Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




ZoneBis présente la 9e édition du festival Hallucinations Collectives, qui se déroulera du 22 au 28 mars 2016 au cinéma Comoedia, à Lyon

Hallucinations Collectives cherche à faire (re)découvrir à un large public des oeuvres laissées en marge de l'histoire « officielle » du cinéma. Des films aux qualités réelles, oubliés ou méprisés car inclassables, difficiles à appréhender, sortant des sentiers battus.


Les spectateurs pourront découvrir près de trente films en rétrospectives ou en avant-premières, programmés sur une semaine. Comme chaque année, les compétitions d'inédits longs et courts-métrages seront au rendez-vous.

Rayon avant-premières et inédits, la programmation réunira gros morceaux particulièrement attendus et pépites à découvrir d'urgence.
Les amateurs repéreront ainsi rapidement la présence de Green Room de Jérémy Saulnier (Blue Ruin), de High Rise en première française (adaptation de J.G Ballard par Ben Weathley, vainqueur de la compétition longs-métrages en 2012 avec Kill List), ou encore de Hardcore Henry en première européenne, premier film d'action entièrement tourné en caméra subjective et version longue du clip phénomène Bad Motherfucker (32 millions de vues sur youtube!).
La vitalité et la diversité du cinéma de genre seront confirmées par la présence de Der Nachtmahr (Allemagne), Scare Campaign (Australie, première internationale), Men & Chicken (Danemark) et Southbound (USA), tandis que le nouveau cinéma français sera à l'honneur avec la présence durant le festival des talents émergents Joyce A. Nashawati pour Blind Sun et Thierry Poiraud pour Alone, ainsi qu'avec la projection du documentaire du duo Gilles Penso / Alexandre Poncet, Le Complexe de Frankenstein.

Depuis 2013, le festival laisse carte blanche à une personnalité pour choisir trois films qu'elle vient ensuite présenter au public. Après Nicolas Boukhrief, Pascal Laugier et Christophe Gans, c'est cette année la réalisatrice Lucile Hadzihalilovic (dont le second long-métrage, Evolution, sort en salles le 16 mars) qui a répondu à l'invitation. Nul doute qu'il sera passionnant d'écouter pourquoi une cinéaste aussi atypique et fascinante a porté son choix sur L'Incinérateur de Cadavres, Lettres d'un Homme Mort et Prison de Cristal).
Sa présence sera aussi l'occasion de diffuser son premier film, Innocence, dans la case « Cabinet de Curiosités » de notre grille de programmation. Celle-ci regroupe, sans qu'elles n'entrent dans une thématique particulière, des perles qu'il nous tient particulèrement à cœur de montrer. On y trouvera également Appel d'Urgence et son compte à rebours avant la fin du monde, Sonny Boy, avec David Carradine en travesti redneck, et le Spetters de Paul Verhoeven.

Rendez-vous désormais incontournable, la soirée double programme du vendredi soir, bien nommée « Soirée Animokatak » , mettra à l'honneur un sous-genre particulièrement riche et sympathique : les films d'agression animale. Le sanglier géant de Razorback et les fourmis de Phase IV auront la responsabilité de mener la charge face aux humains.

L'idée était régulièrement évoquée depuis des années : un des papes du cinéma bis se verra enfin consacré une thématique aux Hallus, via notre « Zoom sur Jess Franco » ! L'homme ayant près de 200 films au compteur, difficile de prétendre faire une rétrospective conséquente de son œuvre, mais les trois films choisis (Les Inassouvis, Le Cabaret des Filles Perverses et Crimes Dans l'Extase) nous permettront de lui rendre hommage à notre façon.
Alain Petit, spécialiste du réalisateur et auteur de Jess Franco ou les Prospérités du Bis présentera les séances de cette thématique.

Enfin, les films de notre thématique principale, « Les Singulières », mettront en scène des personnages de femmes indépendantes et surtout mûes par leur volonté et leurs motivations propres, et non en réaction au monde (monde d'hommes, cela va sans dire) qui les entoure. Der Fan, La Fille qui en Savait Trop, Black Moon de Louis Malle et Créatures Célestes de Peter Jackson (dans sa version longue, jamais montrée en salles en France) mettront ainsi les femmes à l'honneur.

Pour être complet, rappelons que Hallucinations Collectives, c'est aussi un festival « off », entre le 17 et le 22 mars. L'occasion d'investir d'autres lieux que le Comoedia, et d'autres disciplines que le cinéma.

Outre les séances à destination du jeune public (La Ferme des Animaux en séance scolaire et Le Fil de la Vie en partenariat avec la Mairie du 7ème arrondissement), Hallucinations Collectives se verra offrir une carte blanche par les Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-Américain au Zola (projection de Intacto le jeudi 17 mars) et le documentaire Mutantes : Punk Porn Feminism, de Virginie Despentes sera projeté le samedi 19 mars au Périscope.

Les « Hallucinations Auditives » feront leur retour avec la programmation des groupes Pratos (Lyon) et Les Tigres du Futur (Paris) le samedi 19 mars au Périscope ; Fanny Lalande lira des extraits de son récent roman, Délicieuse Enfant, accompagnée d'un trio musical le lundi 21 mars à la Taverne Gutenberg ; et le dessinateur lyonnais Jean-Michel Bertoyas exposera ses œuvres à partir du 22 mars au Comoedia.

La programmation est disponible sur le site www.hallucinations-collectives.com


Pierre Aimar
Jeudi 25 Février 2016
Lu 486 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 27










Inscription à la newsletter