Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Viiite et Disgrâce de Michel Kelemenis à la Friche Belle de Mai (Marseille), le 18 mai 09. Par Philippe Oualid

Avec Viiite, Michel Kelemenis rend hommage à Déserts d'amour, une pièce de Dominique Bagouet qu'il avait dansée avec Catherine Legrand, en juillet 1984, au théâtre Grammont de Montpellier.
Se débarrassant de toute signification superflue, Bagouet faisait du corps du danseur un théâtre où se jouent les conflits du désir dans l'absence. Kelemenis choisit de les reconvoquer dans l'évanescence du geste avec la complicité d'une danseuse de sa compagnie, Caroline Blanc.


Viiite et Disgrâce de Michel Kelemenis

La danse est ici abordée comme un art d'écriture, avec des bras obstinément verticaux ou continuellement obliques, des corps penchés niant la verticalité, des bustes inclinés sur leur axe, une extrême vélocité des pieds, un dessin géométrique des bras et des jambes, des voltes fréquentes des poignets. Par ailleurs, dans l'occupation de l'espace, des écarts saugrenus succèdent aux diagonales les plus pures.
Tout le pas de deux se déroule dans une nuit obscure criblée d'éclairs où le danseur, tel l'Orphée de Cocteau se préparant à traverser les miroirs, offre à sa partenaire des gants qui lui permettront de le suivre dans sa quête désespérée vers une symbiose originelle.

La seconde pièce de la soirée, Disgrâce, ne traite pas comme on pouvait s'y attendre de la mauvaise grâce du danseur dans son maintien, mais plutôt de son infortune dès lors qu'il perd les bonnes grâces d'un puissant personnage. Le prologue sur le finale du Lac des Cygnes de Tchaïkovsky, et l'évocation de la noyade du Prince Siegfried, englouti dans la tempête provoquée par Rothbart, donne la mesure du malheur qui atteint le danseur amoureux métamorphosé en cygne (Tuomas Lahti). La composition électro-acoustique de Christian Zanési qui prend le relais permet alors de révéler un autre support visuel où ce qui fait signe relève d'un tout autre discours:celui de quelques lutteurs dans des poses sculpturales d'archers, de discoboles, ou de braqueurs, qui éprouvent, à intervalles réguliers, la capacité de résistance d'un de leurs camarades de travail, en détruisant sa pose et en le précipitant de force au sol. Toute élévation élégante, pirouette ou tour en l'air, si acrobatique fût-elle, est impitoyablement abattue, ruinée par une chaîne hostile de quatre corps qui font opposition (Olivier Clargé, Gildas Diquero, Bastien Lefèvre et Christian Ubl). Mais Disgrâce est aussi une pièce surprenante qui évoque une sorte de mésentente entre danseurs sur un prétexte aussi célèbre que La Mort du Cygne. Au spectateur de choisir son interprétation en fonction de sa culture !
Philippe Oualid

Pochainement en tournée. Site à consulter : www.kelemenis.fr


pierre aimar
Jeudi 4 Juin 2009
Lu 800 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément