Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




16 au 20.11.10 : Le nuage en pantalon, Théâtre de l'Élysée, Lyon

« Je le considère [Le Nuage en pantalon] comme le catéchisme de l’art moderne : « À bas votre amour », « à bas votre art », « à bas votre société », « à bas votre religion »- ce sont les quatre cris des quatre parties. » Vladimir Maïakovski, 1918


Concentré d'irrévérence

16 au 20.11.10 : Le nuage en pantalon, Théâtre de l'Élysée, Lyon
« Je le considère Le Nuage en pantalon comme le catéchisme de l’art moderne : « À bas votre amour », « à bas votre art », « à bas votre société », « à bas votre religion »- ce sont les quatre cris des quatre parties. » Vladimir Maïakovski, 1918

« Notre époque est pétrie de distinctions, de hiérarchies, de tolérance automatique. On range en deux colonnes, le fond et la forme, le discours et l’esthétique, les convictions et le coeur, l’acteur et le texte. Nous calculons sans cesse.
Nous pesons le pour et le contre : avant de casser nous cherchons à remplacer, avant d’agir, nous cherchons à estimer les intérêts de l’action.
Maïakovski défend la destruction pour elle-même, comme un acte valable en soi.
De nos jours, notre politesse nous empêcherait probablement de lui cracher dessus comme ses contemporains en 1915, et cela m’inquiète par-dessus tout.
Je ne crois pas que proposer la fin du monde tel qu’il est soit facile. Je ne crois pas que de choisir de ne pas confondre la vie et l’art soit simpliste.» Marielle Hubert

Maïakovski défend l’idée que l’Art est toujours inférieur au vivant, bâillonnant le moindre élitisme littéraire à sa source.
Il n’expérimente pas un langage obscur pour tenter d’engendrer l’Art moderne mais une parole concrète. Il s’en prend aux poètes qui racontent un monde incompréhensible pour le peuple et tente de se faire le porte-drapeau d’une rue muette de beaux discours.
Né en 1893 en Géorgie, il se suicide en 1930 à Moscou. Dès 1911, poussé par son ami David Bourliouk, il entre dans le groupe des cubo-futuristes, mouvement d’avant-garde dont les membres se distinguent par des provocations publiques, des scandales, des appels à la destruction pure et simple de l’Art ancien, des tournées à travers la Russie pour insulter la vieille bourgeoisie
conservatrice.
Quand la Révolution éclate en 1917, Maïakovski l’accueille avec enthousiasme, il collabore avec les bolchéviques mais ne les rejoint pas formellement. Il n’adhèrera jamais complètement au Parti, appelant de ses voeux une révolution artistique.
Sa rencontre avec Meyerhold en 1918 est fondatrice, le grand metteur en scène reconnaît tout de suite le génie du poète et montera plusieurs de ses pièces (Mystère-Bouffe, Les Bains, La Punaise…).

Vladimir Maïakovski
Marielle Hubert
La Folie Nous Suit
texte : Vladimir Maïakovski
traduction : Wladimir Berelowitch
mise en scène : Marielle Hubert
jeu : Céleste Bruandet
création musicale : John Kaced
création costume : Clara Ognibene
compagnie La Folie Nous Suit
contact : mariellehubert@yahoo.fr

Théâtre de l'Élysée. 14 rue Basse-Combalot 69007 Lyon 7e. Tél.: 04 78 58 88 25


Théâtre de L'Elysée
Mercredi 29 Septembre 2010
Lu 912 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82










Inscription à la newsletter