Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




23.03.11 au 27.06.11 : Les Clouet de Catherine de Médicis. Portraits dessinés de la cour des Valois. Domaine de Chantilly

L’exposition « Les Clouet de Catherine de Médicis. Portraits dessinés de la cour des Valois » s’annonce comme un événement important de l’actualité artistique en 2011.
Non seulement elle apporte un éclairage majeur sur l’art du dessin au XVIe siècle, à travers une centaine de feuilles de ses figures fondatrices, mais encore elle dévoile l’un des plus beaux ensembles de la collection du duc d’Aumale, en partie constitué par Catherine de Médicis elle-même, et habituellement préservé de la lumière comme de la vue des visiteurs…


Atelier de François Clouet, François de Coligny, vers 1555, Chantilly, musée condé © RMN/ R-G Ojéda
Atelier de François Clouet, François de Coligny, vers 1555, Chantilly, musée condé © RMN/ R-G Ojéda
Le mercredi 23 mars 2011, cette exposition du musée Condé, au Domaine de Chantilly, ouvrira ses portes à tous les amateurs et collectionneurs notamment réunis à Paris pour le Salon du dessin ; jusqu’au 27 juin, elle accueillera tous les visiteurs avides de découvrir ces témoignages rares d’un art naissant.

Au cours du XVIe siècle, les deux Clouet, Jean, le père et François, le fils, peintres à la cour des rois de France, ont donné leurs titres de noblesse à l’art du portrait au crayon, qui passe du statut d’esquisse préparatoire à la peinture à celui d’oeuvre d’art achevée. Les grandes figures de la cour des Valois, au premier rang desquelles les rois François Ier, Henri II, François II, ainsi que leur entourage sont saisis par ces portraitistes, qui utilisent un subtil mélange de pierre noire et de sanguine et croquent sur le vif. La composition de ces dessins est d’une grande simplicité est d’un modernisme fascinant : les visages sont de face ou de trois quarts, privilégiant l’expression, et sont encadrés par quelques éléments décoratifs, une coiffure élaborée, et l’esquisse de vêtement sur le buste. Ils portent incontestablement l’inspiration de l’art flamand (Jean est certainement né à Bruxelles), mais sont également influencés par le maniérisme florentin.
Rendu autonome par Jean et François Clouet en ce XVIe siècle propice aux artistes, le dessin séduit par sa liberté et devient un art prisé par les cours et les particuliers, comme en atteste Giorgio Vasari, qui le qualifie de « père de nos trois arts » (Vite de’piu eccellenti Pittori, Scultori ed Architettori 1ere édition en 1550, seconde édition en 1568).

L’important fonds de 366 portraits dessinés par Jean et François Clouet conservé par le musée Condé est unique au monde, par sa qualité et sa cohérence. Il est en grande majorité issu de d’une des toutes premières collections d’art graphique connue, qui a la particularité d’avoir été constituée par la reine de France Catherine de Médicis.

Avec une véritable passion, la reine recueillit et commandita plus de 550 portraits dessinés par
les meilleurs artistes de son époque. Soigneusement rangées dans des boîtes et portant le nom de leur modèles ces feuilles révèlent une facette intime et délicate de la personnalité de Catherine, qui se révèle fine observatrice et exigeante dans ses choix. Ses dessins furent légués à sa petite fille, grande duchesse de Toscane, et furent conservés à Florence, chez les Médicis, avant d’être vendus par un marchand d’art à des amateurs anglais, en 1737. Le duc d’Aumale, propriétaire de Chantilly et grand collectionneur du XIXe siècle fit l’acquisition de la plus grande partie d’entre eux en 1889 (coll.Carlisle), signant de la sorte leur retour à leur pays d’origine.

Le Domaine de Chantilly a ainsi choisi de livrer à ses visiteurs une partie de ce fonds, historique à plus d’un titre, et présente des feuilles entièrement restaurées grâce au soutien des Amis du musée Condé. Si elle témoigne incontestablement de l’essor artistique de la Renaissance française, l’exposition offre également un passionnant voyage à la rencontre des personnalités qui ont animé la Cour des Valois (Anne de Montmorency, constructeur du Petit Château de Chantilly et Connétable de France, l’amiral Gaspard de Coligny, assassiné lors de la St Barthélémy, Diane de Poitiers, maîtresse du roi Henri II, jusqu’aux fous Triboulet et Thonin…). Elle s’accompagne d’une publication scientifique d’Alexandra Zvereva, historienne et historienne de l’art parue aux éditions Arthéna.

Informations pratiques

Horaires de haute saison (après le 2 avril 2010) :
ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h00 à 18h00 ;
Horaires de basse saison (après le 1er novembre 2010) :
ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h30 à 17h00 ;
Tarif : 12 euros (adultes).
Site gratuit pour tout enfant accompagné d’un adulte ;
renseignements : Tel. : 03 44 27 31 80, site internet : www.domainedechantilly.com
Chantilly est à moins d’une heure de Paris et à vingt minutes de l’aéroport Roissy-Charles-De-Gaulle ;
autoroute : A1, sortie n°7 Chantilly en venant de Paris ; A1, sortie n°8 Senlis en venant de Lille, A16, sortie Champagne-sur-Oise ; train et RER : Gare du Nord SNCF Grandes lignes (25 minutes) ou Châtelet les Halles RER ligne D (45 minutes) (arrêt : Chantilly-Gouvieux).


pierre aimar
Vendredi 8 Octobre 2010
Lu 1470 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter