Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Un chef-d'œuvre inconnu : « La Pietà de Pourrières »

La mise à l'écart et l'oubli de cette Pietà semblaient irréversibles : on trouve à son propos quelques indications et une photographie en noir et blanc, dans les annexes, en page 205 du catalogue de La Peinture en Provence au XVI° siècle, (éd. Rivages 1987).


La Pietà de Pourrières (détail)
La Pietà de Pourrières (détail)
Cette peinture sur bois de chêne de moyen format, 88 x 125 cm, un assemblage de cinq planches verticales qu'on redécouvre dans l'église Saint Trophime de Pourrières, appartient à la première moitié de son siècle.
Pas de certitude quant à sa datation - autour des années 1540 / 1550 -, pas de signature, aucune fiche d'identité. On ne connaît pas son auteur, pas plus que ses commanditaires. On sait que pendant le XVI° siècle, au sein des carrefours et du creuset de la Provence, l'école flamande est prépondérante : ce qui vient d'Italie est moins déterminant. Dans ce triptyque, rien qui s'inspire directement de la lumière et des pratiques de la Méditerranée. Pour l'heure, si l'on a souci d'étayer une hypothèse, avancer le nom d'un artiste qui s'inscrirait dans la proximité du maître anversois Josse van Cleve, les archives sont muettes. Aucun prix-fait, pas le moindre indice ne peut renforcer l'analyse de ce tableau.

Suite aux démarches conduites par Jean de Gaspary - par ailleurs propriétaire du couvent des Minimes qu'il a remarquablement restauré - la municipalité de Pourrières a financé la restauration de ce tableau, avec l'aide de la Drac Provence/Alpes Côte d'Azur. Pendant de longues années - nul ne sait exactement depuis quand - cet "anonyme" était visible dans la sacristie de l'église paroissiale. Au début des années 1980, Jean de Gaspary avait obtenu qu'on l'accroche à gauche en entrant dans la nef, dans la partie ancienne de l'église : il était encrassé, difficilement déchiffrable.
Le tableau vient d'être confié au restaurateur Gilles Kelifa qui, depuis son atelier proche de la Vieille Charité de Marseille, a sauvegardé ses couleurs, sa scène et son décor. Autrefois encastrés dans deux linteaux de bois, ses panneaux de chêne sont encadrés par l'avignonnais Philippe Hazaël-Massieux. Le 20 septembre 2014, La Pieta de Pourrières a retrouvé l'église Saint-Trophime, un système d'alarme le protège.
[....]
Alain Paire


Pierre Aimar
Lundi 27 Octobre 2014
Lu 164 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter