Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




21.09 au 3.10.10 : Parlez-moi d’amour. Adaptation et mise en scène Jacques Lassalle au Petit théâtre du TNP, Villeurbanne

Les nouvelles de Raymond Carver sont des coups de pinceaux incisifs : ils finissent par tracer le portrait d’une humanité déglinguée, d’un monde de paumés qui peuplent l’Amérique des années 50.


© DR
© DR
Parlez-moi d’amour, d’après les nouvelles Intimité et Le bout des doigts de Raymond Carver
Adaptation et mise en scène Jacques Lassalle
Avec : Olivier Augrond l’adjoint du shérif (Le bout des doigts) ; Julien Bal Frank l’éleveur (Le bout des doigts) ; Jean-Philippe Puymartin Lui ; Catherine Rétoré Elle
Assistant à la mise en scène Julien Bal ; scénographie Géraldine Allier
lumière Franck Thévenon ; costumes Florence Sadaume ; son Daniel Girard
Coproduction Théâtre Vidy-Lausanne ; Compagnie pour mémoire
Durée du spectacle : 1 h 30

Le Petit Théâtre du TNP
Situé derrière le TNP, rue Louis-Becker à Villeurbanne, 04 78 03 30 30
Calendrier des représentations
Septembre : mardi 21, mercredi 22, jeudi 23, vendredi 24, samedi 25,
mardi 28, mercredi 29, jeudi 30 à 20 h 00
Octobre : vendredi 1er, samedi 2 à 20 h 00; dimanche 3 à 16 h 00
Location ouverte. Prix des places : 23 € plein tarif ; 18 € tarif abonné et tarif groupe
(8 personnes minimum) ; 13 € tarif réduit (- de 26 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires
de la CMU, professionnels du spectacle).
Renseignements et location 04 78 03 30 00 et www.tnp-villeurbanne.com
Accès au Petit théâtre du TNP
TCL Métro ligne A, arrêt Gratte-Ciel.
Bus ligne C3, arrêt Paul-Verlaine ; Bus ligne 38 et 69, arrêt Mairie de Villeurbanne.
En voiture prendre le cours Émile-Zola jusqu’aux Gratte-Ciel, suivre la direction Hôtel de Ville.
Le TNP est en face de l’Hôtel de Ville.
Par le périphérique, sortir à Villeurbanne Cusset / Gratte-Ciel.

La pièce

Les nouvelles de Raymond Carver sont des coups de pinceaux incisifs : ils finissent par tracer le portrait d’une humanité déglinguée, d’un monde de paumés qui peuplent l’Amérique des années 50.
Sans effet littéraire, Carver s’intéresse à des gens qui n’ont souvent pas voix au chapitre et ausculte quelques plaies incurables de l’espèce humaine : son incapacité à aimer, sa peur de la mort, sa difficulté à vivre en couple. La matière choisie par Jacques Lassalle parle d’un écrivain qui rend visite à son ex épouse ; ailleurs une femme quitte son mari sans raison apparente, après vingt ans d’existence commune…
René Zahnd

Extraits

Une affaire m’appelle dans l’Ouest, et comme le patelin où habite mon ex-femme est sur la route, je décide de faire un saut chez elle. Nous ne nous sommes pas vus depuis quatre ans. De temps à autre, quand un journal ou une revue publiait un texte de moi ou un texte sur moi, portrait ou interview, je lui en envoyais un exemplaire. Je ne sais ce qui m’incitait à lui envoyer ça, hormis l’idée qu’elle y trouverait peut-être de l’intérêt. Mais en tout cas, elle ne m’a jamais répondu.
Il est neuf heures du matin et je n’ai pas téléphoné. Comment va-t-elle me recevoir ? Je n’en sais rien.
Raymond Carver Intimité

Ma femme m’a regardé et elle a dit :
— Je ne vais pas t’embrasser, je crois. Non, pas de baiser d’adieu. Je vais juste te dire au revoir. Prends bien soin de toi.
— La dernière fois que tu as porté ce chapeau, il était voilé de noir et je te tenais le bras. Tu étais en deuil de ta mère. Ta robe était plus sombre que celle que tu portes ce soir. Mais tu avais les mêmes chaussures, je m’en souviens. Ne m’abandonne pas, ai-je conclu. Qu’est-ce que je vais devenir ?
— Je ne peux pas être autrement, a-t-elle dit. Dans ma lettre, j’ai tout expliqué en grand détail. Le reste relève de… je ne sais pas. Du mystère ou de la pure conjecture, j’imagine.
Raymond Carver Le bout des doigts

Jacques Lassalle

Auteur et metteur en scène, Jacques Lassalle fonde en 1967 le Studio Théâtre de Vitry sur- Seine. Il sera ensuite nommé en 1983 à la direction du Théâtre national de Strasbourg.
Administrateur de la Comédie-Française de 1990 à 1993, il y réaffirmera quelques-unes de ses prédilections artistiques, à travers des auteurs tels que Marivaux, Goldoni, Molière et Nathalie Sarraute. Dès 1994, il renoue avec ses fonctions de professeur au Conservatoire national d’art dramatique.
En mars 2009, il met en scène La Fausse suivante de Marivaux au Théâtre national de Varsovie.
A la Comédie-Française, il crée récemment Figaro divorce de Ödon von Horvath, mai 2008, Il Campiello de Carlo Goldoni, 2006, et Platonov de Anton Tchekhov, 2003. Au Théâtre Vidy-Lausanne, il signe diverses mises en scène dont La Madone des poubelles, 2004, repris au Théâtre de l’est parisien en novembre 2008, Monsieur X. dit ici Pierre Rabier, extrait de La Douleur de Marguerite Duras, 2003, et Les Papiers d’Aspern d’après Henry James, 2002.

Raymond Carver

Né à Clatskanie, dans l’Oregon, petite ville ouvrière sur la rivière Columbia, il a grandi à Yakima, dans l’État de Washington. Son père, ouvrier dans une scierie, était alcoolique et sa mère travaillait parfois comme serveuse ou vendeuse.
En 1956, à l’âge de 18 ans, il s’est marié avec son amie de lycée, alors âgée de 16 ans, Maryann Burk, qui était enceinte. A la naissance de son deuxième enfant, Carver avait 20 ans. Après avoir obtenu son diplôme au lycée de Davis, Carver s’est occupé de sa famille et a travaillé comme portier, à la scierie, ou comme vendeur.
Après avoir déménagé en Californie, Raymond Carver a suivi des cours d’écriture avec le romancier John Gardner, qui a eu une influence importante sur sa vie l’écrivain. Il a alors continué ses études à l’Université d’État de Chico, puis à l’Université de Humboldt en Californie, et enfin, à l’Université de l’Iowa.
Dans les années 60, Carver habitait à Sacramento, où il travaillait comme gardien de nuit à l’hôpital. Il a étudié à l’Université d’État de Sacramento où il a appris beaucoup du poète Dennis Schmitz. Son premier recueil de poèmes, intitulé Near Klamath a été publié en 1968 par le club d’anglais de l’Université d’État de Sacramento.
1967 fut une année charnière pour Raymond Carver, de par la publication de son recueil de poèmes dans la respectable collection Foley, et la mort de son père. C’est également cette année qu’il a déménagé pour la Californie, à Palo Alto, afin de pouvoir travailler comme rédacteur pour Sciences Research Associates, où il a travaillé jusqu’en 1970.
Dans les années 70 et 80, sa carrière d’écrivain ayant enfin décollé, Raymond Carver a enseigné dans diverses universités américaines. De 1980 à 1983, il était professeur d’anglais à l’Université de Syracuse.
Pendant ces années durant lesquelles il a travaillé à droite et à gauche, élevé ses enfants, et essayé d’écrire, Raymond Carver a commencé à boire. L’alcool est devenu un immense problème qu’il a résolu grâce à l’aide des Alcooliques Anonymes.
En 1982, il a divorcé de Maryann, sa première épouse. Il vivait en effet depuis 1979 avec Tess Gallagher, la poètesse, qu’il avait rencontrée à une conférence d’écrivains à Dallas. Ils se sont mariés en 1988 à Reno, au Nevada. Deux mois plus tard, le 2 août 1988, il est décédé à Port Angeles, dans l’Etat de Washington, d’un cancer du poumon. Il était alors âgé de 50 ans et venait de rentrer à l’Académie américaine des arts et des lettres.


pierre aimar
Vendredi 10 Septembre 2010
Lu 1218 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter