Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Une journée particulière, d’Ettore Scola et Ruggero Maccari, Théâtre Toursky, Marseille, le 14 novembre à 21 heures

Transposer un des chefs-d’œuvre du cinéma italien relevait du défi. Le pari est gagné.


© Karine Letellier
© Karine Letellier
Rome, le 8 mai 1938, Hitler rencontre Mussolini. Tous les Romains ont déserté leurs habitations pour aller assister à la cérémonie. Antonietta, femme au foyer, mère, épouse, est contrainte de rester à la maison pour s’occuper des tâches ménagères. Le hasard va lui faire rencontrer Gabriele, un homme aperçu par la fenêtre dans un appartement de l’autre côté de la cour. Intellectuel, cet esthète a été exclu de la radio nationale où il était présentateur parce qu’il était homosexuel. Il est menacé de déportation.

Antonietta et Gabriele vont d’abord s’affronter idéologiquement avant de se reconnaître dans leur commune et profonde solitude pour finalement vivre cette journée « très » particulière remplie d’émotion, de désir, de passion…

À sa sortie en 1977, le film d’Ettore Scola défraya la chronique, irritant les uns, apaisant les autres. Le cinéaste montrait deux laissés pour compte d’une société italienne affolée, tandis qu’Hitler serrait la main d’un Mussolini couronné Duce, adulé par une population exsangue, assoiffée de lendemains meilleurs. Des lendemains qui chanteront terriblement faux.
L’adaptation d’une journée particulière nous fait revivre la rencontre de deux oppressions, de deux personnages dont la liberté est compromise et qui vont se servir d’antidote l’un pour l’autre afin de combattre le poison du fascisme.
Sobre, simple et efficace, la mise en scène de Christophe Lidon encadre ce huis clos intense autour de ces deux marginaux.
Sur les planches, Corinne Touzet, campant une Antonietta bouleversante et Jérôme Anger, humain et raffiné, prennent avec brio le relais du couple mythique Sophia Loren et Marcello Mastroianni.
Avec un décor minimaliste, des effets visuels très réussis et un accompagnement musical parfait, la pièce contraste en permanence entre la violence d’un régime totalitaire et la douceur d’une rencontre émouvante. L’homophobie, l’extrémisme, le racisme, la misogynie et la peur qui régnaient à l’époque sont parfaitement traités.
Le public retient son souffle. Une journée particulière à partager.
Certes, le fascisme historique est mort en tant que régime, mais le fascisme psychologique, le fascisme qui impose la norme et condamne celui qui est différent est bien vivant. Ettore Scola

Pratique

Une journée particulière
D’Ettore Scola et Ruggero Maccari
Mise en scène et scénographie : Christophe Lidon
Adaptation pour le théâtre de Gigliola Fantoni
Texte français de Huguette Hatem
Vidéo : Léonard – Costumes : Chouchane Tcherpachian
Lumières : Marie-Hélène Pinon – Son : Michel Winogradoff
Avec : Corinne Touzet, Jérôme Anger, Huguette Cléry, Fabrice Michel.
Durée : 1H20
Tarifs de 22 à 34 euros
Réservations au 0 820 300 033
www.toursky.org


Pierre Aimar
Mercredi 22 Octobre 2014
Lu 59 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter