Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




15 mai au 22 août 2010, Exposition « Présences russes à la Vallée-aux-Loups » à la Maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry

A l’occasion de l’année France-Russie, le Conseil général des Hauts-de-Seine présente une exposition inédite, « Présences russes à la Vallée-aux-Loups », du 15 mai au 22 août à la Maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry.


15 mai au 22 août 2010, Exposition « Présences russes à la Vallée-aux-Loups » à la Maison de Chateaubriand à Châtenay-Malabry
Cette présentation est consacrée à la propriétaire de la Maison de Chateaubriand entre 1923 et 1978, Lydie Le Savoureux, née Plekhanov (fille du fondateur de la social-démocratie russe), à ses hôtes russes, artistes importants d’avant-garde : Nathalie Gontcharova et Michel Larionov, Georges et Ludmilla Pitoëff, Marc Chagall… et à leur commune passion pour l’art populaire russe.

L’exposition présente cinq œuvres inédites, des archives et photographies, une série de livres illustrés et d’objets d’inspiration populaire, dont quatorze poupées, conservés à la Vallée-aux-Loups. Ils sont mis en valeur par des prêts consentis par de grandes institutions publiques, comme le Musée national d’art moderne-Centre Georges Pompidou, la Bibliothèque nationale de France, ou encore la Bibliothèque de l’INHA, et des collections privées parisiennes.

Une série de manifestations et d’animations pour le grand public et le jeune public (à partir de 6 ans) complète cette exposition.

En marge de cette exposition, le parcours habituel de visite intègrera plusieurs documents présentant l’attirance réelle de l’auteur des Mémoires d’outre-tombe pour l’empire des Tsars. S’il n’avait acquis la Vallée-aux-Loups en 1807, Chateaubriand se serait installé à Saint-Pétersbourg, du moins le prétendait-il. Bien qu’il ne soit jamais allé en Russie, contrairement à plusieurs de ses proches, son intérêt pour ce pays était réel.

L'exposition en quelques mots

Les thèmes abordés
Cette exposition met en avant :
- L’entourage familial et intellectuel de Lydie Le Savoureux avant son mariage, sa jeunesse en Suisse (promotion des Pitoëff…), sa personnalité ; Les relations de Lydie Le Savoureux avec le monde russe, l’entretien de la mémoire de son père Georges Plekhanov ;
- Les artistes russes à la Vallée-aux- Loups ;
- L’art populaire et l’illustration russes.

La scénographie
En préambule, dans la première salle, les archives évoquant la jeunesse de la fille de George Plekhanov, théoricien de la social-démocratie russe, sont dévoilées. Elles permettent d’illustrer l'environnement familial et intellectuel dans lequel Lydie Le Savoureux fut élevée. Plusieurs photographies prises à Genève, San Remo et Paris enrichissent cette présentation.

Deux autres pièces présentent des ouvrages illustrés, des objets et des œuvres d’art conservés dans les collections de la Maison de Chateaubriand. Divers prêts d’institutions et de collections privées agrémentent et complètent le propos.

La salle principale d’exposition accueille en particulier les œuvres de Gontcharova, très colorées, que les prêts consentis par le Musée national d’Art moderne-Centre Georges Pompidou permettent d’évoquer à diverses périodes de sa vie d’artiste. Larionov, Chagall et Georges Pitoëff sont aussi évoqués, ce dernier à travers les maquettes dessinées pour un projet de pièce de théâtre en 1916, à Genève, époque où Lydia Plekhanov jouait en amateur sous sa direction.

La troisième pièce est plutôt dédiée à l’art populaire russe, dont Lydie Le Savoureux partageait le goût avec ses amis artistes : gravures, poupées, textiles brodés, livres de contes, objets de bois, etc.

Les œuvres et documents présentés
Collection Maison de Chateaubriand :
Plusieurs œuvres et documents provenant des archives de Madame Le Savoureux, habituellement en réserves, sont présentés comme :
- 2 tableaux et 2 dessins de Nathalie Gontcharova, 1 dessin au crayon de Michel Larionov, représentants principaux du rayonnisme, mouvement artistique de l’avant-garde russe du début du XXe siècle, évoquent l’activité des deux artistes en France après leur exil en 1915.
- Divers livres de contes et récits pour enfants, abondamment illustrés, permettent de mettre en avant la riche inventivité des illustrateurs russes que le régime soviétique n’a pas réussi à tarir. Des cartes de vœux choisies dans sa correspondance complètent le thème.
- Une collection de petites poupées populaires en papier (environ 8 cm de hauteur) perpétue la veine de l’art populaire russe. Quelques objets, coffrets, vases… ayant appartenu à Lydie Le Savoureux appartiennent aussi à cette tradition.

Les principaux prêts :
Musée national d’art moderne-Centre Georges Pompidou :
6 œuvres de Nathalie Gontcharova (4 dessins et 2 tableaux) réalisées à des périodes différentes, entre les deux guerres mondiales, permettront de monter divers aspects de sa création : costumes, décors de théâtre et opéra, peinture. Elles sont accompagnées de la reproduction de trois dessins très colorés de Michel Larionov.

Bibliothèque nationale de France :
4 dessins de décors de Georges Pitoëff pour les Frères Karamazov, en 1916 sont montrés en relation avec 2 photos du couple Pitoëff à la même époque et d’autres documents, photos et lettres conservées dans les archives de la Maison.

Bibliothèque de l’INHA (Institut national d’Histoire de l’Art) :
2 livres de contes russes illustrés par Bilibine, édition originale russe, enrichissent la partie de l’exposition consacrée au conte. 4 planches en couleur, grandes lithographies d’après des aquarelles du début du XXe siècle, très décoratives, dévoilent d’autres facette de l’art populaire en complément des objets ayant appartenu à Lydie Le Savoureux.

Musée des Cosaques de Courbevoie (collection privée) :
Une serviette d’icône brodée d’or et d’argent, motifs floraux et aigles bicéphales, et une icône du XIXe siècle, Vierge à l’enfant, d’après une icône du XVIIe siècle.

Pratique

Maison de Chateaubriand
87, rue Chateaubriand
92 290 Chatenay-Malabry
Accès : Voiture : A86 Créteil/Versailles - RD920 (ex RN20) porte d’Orléans/Antony ; RER B : station Robinson (terminus), puis itinéraire piétonnier fléché (15-20 minutes) ; Bus : 194, 294 - Paladin 11
Horaires : Maison : du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h ; le dimanche de 11h à 18h ; Fermée le 1er mai ; Parc (ouvert tous les jours) : de 10h à 19h
Réservation conférences, spectacles et événements :
Tél. 01 55 52 13 00 - reservations-chateaubriand@cg92.fr
Tarifs : Parc et Maison : Tarif plein : 4,50 € ; Tarif réduit : 3,00 € ; Les dimanches et jours fériés 1,50€ ; 1er dimanche du mois Gratuit ; Parc seul Gratuit
[www.maison-de-chateaubriand.fr]mail:www.maison-de-chateaubriand.fr


pierre aimar
Mardi 6 Avril 2010
Lu 1084 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter