arts-spectacles
Sortir ici et a
Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)


Renaud Layrac, "Horizon d’attente", Galerie Barnoud à Quetigny (21), du 21/9 au 4/12/19

La Galerie Barnoud a le plaisir de présenter "Horizon d’attente", une nouvelle exposition personnelle de Renaud Layrac (né en 1962 à Monaco, il vit et travaille à Nice et Paris).


Renaud Layrac, Horizon d''attente #6, 2019 - impression jet d’encre sur papier Museum Canson 315g - tirage n°1/6 - 76 x 55 cm
Renaud Layrac, Horizon d''attente #6, 2019 - impression jet d’encre sur papier Museum Canson 315g - tirage n°1/6 - 76 x 55 cm
Co-fondateur du groupe BP en 1984, qui s’est fait connaître en détournant de leur fonction initiale des matériaux liés à l’industrie pétrolière, Renaud Layrac travaille seul depuis la dissolution du collectif en 2008. Dès lors il poursuit une réflexion critique où art, auteur, logo et signature se confrontent aux univers de l’entreprise et de la communication.
En marge de l’exposition, deux œuvres de BP appartenant à la Collection Géotec, présentées notamment dans les locaux d’Entrepôt 9, seront commentées chaque premier jeudi du mois de septembre à décembre, lors des visites PAUSE ART.

"Horizon d’attente" est le nom d’une série de photographies de 2019 de Renaud Layrac formant un polyptyque panoramique et décrivant la continuité d’une géographie qui se déploie d’un rivage à un autre, un horizon rythmé de constructions industrielles dédiées à l’acheminement ou à la production d’énergie. Les images présentées sont constituées de montages d’éléments récupérés sur le web. Affirmant ce geste d’appropriation, la marque "Before Present" s’y imprime en filigrane ("watermark") tel un "copyright". L’expression, abrégée en « BP », est utilisée dans l’univers scientifique comme référent temporel pour la datation au carbone 14. Elle fait également référence au passé de Renaud Layrac qui, dans le groupe BP et dès la fin des années 80, interrogeait la place de l’artiste dans une société dominée par des multinationales sourdes aux enjeux sociaux et écologiques. "Before Present" dit aussi l’opposition entre le temps long, celui de la planète et de l’histoire, et le temps de l’immédiateté d’un monde contemporain régit par la vitesse.

Comme en écho à la série des photographies, un immense tapis de 2.50 x 5.50 m, constitué de dalles de pneumatiques recyclés, est étendu au sol. On y retrouve inscrite la locution "Before Present". L’œuvre, qui date de 2010, questionne les enjeux économiques et leurs conséquences sur l’environnement naturel. Combien de tonnes de gomme de pneus a-t-il fallu transformer pour la fabriquer ? Combien d'œuvres de ce type faudra-t-il pour que nous comprenions la nécessité de mesurer l’impact de nos actes, tant au niveau local qu’à l’échelle planétaire ?

En 2008, Paul Virilio, interrogé au sujet de son exposition "Ce qui arrive" à la Fondation Cartier, à Paris, en 2002, affirmait ceci : « Nous vivions dans la conviction que nous avions un passé et un futur. Or le passé ne passe pas, il est devenu monstrueux, au point que nous n’y faisons plus référence. Quant au futur, il est limité par la question écologique, la fin programmée des ressources naturelles, comme le pétrole. Il reste donc le présent à habiter. Mais l’écrivain Octavio Paz disait : "L’instant est inhabitable, comme le futur." Nous sommes en train de vivre cela… ».
Quel est donc notre horizon d’attente, où voulons-nous nous situer : avant ou après la catastrophe ?

Pratique



Pierre Aimar
Vendredi 27 Septembre 2019
Lu 116 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 220



Inscription à la newsletter

Festival ici et ailleurs 2019

Cliquez sur l'image pour télécharger

e-magazine interactif !
Textes et espaces publicitaires
sont des liens pour les sites des festivals