Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Valence, Centre du patrimoine Arménien : Les damnés de la serre.

Ils sont près de 4 000 dans les Bouches-du-Rhône et environ 80 000 dans la région d’Almeria (Andalousie). Venus chaque année du Maghreb, d’Afrique ou d’Europe de l’Est, les saisonniers étrangers irriguent en main d’oeuvre les zones spécialisées en production de fruits et légumes. Munis d’un contrat … ou de leur seule force de travail, sur leurs bras repose la survie du complexe agro-industriel du sud de l’Europe.


Photographies de Yohanne Lamoulère au Centre du patrimoine Arménien

les damnés de la serre
les damnés de la serre
Avec l’exposition Les Damnés de la serre, aboutissement d’une enquête de plus de trois ans entre la France, le Maroc et l’Espagne, la photographe Yohanne Lamoulère nous entraîne à la rencontre de ces travailleurs invisibles, ces hommes et ces femmes dont le consommateur ignore bien souvent tout. Du Rif marocain à Berre-l’Étang, à Saint-Martin-de-Crau, à El Ejido ou Huelva, elle révèle un monde rejeté aux marges de la société ; elle rend compte de l’indignité du quotidien de ces ouvriers, que masque l’apparence irréprochable des légumes présentés sur nos marchés ; à travers leur histoire elle fait émerger la face cachée d’un système de production prospère, qui maintient ces saisonniers dans la précarité.

Installée à Marseille, Yohanne Lamoulère est diplômée de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles et fait partie du collectif Transit. Photographe documentariste, engagée dans le champ social, elle a orienté son travail vers une photographie d’auteur réaliste et sans fioriture, refusant l’égocentrisme esthétisant en vogue.

Établissement précurseur en Europe, le Centre du Patrimoine Arménien s’inscrit dans le réseau des lieux consacrés à l’histoire de l’immigration, en étant le premier à valoriser le parcours d’une communauté. Depuis une exposition permanente consacrée aux Arméniens de Valence, le Centre explore au fil de ses saisons les questions relatives aux diasporas, à l’exil, aux réfugiés, à l'intégration, l'apatridie ou la diversité culturelle, et n’a de cesse d’interroger le fait migratoire : pourquoi partir et pour aller où ? que représente l’émigration ? comment vivre et se construire dans le pays d’accueil ?
Après Une autre musique en 2006, traitant des camps de réfugiés palestiniens au Liban et Se reconstruire en exil en 2007, sur l’arrivée des Arméniens en France, l’exposition Les Damnés de la serre explore les enjeux et les chemins contemporains de la migration, à travers l’exemple méconnu des travailleurs saisonniers dans l’agriculture française.

Abonnez-vous à Sortir ici et ailleurs


laurence.vezirian@mairie-valence.fr
Mercredi 20 Février 2008
Lu 1675 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter