Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Tobeen. Un poète du cubisme. Galerie des Beaux-Arts, Bordeaux, du 8 juin au 16 septembre 2012

L’oeuvre de Félix-Elie Bonnet dit Tobeen (Bordeaux 1880 – Saint-Valery-sur- Somme, 1938) est celle d’un peintre pétri de régionalisme qui enfourche les préceptes des avant-gardes.


Tobeen, La Nageuse, huile sur toile, collection particulière
Tobeen, La Nageuse, huile sur toile, collection particulière
D’origine bordelaise, né en 1880, il fait partie du cercle du collectionneur et mécène Gabriel Frizeau. Il gardera des liens d’amitié avec certains de ces intellectuels et artistes entourant l’esthète bordelais, comme le critique, tôt disparu, Olivier Hourcade et surtout André Lhote avec qui il partage très vite un grand intérêt pour le cubisme.
Il s’établit à Paris en 1907 et fréquente les artistes regroupés à Montparnasse, à la Ruche, où il trouve un premier atelier. Cette même année, Picasso devait peindre Les demoiselles d’Avignon et sonner le coup d’envoi du cubisme. Il est aussi un proche du cercle de Puteaux, côtoyant Jacques Villon, Metzinger, Gleizes et prêche, comme eux, pour un art dont le « sujet devenait le métier » (Jacques Villon).

Dès 1911, il expose à Paris, au Salon des Indépendants dans la salle des cubistes. Mais c’est en 1912 qu’il se fait remarquer, au Salon de la Section d’Or où il présente onze oeuvres en compagnie du groupe qui, sous l’impulsion de Picabia, déferle rue de La Boétie, Metzinger, Juan Gris, Gleizes, Marcel Duchamp, Marcoussis, Picabia, Fernand Léger, André Lhote ou encore Jacques Villon et Alexandra Exter. Son oeuvre la plus en vue est Les Pelotaris, déjà présentée au Salon des Indépendants de 1912 et acquise par le critique d’art Théodore Duret. Quant au critique du Mercure de France, Gustave Kahn, il juge le peintre « compréhensif, robuste, sculptural, dans ses Pelotaris ». Autre oeuvre remarquable, Le bassin dans le parc de 1913, acquise par Gabriel Frizeau et donnée au musée par son fils Jean en 1947. Tobeen pousse le cubisme jusqu’à l’abstraction, tout en suggérant, grâce à une touche légèrement mouchetée, les variations de lumière irisant un point d’eau. Guillaume Apollinaire, dans ses commentaires du Salon des Indépendants de 1913, note ses « efforts fervents vers le beau ». La même année, Tobeen est sélectionné avec trois oeuvres à l’Armory Show de New York, Chicago et Boston.

De cette phase cubiste, Tobeen conservera une vision synthétique de la nature qu’il appliquera aussi à la scène de genre et aux portraits. Il ne se départira pas de cette vision de constructeur, qu’il adoucit d’une touche mouchetée qui confère à ses oeuvres, notamment à ses bouquets, un aspect velouté captant la lumière dans une douce sensualité.

La fracture de la première Guerre mondiale entraîne, comme chez nombre de ses confrères, un abandon de l’avant-garde. L’adoption d’une figuration qui doit au cubisme une structuration de l’espace et une synthèse des formes maintient l’oeuvre de Tobeen dans la modernité.

L’impact de cette exposition rétrospective, la première consacrée à l’artiste, sera fort, tant auprès du public bordelais que des visiteurs extérieurs, par les thèmes mêmes que l’artiste aborde, notamment sa série consacrée au Pays Basque. Dans des gestes rituels, les pêcheurs ramènent le poisson, les femmes ravaudent les filets alors que dans le lointain brille le petit port de Socoa. Aucune mièvrerie dans cette peinture, mais une construction rigoureuse de rythmes géométriques que couleurs et matière harmonisent selon un songe intérieur. « La peinture doit être architectonique, décorative d’une surface sans recherche imitative, mais suggestive » écrit le peintre.
L’exposition Tobeen nous a été proposée par deux chercheurs néerlandais, Edo et Rosella Uber. Les Musées des Pays-Bas sont en effet riches en oeuvres de l’artiste qui, de son vivant même, a exposé tant à Amsterdam, Rotterdam qu’à La Haye.

L’exposition, présentée du 8 juin au 16 septembre 2012 à la galerie des Beaux-Arts se poursuivra à l’automne de cette même année au musée néerlandais Flehite à Amersfoort. Elle comprend une centaine d’oeuvres, paysages, portraits, scènes de genre, natures mortes et gravures sur bois. Ces oeuvres proviennent d’institutions publiques ou de collections particulières de France, des Pays-Bas et de Belgique.

Pratique

Galerie des Beaux-Arts
Place du Colonel Raynal
33 000 Bordeaux
Tél. : 33 (0)5 56 96 51 60
Fax : 33 (0)5 56 10 25 13
musbxa@mairie-bordeaux.fr

Le musée et la galerie sont ouverts tous les jours de 11 h à 18 h sauf les mardis et jours fériés.
Ouvert les 14 juillet et 15 août.
Visites commentées
Visite commentée tous les mercredis et samedis à 16 heures.
Tarif : entrée + 3 €

Tarifs
Expositions temporaires : 5 €.
Tarif réduit : 2,50 €


Pierre Aimar
Lundi 19 Mars 2012
Lu 1411 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter