Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




du 5 décembre au 4 janvier, « Lux machina : un cabinet de curiosités ». Installation / machines à projeter et cinéma amateur au Lux, Valence (26)

« Lux machina : un cabinet de curiosités ». Installation / machines à projeter et cinéma amateur
Une création Ad libitum/ rencontre du patrimoine cinématographique avec l’art contemporain.
Christophe Auger, Joël Massey, Laure Sainte-Rose. coproduction lux Scène nationale de Valence, Atelier cinématographique Ad libitum


La genèse : une collecte de films amateurs

"lux machina" @ Ad libitum 2009
"lux machina" @ Ad libitum 2009
L’exposition puise son origine dans une collecte de films amateurs réalisée en Drôme depuis janvier 2009 par Laure Sainte-Rose de l’Atelier cinématographique Ad libitum, invitée en résidence annuelle par lux Scène nationale. La somme des documents recueillis, filmés principalement sur supports argentiques (8 mm, super 8, 9,5 et 16 mm), témoigne de pratiques familiales du cinéma, dénuées d’ambition artistique, et plus rarement de la passion d’ « amateurs avertis » pour les techniques et le langage cinématographique.

L’ensemble de ces films constitue une matière riche et diversifiée qui a donné lieu depuis le début de la collecte à plusieurs rendez-vous avec Laure Sainte-Rose autour de la valeur patrimoniale de ces images. Des conférences publiques /projections sur grand écran en salle de cinéma de différents programmes de films issus du fonds ont permis de valoriser ce corpus et de rendre compte de la pratique amateur à travers le temps (des années 30 aux années 80) et par là des évolutions des techniques cinématographiques : procédés images et d’enregistrement du son, formats de pellicules, caméras… par leur projection sur grand écran en salle de cinéma.

Ces films montrent, par le choix des sujets et des instants de vie filmés, des moments heureux du quotidien (enfance, pique nique, promenades du dimanche) ainsi que des évènements festifs plus “exceptionnels” (rituels de mariages, baptêmes, communions, pèlerinages, processions, fêtes de village, rallye, jeux olympiques, spectacles). Ils indiquent aussi l’évolution du paysage et des sites les plus visités du patrimoine local, les coutumes et les modes de l’époque (tenues vestimentaires, coiffures, véhicules), les destinations touristiques choisies pour les vacances ou les voyages. A partir du présent duquel nous voyons ces images, le passé nous saisit et leur confère un certain charme, une étrangeté, en tout cas valeur de curiosité.

« Lux machina : un cabinet de curiosités ». Installation/ machines à projeter et cinéma amateur. Une création Ad libitum/ Christophe Auger, Joël Massey, Laure Sainte-Rose

L’exposition / installation marque l’aboutissement de la collecte et sa transfiguration. Une plongée dans les images types du film de famille et leur transformation au gré d’une mise en scène où se côtoient, dans un même espace d’expérimentation, art contemporain et patrimoine cinématographique.
Images argentiques, électriques et vidéographiques /une plongée vertigineuse dans l’univers du cinéma amateur : plusieurs machines à projection inventées et conçues par trois artistes d’Ad libitum, Christophe Auger, Joël Massey et Laure Sainte-Rose, sont disposées dans les salles d’exposition plongées dans le noir. Elles permettent des jeux avec les images originelles et leur transformation une fois « ingurgitées » dans la créature de projection. Disposées dans les espaces, mises en interaction et diffusant en simultané, ces machines proposent un parcours visuel et imaginaire, créent un univers allant de l’abstraction à l’onirisme. Au fil de sa déambulation, le visiteur rencontre de véritables « machines curieuses » : outil technologique ayant nécessité une démarche scientifique (Joël Massey), outil bricolé et détourné dans la lignée des pratiques du cinéma expérimental (Christophe Auger), devenant œuvres à part entière par leurs matériaux et leur forme et par l’approche sensible des images qu’ils induisent.

Les dispositifs mis en œuvre sont conçus pour générer à partir de la « matière image » brute, des manipulations, des distorsions, des confrontations inédites. Autant de traces occupant l’espace d’exposition, allant du “réel-image” à l’ “image-inaire” : effets d’anamorphoses optiques et électriques, composition sonore utilisant des ambiances familiales et des “bruits machines”. Il s’agit de confronter le public autant aux dispositifs eux-mêmes qu’au contenu des images et de proposer un voyage dans le temps des images : de la mémoire à l’ici et maintenant.

Installations et machines actives

- « Lisse à joues » (sculpture machine de Joël Massey-Création 1989, restaurée en 2009)
Anamorphose cathodique d’images vidéographiques.
- « Vidéo spectra » (machine sentimentale de Joël Massey. Création 2009).
Transformateur d’images électriques en bas relief.
- « Aqua reflex » (machine/installation de Christophe Auger. Création 2009)
Transformation acqueuse d’images argentiques 16mm.
- « Optographe (machine/installation de Christophe Auger. Création 2009)
Abération optique d’une image 16mm par jeu de lentilles.
- Dispositifs de projection 16 mm et installations images, conçues in situ
(création Laure Sainte-Rose, Christophe Auger, Joël Massey nov-déc 2009).
- Dispositifs de diffusion sonore conçus in situ
(création Laure Sainte-Rose, Christophe Auger, Joël Massey nov-déc 2009).

Ad Libitum
L'Atelier Ad libitum est un laboratoire cinématographique artisanal dont le but est de promouvoir les arts de l'image et du son. Installé au Moulin de Cras (Isère) depuis sa création en 1999, l’atelier dispose d’un équipement cinématographique spécifique permettant la prise de vue, le développement, le tirage, le montage, le trucage et la remise en état de films de formats 8, S8, 16, S16 et 35; et également d’un studio son analogique permettant la prise de son, le montage et le mixage.
Les activités se concentrent autour de travaux de restauration et de sauvegarde de films expérimentaux et amateurs, de trucages et de tirages spéciaux pour des cinéastes, de la conception et de la réalisation d’ateliers pédagogiques, de la programmation et de la diffusion de films d’archives et de films d’auteurs.
L’atelier est un lieu de création et de recherche, dans les domaines de l’image et du son, qui accueille des cinéastes et artistes d’autres disciplines. La mise à disposition des outils et savoirs faire du laboratoire d'expérimentations, permet une collaboration technique et la rencontre de pratiques artistiques.
Ad libitum est membre des réseaux européens “Ébouillantés” (réseau des laboratoires cinéma indépendants) et “Inédits/Films amateurs, mémoire d’Europe” (collecte, conservation, sauvegarde, étude et valorisation du film amateur). Pour en savoir plus : http://adlibitum.sud-gresivaudan.org

Les protagonistes d’Ad libitum, à la fois artistes et techniciens, aux savoir-faire complémentaires, s’associent régulièrement pour faire se rencontrer leurs pratiques créatives :

Christophe AUGER, trafiquant d’images et manipulateur de lumière. Après avoir fait des études de Lettres et travaillé comme technicien de laboratoire photographique, il se consacre à la réalisation et à la projection d’images cinématographiques. Artiste plasticien utilisant le cinéma, il est membre fondateur de la “Cellule d'Intervention METAMKINE” depuis 1987, et travaille régulièrement avec le “Groupe ZUR”, depuis 2001. Membre fondateur de l’Atelier Ad libitum, il effectue des travaux techniques de laboratoire cinéma et développe une collaboration artistique avec Laure Sainte-Rose, dans le cadre des interventions cinématographiques d’“Ad libitum duo”.
http://adlibitum.sud-gresivaudan.org
http://metamkine.free.fr
http://www.groupe-zur.com

Joël MASSEY, plasticien électrovisuel et ingénieur électroacousticien. Electronicien de formation, puis photographe, il devient chef opérateur cinéma et chef opérateur son à la Maison du cinéma à Grenoble. Il travaille ensuite en tant que qualiticien dans la société AATON (caméras professionnelles cinéma) à Grenoble. Sa passion pour la musique le dirige vers la recherche audiophile et il devient concepteur et constructeur d’amplificateur haute fidélité (Caravage). Il développe et invente depuis plusieurs années, des systèmes electriques de projection d’images concu comme des installations qu’il présente dans des festivals de musique et des galleries.

Laure SAINTE-ROSE, restauratrice de films et cinéaste indépendante, formée en ethnologie et en sciences politiques. Elle développe une approche originale avec le cinéma, et sa mise en lien avec d’autres disciplines. Membre fondateur de l’Atelier Ad libitum, elle développe un travail allant de la remise en état à la valorisation de films d'archives. Elle restaure des films d'artistes/films expérimentaux de musées nationaux, ainsi que des films amateurs de collections privées ou de musées régionaux. Elle pratique l’improvisation avec musiciens et cinéastes, utilisant un dispositif de projection d’images 16mm fabriquées en laboratoire, puis manipulées en direct. Elle participe aux interventions cinématographiques de “Ad libitum duo” avec Christophe Auger.
adlibitum.sud-gresivaudan.org

Lux Scène nationale - 36 boulevard du Général de Gaulle 26000 Valence
Ouverture : mardi au vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 16h à 19h,
fermé les jours fériés et du 24 au 29 décembre
Renseignements : 04 75 82 44 15 | Web : www.lux-valence.com | site ad libitum adlibitum.sud-gresivaudan.org


pierre aimar
Vendredi 13 Novembre 2009
Lu 883 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter