Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




19 mars au 30 avril, exposition Bartholomeo, à la galerie du Vieux Lyon

De la peinture étirée en fortes plages chromatiques et des collages de vieux journaux ou de papiers peints, forment un fond signifiant pour la figure: la ligne noire continue, deuxième plan perceptif. Appliquée en dripping au-dessus de la toile, cette ligne de peinture industrielle c'est lui, Bartholoméo. D’un geste dynamique il risque sa toile en disant à l'autre: voilà ce que je pense de ce monde.


Bartholomeo, mimesis non-reproductif et synthétique des flashs du contemporain peintures, techniques mixtes sur toile

Bartholoméo, Choc de culture 2009
Bartholoméo, Choc de culture 2009

Séduit par les techniques de l’école de New York, qui restitue le monde urbain et industriel, contraignant et fascinant, Bartholoméo cherche, frotte, gratte comme un archéologue des empreintes de l’humain.
Témoin de son temps, capteur de la vie de son époque, Bartholoméo saisit des bribes de réalité pour les fixer sur la toile, amoncelées au centre du champ visuel ou éparpillées sur des extrêmes.
Création d’un nouvel univers sémiotique avec des éléments recyclés, référents de l’abondance d’images usitées, de matériaux quotidiens, supports de l’existence quelconque.
Ces éléments trompent l’oeil du spectateur car la virtuosité réside dans la maîtrise des plans apparents parallèles, où la présence et l’absence du fond et de la figure se jouent dans une fraction de seconde. Le fond apparent peut être parfois la dernière couche de peinture ou la dernière affiche lacérée.
Tous ces signes qui grouillent et entraînent le regard par leur saillance chromatique ne sont que les constats de l’artiste : mimesis non-reproductif et synthétique des flashs du contemporain. Ayant fait l’affirmation de ce qui est, la position de l’artiste s’exprime pleinement par le trait noir appliqué en dripping par-dessus le patchwork, la seule ligne non fractionnée du tableau. Cette écriture de dernier plan énonce la prise de distance du créateur par rapport à sa création : voilà ce qui est, voilà qui je suis.

Renseignements :
galerie-vieuxlyon.com
Jean-François Chauvel 06 80 62 77 57
galerievieuxlyon@free.fr


pierre aimar
Jeudi 4 Mars 2010
Lu 1027 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter