Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Villa Flora, les temps enchantés, chefs-d’œuvre de la collection Arthur et Hedy Hahnloser au Musée Marmottan Monet, Paris, du 10 septembre 2015 au 7 février 2016

Manet, Renoir, Cézanne, Van Gogh, Bonnard, Vuillard, Vallotton, Matisse... Musée des collectionneurs par excellence, ou plus encore maison des collectionneurs, le musée Marmottan Monet présente, du 10 septembre 2015 au 7 février 2016, la prestigieuse collection du couple suisse Arthur et Hedy Hahnloser.


Vincent Van Gogh, Le Semeur, 1888. Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Winterthur, © Hahnloser/Jaeggli Stiftung
Vincent Van Gogh, Le Semeur, 1888. Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Winterthur, © Hahnloser/Jaeggli Stiftung
Pour la première fois en France, les fleurons de cet ensemble sont présentés. 75 chefs-d’œuvre de Pierre Bonnard, Paul Cézanne, Giovanni Giacometti, Ferdinand Hodler, Aristide Maillol, Édouard Manet, Henri-Charles Manguin, Pierre-Albert Marquet, Henri Matisse, Odilon Redon, Pierre-Auguste Renoir, Félix-Édouard Vallotton, Vincent van Gogh et Édouard Vuillard témoignent de l’histoire de ce couple porté par leur passion pour la peinture, le dessin et la sculpture.

Une vie pour l’art, une vie avec les artistes.
Tel fut le parcours du couple formé par Hedy Bühler et l’ophtalmologiste Arthur Hahnloser. Fidèle à la maxime d’Hedy « vivre selon notre temps », le couple suisse se tourne vers la création de son époque et réunit entre 1905 et 1936 les œuvres de nabis et de fauves. Sur le conseil de ces peintres, il acquiert d’importantes peintures par Édouard Manet, Pierre-Auguste Renoir, Paul Cézanne, Vincent Van Gogh ou Odilon Redon. Artistes et amateurs se lient vite d’amitié et se retrouvent régulièrement dans la résidence d’Arthur et Hedy à Winterthur, la Villa Flora. La maison du couple devient un lieu de rencontre, d’échanges et de création, un repère d’artistes.
Les portraits des Hahnloser ou les œuvres peintes à la Flora, qui témoignent de ce bonheur de vivre, forment le cœur de la collection familiale. En trente ans, les murs de la maison sont envahis de peintures. Chaque pièce, jusqu’à la salle d’eau où les toiles s’accumulent, accueille son lot d’œuvres d’art. La Villa Flora devient ainsi l’écrin d’un ensemble de chefs-d’œuvre dignes d’un musée.

Le parcours de l’exposition du musée Marmottan Monet offre une réunion de rares chefs-d’œuvre tels que La blanche et la noire (1913) et Le chapeau violet (1907) de Vallotton, Effet de glace (1909) et L’Embarcadère de Cannes (1934) de Bonnard, Le semeur (1888) de Van Gogh, Amazone (1883) de Manet, Portrait de l’artiste (1877-1878) de Cézanne, Nice, cahier noir (1918) de Matisse, La partie de dames à Amfréville (1906) de Vuillard et Les anémones (1912) de Redon. Organisé en sections monographiques, il retrace les rapports qui unirent les principaux artistes du tournant du XXe siècle à Arthur et Hedy Hahnloser. L’exposition raconte l’histoire unique d’un des couples les plus engagés et passionnés du début du siècle.

Un couple, une passion, une collection

Arthur et Hedy Hahnloser ont rassemblé, entre 1905 et 1936, une collection exceptionnelle, constituée pour l’essentiel de tableaux de Bonnard, Vallotton et Vuillard. Les œuvres de ces peintres forment pour ainsi dire une collection dans la collection. Des travaux majeurs d’Odilon Redon, Van Gogh, Cézanne et Renoir, mais aussi de Matisse, Manguin et Marquet définissent les limites chronologiques de cet ensemble. Pourtant, l’exposition du musée Marmottan Monet n’a pas pour seul objectif de mettre à l’honneur les œuvres elles-mêmes, montrées pour la première fois à Paris. Elle veut aussi présenter le couple suisse et l’écrin de leur collection à Winterthour, la Villa Flora, avec son atmosphère unique et son histoire mouvementée. Ancienne demeure de collectionneurs, le musée Marmottan Monet accueille donc une autre maison de collectionneurs, tandis que Monet, le grand représentant de l’impressionnisme, offre l’hospitalité aux artistes du post-impressionnisme.

C’est en 1898 qu’Hedy Bühler (1873-1952) entre en possession de la Villa Flora avec une partie de son héritage. Peu après son mariage, elle s’installe avec son époux Arthur Hahnloser (1870-1936) dans cette maison bourgeoise cossue, située en bordure de la vieille ville de Winterthour, qui abritera au fil du temps une collection grandissante. En 1907-1908, en colla-boration avec les architectes de Winterthour Robert Rittmeyer et Walter Furrer, le couple aménage un salon « sur mesure » qu’ils décorent dans les moindres détails selon leur goût. En 1916, Rittmeyer dessine un agréable jardin puis conçoit en 1926 pour la maison une vaste salle à éclairage zénithal.

Arthur et Hedy Hahnloser s’intéressent d’abord aux artistes suisses Giovanni Giacometti et Ferdinand Hodler et acquièrent – guidés par un flair infaillible – des perles de leur production d’alors. Par l’intermédiaire du peintre Félix Vallotton, qui vit à Paris et dont ils ont acheté des œuvres majeures dès 1908, ils se tournent bientôt vers la scène artistique de la capitale et s’enthousiasment en particulier pour le travail de Bonnard, mais aussi pour les tableaux de Vuillard et les sculptures de Maillol, prenant fait et cause pour le groupe des Nabis qui se considèrent comme les « prophètes d’une nouvelle peinture ». Les collectionneurs entre-tiennent des contacts étroits avec leurs amis artistes en qui ils trouvent aussi de précieux conseillers. Souvent, ils achètent directement les œuvres auprès d’eux, stimulés par la visite de leur atelier. Ils sont en outre de bons clients des grands galeristes et marchands d’art de leur temps, tels Eugène Druet et Ambroise Vollard. Arthur et Hedy Hahnloser s’efforcent tou-jours de rendre compte de l’environnement de leurs protégés par des œuvres importantes. C’est ainsi qu’entrent dans la collection des tableaux d’Henri Manguin et Albert Marquet, de Van Gogh et Paul Cézanne ou encore d’Odilon Redon, rejoints un peu plus tard par des tra-vaux d’Henri Matisse, pour lequel ils mettent su tout l’accent sur des petits formats.
En 1980, les descendants des collectionneurs créent une fondation, la Hahnloser/Jaeggli Stiftung, dans l’intention de conserver vivant l’héritage de leurs aïeux. Des dons insignes issus de cet héritage, comme le Semeur de Van Gogh ou La Blanche et la Noire de Vallotton, entrent dans les collections de la fondation et forment dès lors le noyau des expositions présentées au Museum Villa Flora entre 1995 et 2014.

La Villa Flora

Hedy Hahnloser-Bühler fut la première à se laisser séduire par la Villa Flora, située alors en bordure de la vieille ville de Winterthur, dans la Tösstalstrasse. Elle en fit l’acquisition en 1898 avec une partie de son héritage et y emménagea, jeune mariée, avec son époux, Arthur Hahnloser. La simplicité de la maison lui plaisait, car elle s’opposait de façon sympathique à l’exubérance des villas alors à la mode, avec leur style « petit château » et leur atmosphère souvent oppressante. Sa silhouette claire et sobre conférait à la Flora une différence libératrice. Hedy y découvrit très tôt des possibilités de transformations et un lieu où pourrait s’épanouir son tempérament créatif. Au fil des décennies, la maison d’artisan construite en 1846 fut métamorphosée par les architectes de Winterthur Robert Rittmeyer et Walter Furrer, qui firent de cette maison bourgeoise un écrin pour l’art en aménageant en 1908 le fameux salon, puis en 1926 une salle à éclairage zénithal, la Villa Flora forme, avec son jardin, également conçu par Rittmeyer en 1916, un ensemble exceptionnel où papiers peints réalisés à la main et peintures se complètent, car ils participent du même « esprit du temps ». Quelques photographies en noir et blanc extraites des archives rendent compte de l’atmosphère spécifique de la Villa Flora. On y voit la maison de l’extérieur, avec son architecture modulable : le sobre cube initial reçut en 1926 une galerie et une véranda, se muant ainsi en demeure de collectionneurs sans se départir de son caractère. D’autres nous conduisent dans le jardin, avec sa disposition géométrique encore conservée et entretenue de nos jours, qui culmine avec les deux grandes statues d’Aristide Maillol, l’Été (1910) et Pomone (1910).

Pratique

Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly
75016 Paris
www.marmottan.fr

Accès
Métro : La Muette – Ligne 9
RER : Boulainvilliers – Ligne C
Bus : 32, 63, 22, 52, P.C.
Jours et horaires d’ouverture
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Fermé le lundi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai
Tarifs
Plein tarif : 11 €
Tarif réduit : 6,50 €
Moins de 7 ans : gratuit
Réservation groupes
Christine Lecca : tél. 01 44 96 50 83
Service pédagogique
Manon Paineau : tél. 01 44 96 50 41



Pierre Aimar
Vendredi 24 Juillet 2015
Lu 374 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter