Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Unclose Me, les peintures de Rosy Lamb, Galerie Guido Romero Pierini, Paris, du 13 au 26 novembre 2015

Une américaine expose à Paris. Cette conjonction duelle ne serait rien si une dimension étrangement transatlantique ne résidait dans son œuvre.


Rosy Lamb, la mélodie du bonheur, huile sur plâtre sculpté, 75x123 cm, 2015 ©
Rosy Lamb, la mélodie du bonheur, huile sur plâtre sculpté, 75x123 cm, 2015 ©
Transatlantique dans une acception culturelle, pour une fois… Originaire de Nouvelle Angleterre, Rosy Lamb, peintre et sculpteur figuratif, semble la dépositaire d'une esthétique rare, encore nourrie au lait d’un puissant savoir-faire technique (artisanal oserait-on, si le terme autant que l’idée n’étaient tant récusés dans l’art contemporain) qu'elle traiterait, en enfant de l’Amérique, avec la liberté d'un pionnier déterminé à explorer avec ce dont il dispose.
Son prisme, sa technique, autant que sa narration, nous livrent un fruit atypique, noble bâtard de l'Amérique et de l'Europe.

Rosy Lamb peint des sujets nus et absorbés jusqu’à atteindre une dimension métaphysique. Exempt de religiosité, il se dégage pourtant de ce subtil accès à la chair une forme de piété. Peut-être parce que Rosy Lamb explore la profondeur avec l'assiduité d'un sacerdoce. En l’approchant dans l'atelier qui est un antre, l'on se figure que sa recherche, telle la quête d'un être de fiction fantastique, la laisse exsangue et qu'il ne reste probablement en elle presque rien à offrir à la vie du dehors, celle qui roule autour de nous et dans laquelle nous autres sommes pris. Ses peintures offrent une incursion dans un monde qui ne se laisse pas atteindre, fait rare s’il en est aujourd’hui. Observer ses œuvres donne le sentiment d'apercevoir une échappatoire par un interstice privilégié.

Il y a deux ans, la Galerie Guido Romero Pierini dévoilait le travail de cette artiste pour la première fois à Paris. Elle nous livre là ses œuvres les plus récentes, fruit d'une pérégrination artistique qui ne s’accorde aucun répit.

Pratique

Galerie Guido Romero Pierini
7 rue Bachaumont
75002 Paris - Montorgueil



Pierre Aimar
Lundi 19 Octobre 2015
Lu 301 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter