Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




2 mai 2016. Raymond Duffaut, en poste depuis 1981, démissionne et quitte les Chorégies d'Orange

Depuis l'accession de Bompard à la mairie d'Orange, celui-ci se livre à une guerre sans merci pour devenir "prince" d'Orange. Avec la démission de Thierry Mariani de la présidence, la mairie estime que celle-ci lui revient de plein droit. Ce qui entraine la démission de Raymond Duffaut


De la politique avant la musique

8 500 spectateurs à chaque soirée, une vraie performance © Pierre Aimar
8 500 spectateurs à chaque soirée, une vraie performance © Pierre Aimar
Elu en 1995 à la mairie d'Orange à la tête d'une liste Front National, Jacques Bompard se voyait naturellement président des Chorégies d'Orange. Superbe carte de visite pour un maire plus enclin à la musique militaire. Un quasi "Prince d'Orange".
Thierry Mariani, le député local et président des Chorégies ne s’est pas laissé intimider et a été régulièrement réélu à la présidence par le conseil d'administration. En réponse, la mairie a suspendu sa subvention annuelle.
Heureusement, la force des Chorégies administrées par Raymond Duffaut était qu'elles s'autofinançaient (et s'autofinancent encore) à hauteur de 80 %. Une performance dans le domaine culturel français où l'inverse est plutôt la règle.

Entré en 1981 aux Chorégies d'Orange, Raymond Duffaut, passionné d'opéra (ça aide) et expert-comptable (ça aide encore plus) s'attache, en vrai florentin, à magnifier les Chorégies d'Orange. Jusqu'à ce que la politique locale se mêle au scénario. Une vraie intrigue de cour s'organise alors pour la conquête de la présidence des Chorégies. Une intrigue qui aurait passionné Verdi, un habitué des lieux et des basses intrigues princières.

La résistance tient bon jusqu'à la démission de Thierry Mariani en désaccord avec la nomination de Jean-Louis Grinda (directeur de l’Opéra de Monte-Carlo) pour succéder à Raymond Duffaut fin 2017.
Une faille s'est faite dans l'opposition à l'élection à la présidence des Chorégies du maire d'Orange. En effet, les statuts de l'association prévoient qu'en cas de démission du président, c'est la ville qui de droit devient président par interim jusqu'à la prochaine élection (2018).

Démission, élection, "jeu" de chaises musicales, intrigues, complot, rumeurs, calomnies, couronnement, mort virtuelle, destitution, nomination, fait du prince, tous les ingrédients de l'opéra verdien sont réunis.
Pour le pire.
Pierre Aimar


Pierre Aimar
Lundi 2 Mai 2016
Lu 360 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22





Inscription à la newsletter