Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Zanetto, de Pietro Mascagni et Abu Hassan, de Carl Maria von Weber au théâtre d'Herblay (95)

Véritable gageure que de créer pour la première fois un opéra jamais monté en Ile-de- France (et une seule fois auparavant en France).


Distribution

Iñaki Encina Oyón, direction musicale
Bérénice Collet, mise en scène
Christophe Ouvrard, scénographie et création costumes
Orchestre-Atelier OstinatO
Alexandre Ursini, création lumières
Frédéric Rubay, chef de chant

Distribution de l’opéra ZANETTO
Mariam Sarkissian, Zanetto
Maria Virginia Savastano, Silvia

Distribution de l’opéra ABU HASSAN
Sami Victor Dahhani, Abu Hassan
Claudia Galli, Fatima
Nika Guliashvili, Omar
Vincent Byrd Le Sage, le narrateur
Zanetto, scénographie de Christophe Ouvrard
Zanetto, scénographie de Christophe Ouvrard

Note de direction musicale

Zanetto
C’est avec le désir de surprendre et de procurer un moment d’évasion que je souhaite présenter cet opéra, méconnu du grand public. Ni cris, ni rage, ni excès dans cet opéra, simplement un lyrisme romantique constant entre deux personnages, dialogue dans lequel les choses non verbalisées ont presque plus d’importance que ce que l’on entend.
Pas de structure formelle, seulement un ou deux monologues pour chaque personnage, qui deviennent des airs complètement intégrés dans un discours de l’ordre de la déclamation, telle une mélodie qui n’en finirait jamais.
A l’occasion de sa création à Herblay, nous aurons le plaisir d’entendre la soprano Maria Virginia Savastano dans le rôle de la courtisane Silvia, et Mariam Sarkissian, mezzo-soprano, dans le rôle travesti de Zanetto. Ces deux jeunes artistes, dotées de voix d’une richesse surprenante, nous feront découvrir ce petit bijou lyrique caché dans l’ombre de Cavalleria Rusticana.

Abu Hassan
Couplé avec Zanetto, se jouera Abu Hassan, de Carl Maria von Weber (Singspiel en dix numéros liés par des dialogues).
Il s’agit d’une musique bien plus structurée, mais en même temps bien plus folle, pleine de cette magie inspirée des contes des Mille et une Nuits, dont le livret est tiré.
Dès l’ouverture, moment de virtuosité pour l’orchestre, le spectateur est plongé dans cette musique inspirée de l’Orient. L’on pense inévitablement à Mozart et à son enlèvement au sérail, ou au Turc en Italie de Rossini. Cette musique se trouve justement à cheval entre ces deux époques.
Même si un goût indéniablement Mozartien se dégage, les harmonies et l’orchestration nous parlent déjà de romantisme, avec des solos de violon et violoncelle accompagnant les airs, ou ce solo de clarinette ouvrant le deuxième air de Fatima en fa mineur, page merveilleuse, faussement dramatique, où elle pleure la perte de son Abu Hassan, qui se feint mort. Remarquable également le choeur des huissiers avec son «Geld, Geld, Geld !» (argent, argent, argent !). Quand on sait qu’à l’époque de la composition de cet opéra, Weber avait vingtquatre ans et était lui même, comme Abu Hassan et sa femme, envahi par les dettes, on imagine l’aplomb dont il faisait preuve. Iñaki Encina Oyón

Pratique

Théâtre Roger Barat
Place de la Halle
95220 Herblay

Représentations
- Mardi 21 mai à 20h - générale
- Jeudi 23 mai à 20h - scolaire
- Vendredi 24 mai à 14h et 15h - découverte
- Dimanche 26 mai à 16h - tout public
- Mardi 28 mai à 20h - tout public
- Jeudi 30 mai à 20h - scolaire
- Samedi 1er juin à 20h - tout public
- Lundi 3 juin à 20h - scolaire


Pierre Aimar
Lundi 11 Février 2013
Lu 624 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22










Inscription à la newsletter