Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




12 et 13 mars 10. Things Moving, mise en scène Emmanuel Lagarrigue, Espace Culturel à Vélizy-Villacoublay

En janvier 2007, micro onde, le centre d'art contemporain de l'Onde produit l’exposition d’Emmanuel Lagarrigue It is just in your mind. Le contact avec cet univers, nous donne d'emblée la sensation physique d'être dans un théâtre, devant un objet artistique vivant, animé, troublant, insaisissable. C'est une scénographie dans laquelle on déambule, qui interagit avec celui qui la regarde, qui nous met en état de fragilité.


Line Tørmoen, Dimitri Jourde, It’s only a rehearsal de Zero Visibility corp
Line Tørmoen, Dimitri Jourde, It’s only a rehearsal de Zero Visibility corp
A l’Onde, nous cherchons par nos choix artistiques à rapprocher des mondes, des pratiques et des publics qui se méconnaissent encore beaucoup plus qu'on ne le croit : les arts plastiques et le spectacle vivant.
C'est donc spontanément que nous demandons à Emmanuel Lagarrigue s'il a déjà songé à créer une oeuvre pour la scène, qui comporterait un début et une fin. Cette envie l'a déjà, au minimum, effleuré, à un moment où la danse contemporaine entre de plus en plus dans ses centres d'intérêts.
Il s'empare de cette idée. Nous lui faisons découvrir des chorégraphies qui nous semblent pouvoir faire écho à son oeuvre, dont It's Only a rehearsal , de la norvégienne Ina Christel Johannessen. La rencontre avec les deux interprètes, Dimitri Jourde et Line Tørmoen, est comme une évidence. Il a désormais toutes les cartes en main. C'est troublé par la présence d'êtres de chair et de sang que son dispositif scénique et sonore d'une absolue précision nous parlera de l'aléatoire.

Note d’intention d’Emmanuel Lagarrigue
Ce projet est avant tout une aventure collective dirigée par un artiste plasticien, dont il s’agit de la première expérience scénique.
C’est un projet qui mêle intimement des dispositifs plastiques déjà à l’oeuvre dans mon travail avec des possibilités offertes par le contexte spécifique d’une grande salle de spectacle. Je considère cette création véritablement comme une installation, mais une installation scénique, dont l’ampleur spatiale et temporelle la rapprochera aussi d’une forme de performance. De nombreux éléments y seront à l’oeuvre : texte, son, vidéo, danse, jeu …
Le point de départ du projet consiste à examiner les conditions d’apparition d’une singularité dans un espace à la stabilité aléatoire.
Dans ce contexte le terme de singularité, ou de moment singulier, peut aussi bien représenter une rencontre entre deux personnages qu’entre une image et un mouvement, un objet et un danseur, un son et un acteur, etc. L’idée centrale sur laquelle s’élabore le projet est que seule la mise en contact de différents éléments peut provoquer le mouvement ou l’événement nécessaire à une narration, fût-elle chaotique. Cette mise en relation, en contact, voire en éclat (à l’image du silex), permet la constitution d’éléments isolés qui, mis ensembles, permettent d’imaginer une forme de narration ouverte, se déployant dans de nombreuses directions. Une expression pourrait résumer l’horizon que se fixe ce projet : « un paysage d’événements ».
L’un des parti-pris sera celui de la coprésence de tous les éléments durant toute la durée de la performance. D’une certaine manière le spectateur aura l’impression que « tout est déjà là », voire que « tout était déjà là ». Il s’agit, à l’image de toute vie commune, de refuser l’idée ou l’espoir de l’apparition d’un événement extérieur venant « changer le cours des choses ». Pas de miracle à attendre, c’est avec ce qui est ici que chacun doit vivre. Ainsi les danseurs, acteur, objets, son, vidéo… seront toujours présents, même si leurs niveaux d’activité et d’interaction seront très variables. Le mode de travail du projet sera celui de la construction de situations, mettant en contact les différents éléments dans des configurations sans cesse variables. Les événements produits par ces situations proposeront des régimes narratifs différents (de l’échange à l’interrogation, de la confrontation à l’assimilation), à mêmes de développer des formes de compréhension et d’appréhension alternatives. Sans contenu narratif obvie, l’ambition de ce projet est de laisser à chacun la maîtrise de la focalisation qu’il souhaite opérer à l’intérieur de ce paysage, afin d’y former sa propre histoire.
Le pivot de ce projet est un personnage indistinct, dont l’existence ne peut s’avérer que lorsqu’il entre en contact avec une situation le révélant. Ce personnage ne sera jamais donné à voir en tant que tel, mais constituera plutôt un horizon, un arrière plan auquel se rattachera nombre d’événements. Il n’est pas “interprété” par l’acteur ou l’un des danseurs, il est plutôt une forme de présence que tous les éléments peuvent endosser alternativement. Il est une projection de tous les éléments et de leurs rencontres, ainsi bien sûr que des spectateurs. Son fonctionnement sera bien entendu en écho à celui du spectateur : à l’apparition de sa singularité devrait correspondre celle de chaque spectateur, par sa prise de conscience de ce qui se passe et le travail d’interprétation qu’il devra alors fournir.

Mise en scène, son, vidéo Emmanuel Lagarrigue
Textes inédits Julien Theves
Danseurs Line Tørmoen, Dimitri Jourde
Acteur, musicien Nicolas Jorio
Guest David Sanson

Informations pratiques

L’Onde—espace culturel
8 bis, avenue Louis Breguet
78140 Vélizy-Villacoublay
Tél : 01 34 58 03 35
Horaires d’ouverture
du mardi au vendredi de 13h à 19h - le samedi de 10h à 16h
et les dimanches de spectacle de 15h à 16h
Site internet
www.londe.fr
ACCES
En voiture depuis Paris
Depuis l’A86 Direction Versailles, sortie Vélizy-Centre
Depuis la porte de Saint-Cloud Pont de Sèvres, puis N118 (direction Bordeaux-Chartres), et A86 direction Versailles – sortie Vélizy Centre
En transports publics
RER C Arrêt Gare Chaville-Vélizy, puis prendre bus CVJ (arrêt sous pont de chemin de fer) direction Vélizy-
Villacoublay, arrêt Wagner ou bus CBA, CVE, CVM (à la gare routière), arrêt Wagner
Depuis Pont de Sèvres Jusqu’à 19h seulement (terminus Métro ligne 9), puis bus 40, 43 ou 46 pour Vélizy-Villacoublay, arrêt L’Onde ou Ravel


pierre aimar
Samedi 6 Février 2010
Lu 1494 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81










Inscription à la newsletter