Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




16 au 21 mars, exposition Christophe Boursault, galerie du Tableau à Marseille

Pour saisir l'idée qui se dessine progressivement dans mon esprit, il y a une nécessité de rapidité donc de simplification. Je cherche à créer un langage plein de ruptures, d'intentions diverses qui formeront à la fin un ensemble plausible. Il y a parfois un côté séduisant, lyrique ou bien un côté régressif, destructeur, sale, plombant...


16 au 21 mars, exposition Christophe Boursault, galerie du Tableau à Marseille
C'est une peinture plus proche du dessin dans son esprit, une peinture d'imagination, brute mais consciente.
Des mots apparaissent souvent comme autant de points d'accroche pour fixer telle chose qui pourra être niée plus tard.
J'utilise parfois la représentation, prétexte à peindre le corps de la peinture, le flux, le rythme, ses palpitations.
Chacune de mes peintures est une improvisation, un nouveau vide à habiter, gonflé par des événements mémorisés.
Régulièrement, j'ai la nécessité, après de longues périodes de peinture, de changer de médium pour incarner ces taches, ces traits, ces corps que je représente...
La vidéo me permet de capter “des bouts de monde“ et à les retranscrire dans un langage personnel. Je recherche ces moments d'abandon, de transe, où la parole déraille, où le corps aussi est soumis à de multiples contradictions à travers l'utilisation de ces deux média. Tout ce que je perçois des autres peut alors /se dégager de mes improvisations; il s'agit d'être multiple, à la limite...
Je recherche quelque chose de très précis, un “sens“ interne qui va progressivement se créer au cours de multiples digressions.
En toile de fond de mes vidéos, des faits-divers sociopolitiques m'ayant interpellé et des références au petit monde narcissique de l'artiste à son rôle dans cette société du tout marketing...
Dans cette pratique de l'absurde, je dois désapprendre tous les gestes appris en société pour tenter une partition nouvelle plus brute, plus vraie. Mon personnage, en quête d'identité, erre à la recherche d'une communication impossible. Depuis quelque temps, je sors pour me filmer de l’espace clos de l'atelier, j'ai donc un “public de hasard“ au fil de mes pérégrinations. .
Christophe Boursault

Galerie du Tableau
37 rue Sylvabelle
13006 Marseille
Du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h


galeriedutableau@free.fr
Vendredi 6 Mars 2009
Lu 1175 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter