 1974 à 1978. C’est dans ce contexte qu’il fait ses premières photos de mode. Il effectue également des reportages. Ses activités sont très diversifiées : il travaille comme décorateur pour le théâtre, sur des pièces de Max Frish et Eugène Ionesco.
De 1965 à 1968, il réalise une quarantaine de films documentaires dans le cadre de l’émission « Dim, Dam, Dom » qui a témoigné de la culture de son temps. Son intérêt pour la mode l’amène à collaborer avec des couturiers : il travaille pour Courrèges, avec qui il reste très lié et Ungaro. En 1968, il est directeur artistique des éditions Rencontre et André Sauret, parallèlement il poursuit ses reportages. Il travaille en tant que photographe pour la presse : Vogue, Stern, Elle, Sunday Times (reportages, portraits, mode). En 1974, il présente une première exposition personnelle importante à Bâle et depuis cette date il ne cessera de montrer régulièrement son travail. Son intérêt pour l’art contemporain l’amène à prendre en charge la mise en page d’une collection d’ouvrages éditée par le Centre Georges Pompidou en 1981.
En 2002, il réalise trois films sur l’histoire de la photographie pour TV5 et en 2006, un film documentaire de 52 minutes « Van Gogh, les derniers jours à Auvers ». Peter Knapp est membre des Rencontres de Lurs, de l’A.G.I. (Alliance Graphique Internationale) et maître de conférences à Sciences-Po.
Expositions récentes :
2008
Maison européenne de la Photographie (de janvier à mars)
FIAF. Galerie. New York (de mai à juin)
Galerie Beyeler. Klosters
Visart. Zürich (de novembre à janvier)
Galerie Anatome. Paris (de novembre à février)

2009
Musée Tinguely. Bâle (de février à mai)
Musée Nicéphore Niépce. Chalon-sur-Saône (de juin à septembre)
Théâtre de la photographie et de l’image. Nice (de juin à septembre)
Maison Giacometti. Stampa
Peter Knapp est représenté par les galeries Littmann à Bâle et Baudoin Lebon à Paris.

*Étienne Sved. Photographe et affichiste (1914-1996)

Né à Székesfehérvar (Hongrie) en 1914, sous le nom de Süsz István, il intègre à Budapest en 1930 l'Atelier, une école d'arts graphiques fondée par des professeurs du Bauhaus qui ont fui l'Allemagne nazie. Juif, Étienne Sved doit à son tour quitter son pays à l'arrivée des nazis et se réfugie en Égypte en 1938. Il y demeurera jusqu'en 1946. Journaliste pour le Progrès égyptien, il publie de nombreux dessins satiriques avant de découvrir la photographie. Il parcourt le pays à dos d'âne, s'attarde aussi bien dans les musées et les sites funéraires que sur les rives du Nil, où il photographie ses contemporains. Il rapporte de ce long voyage une impressionnante collection de photos, d'une grande valeur historique, qu'il exploite notamment dans un ouvrage paru en 1954, qui le révèle au grand public, L'Égypte face à face, avec un texte de Tristan Tzara.
Étienne Sved arrive en France en 1946, se marie l’année suivante et est naturalisé français en 1949. Il prolonge sa démarche photographique tout en menant avec succès une carrière de graphiste publicitaire. En 1962, il crée sa maison d'édition et s'installe en Haute Provence (1972) et se fait remarquer par la publication de Provence des campaniles, qui reçoit le prix Nadar en 1990. Il poursuit son travail d'éditeur et de photographe jusqu'à son décès, en 1996.
En 2003, le musée Nicéphore-Niépce fait l'acquisition du fonds photographique moyen-oriental d'Étienne Sved, composé de plus de 3000 négatifs et de vintages (tirages d'époque). La même année, une importante exposition organisée à Manosque, Étienne Sved photographiste, retrace son parcours et présente pour la première fois les photos d'Égypte au public. L'année suivante, le musée Denon de Chalon-sur-Saône élargit l'audience du photographe avec une exposition intitulée Moolesh, un asile photographique au Moyen-Orient.

*François Cheval
Après des études d’Histoire et d’Ethnologie à l’Université de Franche-Comté, rentre dans les musées en 1982. Prend la direction du Musée Nicéphore Niepce consacré à l’histoire et aux usages de La Photographie en 1996. Là, il tente, entouré d’artistes, d’historiens, d’ingénieurs et de chercheurs, d’innover dans le domaine de la muséographie.
L’équipe des Nuits Photographiques

* Stéphane Kossmann
Né à Tours en 1959 de parents franco allemands, Stéphane Kossmann a grandi en Touraine, puis aux Etats-Unis, où il est parti pour suivre une carrière de basketteur. Pendant ses premières années d'université à Seattle, il a suivi un cycle de formation en « communication visuelle ». A son retour en France, il a fait son service militaire comme un photographe dans l'armée de l'air française. C'était une occasion rêvée pour ce jeune homme de 21ans de combiner ses deux passions : basket-ball et photographie. En s’installant ensuite à Marseille, il a travaillé plusieurs années dans un laboratoire photographique avant de s’inscrire à un cours au "Rencontres internationales Photographie d’ Arles ».Ce fut un tournant décisif où, grace à sa rencontre avec Peter Knapp, il a développé son goût pour la prise de vue. Photographe à bord le "Mermoz", il a navigué autour du monde avant son retour à Paris. Son parcours professionnel l'a mené à travailler pour la presse magazine : « 7 Paris à Paris ». En 1989, le magazine l’envoie couvrir le Festival de Cannes. Depuis lors il a couvert "les marches" chaque année. Ses « poses naturelles » de stars ont fait l’objet de plusieurs expositions. Aujourd'hui, Stéphane Kossmann continue sa carrière en free lance, dans sa recherche de la sincérité. Depuis 2005, Stéphane Kossmann vit à New York et se consacre à l'art contemporain.

*François-Xavier Emery
Photographe indépendant, il vit en haute Provence. Depuis trente ans, grâce à sa polyvalence dans son activité et de ses différents commanditaires, il explore les rapports entre l'homme et la ruralité. Si son œil s'attarde plus volontiers sur le portrait et le paysage de Provence, il s'en éloigne régulièrement pour parcourir les pays de la Méditerranée, comme en 1999, à l'occasion d'un travail sur la Médina de Mekhnès au Maroc ou en 2003 pour rencontrer " les Hommes de l'olivier " ou encore en 2006 en Syrie pour l’édition d’un livre d’Art sur les Icônes Arabes. Aujourd’hui François-Xavier Emery veut aborder, entre autres, l’itinérance avec un projet photographique autour de la roulotte. Ses photographies font l'objet de publications, elles sont aussi présentées lors d’expositions comme actuellement au musée-conservatoire ethnologique de Salagon à Mane ou l’écomusée l’Olivier de Volx. Aux éditions le Bec en l'Air, il est l'auteur des photographies de « Mémoire et paysages du Verdon », de « Balades littéraires à la rencontre de Jean Giono » de « Calades, les sols de pierre en Provence » et de « Pierre Sèche ».

*Alain Gualina
Photographe -plasticien né sur les rives de la Méditerranée. Lors des premières années de son parcours photographique sa production ( à la chambre ) était déjà axée sur la nature et le paysage méditerranéen. Par la suite, ses pérégrinations le mènent en Inde et au Népal où son regard se fait plus attentif à la relation que l'homme entretient avec la nature. Puis une série d'images au Polaroïd vient marquer une très longue pause dans sa production. Depuis une dizaine d'années il entreprend un travail autour de l'eau, une démarche artistique jalonnée de vision fragmentaires où l'esthétique du paysage lié à l'eau occupe une place centrale. Un ouvrage : Eloge de l'eau , aux éditions Le bec en l'air et depuis peu une version en espagnol vient d'être éditée en Espagne. Des expositions : aux Rencontres d'Arles, à Rome, Milan, à Paris au Centre Beaubourg, à Chalon sur Saône au Musée de la Photographie ...prochainement à Paris au Pavillon de l'Eau.

*Henri Kartmann
Photographe et plasticien autodidacte, depuis sa première exposition en 1969, il cherche dans des clichés incontestablement concrets une forme d’abstraction personnelle et créative. Après une période d’abstinence photographique de prés de 20 ans, il expose depuis 1995 en France et à l’étranger (Espagne, USA, Russie).Ses images ont été sélectionnées par plusieurs revues photographiques et il a publié en 2005 « Effet de serres ou l’esthétique des restes ». Lauréat de « Ultimate Eye Foundation » de San Francisco, cette série a fait l’objet en 2005 d’une exposition au « Peninsula Museum of Art » de San Francisco. Il expose en mai 2007 au musée de la photographie de Nijni Novgorod (Russie). Il est exposé en permanence à la galerie Photo-originale à Paris.

* Yves marchais
Photographe et voyageur, son intérêt pour le portrait ne se dément pas au fil des années et le ferait designer comme photographe intimiste ou humaniste. Il voue une affection particulière au continent indien, inépuisable paradis au regard des photographes qui en apprécient la diversité et les couleurs ; il y retourne souvent. Ses photos ont reçu l’appréciation renouvelée des instances régionales de la fédération française de photographie.

Pratique
Les nuits photographiques de Pierrevert
Situer Pierrevert sur la carte
Siret N°50963433300017
www.lesnuitsphotographiquesdepierrevert.com
Chemin de Montfuron 04860 Pierrevert
Tel : 06 85 10 93 38
Email : lesnuitsphotodepierrevert@gmail.com


lesnuitsphotodepierrevert@gmail.com
Dimanche 21 Juin 2009
Lu 2246 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter