Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



12 mars au 3 avril, Froid, de Lars Norén. Mise en scène Simon Delétang. Théâtre Les Ateliers à Lyon

À l’origine de cette pièce, un fait divers, un drame ayant ôté la vie à de jeunes gens, dont Lars Norén
s’est emparé pour interroger le rapport de la jeunesse au monde et aux autres. Une jeunesse brimée, rageuse et abandonnée qui se tourne vers l’extrême violence et l’extrême droite pour s’affirmer.


« Die Mother fucker, Die ». Pour un Théâtre de l’effroi

© David Anemian
© David Anemian
Un constat sans jugement, sans artifice, des questions posées à nous tous auxquelles Lars Norén n’apporte aucune réponse si ce n’est celle de l’incarnation et de la représentation. Il est peut-être encore trop tôt pour y répondre, à moins qu’il ne soit déjà trop tard pour réagir.
Qu’est-ce qui pousse ces jeunes tout juste sortis de l’enfance à tuer pour voir ce que cela fait ? Á tuer pour affirmer ses idées raciales ?
Froid nous confronte à trois jeunes nationalistes suédois, trois chiots enragés et imbibés mais non dénués
d’intelligence, qui, pour fêter la sortie des classes, s’amusent à voler le temps précieux d’un de leur camarade d’origine coréenne. Unité de temps, de lieu et d’action : la tragédie se met en place. Chacun défend ses idées jusqu’à ce que la haine des uns prenne le dessus et se déchaîne contre la victime expiatoire d’une idéologie nauséabonde et passéiste, sans espoir de salut.
Lars Norén nous livre un théâtre à l’état brut, nourri d’une tension permanente qui joue avec nos nerfs et
notre conscience. Cet état des lieux très réaliste de l’horreur idéologique et de la détresse de la jeunesse est absolument nécessaire et vital à faire entendre et à faire incarner par des acteurs. Que de ce choc naisse la réflexion, que le théâtre soit encore le lieu de l’agitation des consciences et de l’éveil des sens.
Un théâtre qui, tout en nous anéantissant suscite notre esprit critique est la quintessence de ce que doit être la tragédie contemporaine.
Quand le fait divers devient matière théâtrale, la poésie de l’horreur surgit sournoisement comme un calque de nos faiblesses et de nos peurs.
Nous ne jouerons pas le réalisme de l’âge des personnages, étant entendus qu’il faut des acteurs aguerris, engagés et lucides, afin d’incarner l’humanité de ces nouveaux bourreaux et par cette distance salvatrice, rappeler que nous sommes au théâtre. La tragédie est dans les mots et dans les actes, et en grand dramaturge qu’il est, Lars Norén transcende la réalité pour mieux nous achever.
L’effroi que suscite cette pièce à la lecture est le même que celui que je cherche pour les spectateurs. Nul ne peut sortir indemne de cette tragédie.
Que de la confrontation de ce drame naisse une réflexion sur l’héritage laissé aux plus jeunes générations, sur la faillite d’un système, et sur le grand absent de ce texte, le mot « Amour ».
Puisse le pouvoir cathartique de la tragédie les libérer de leurs maux. « Il n’est jamais trop tard pour prévenir la mort de l’Europe.»*
Simon Delétang
Septembre 2007

Froid, de Lars Norén. Mise en scène Simon Delétang.
Théâtre Les Ateliers à Lyon
Production Théâtre Les Ateliers
avec
Mathieu Besnier Ismaël
François Godart Anders
Thomas Poulard Karl
François Rabette Keith
Scénographie Daniel Fayet
Lumières Thomas Chazalon
Son Nicolas Lespagnol-Rizzi
Costumes Odrée Chaminade et Julie Lascoumes
Masque Martha Romero
Régie générale Nicolas Hénault
Texte français Katrin Ahlgren et Amélie Wendling
L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté

Théâtre Les Ateliers
5 rue du petit david - 69002 Lyon
Tél : 04 78 37 46 30
Fax : 04 72 41 93 02
contact@theatrelesateliers-lyon.com
www.theatrelesateliers-lyon.com


pierre aimar
Vendredi 27 Février 2009
Lu 1035 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément