Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Théâtre Onysos le furieux, au Théâtre de l'Anagramme, Lyon, les 27 et 29 janvier 2011

Sur une scène sombre et lugubre où règne une atmosphère pesante, une voie grave sortie d’on ne sait où se fait entendre. Là, assis sur le quai d’un métro à New York, un vieil homme sale, ridé et desséché est assis sur un banc en position foetale. Il s’adresse à un passant, un inconnu, à qui il va dérouler l’histoire de sa vie.


Stéphan Meynet est Onysos le furieux
Stéphan Meynet est Onysos le furieux
Ce vieillard vêtu de guenilles dit s’appeler Onysos. Mi-homme, mi-dieu, il prend la parole pour ne plus jamais la redonner, et entame un long récit. Il s’agit d’une épopée antique. De sa naissance dans les monts Zagros à la prise de Babylone, de sa fuite en Egypte à son arrivée dans la cité d’Ilion où il décide de combattre au côté des Troyens, il raconte une longue succession de pleurs et de cris, de jouissance, d’orgies et d’incendies. Le temps d’une nuit, sur ce quai anonyme, Onysos le gueux, le boueux, Onysos l’assoiffé fait à nouveau entendre sa voix puissante et se rappelle à la mémoire des hommes.
D’une énergie débordante, Stéphan Meynet met au service de la pièce sa violence corporelle, son ivresse et son enthousiasme communicatif et combatif. Au fur et à mesure qu’il raconte ses guerres, ses orgies, ses peines et ses joies, Onysos rajeunit. Il découvre au moment où il allait mourir que New-York est la ville digne de lui, et qu’il s’y sent bien. Il abandonne alors sa haine pour devenir amour parmi les hommes.
Le metteur en scène Nicolas Guépin a fait le choix d’une scène dépouillée, représentant le quai d’un métro à New-York, pour laisser le champ libre à la démesure d’Onysos le furieux.
Accompagné de sonorités urbaines et nocturnes pour recréer l’ambiance du métro new-yorkais la nuit, la puissance dégagée par le personnage d’Onysos profite de l’atmosphère pesante pour prendre toute sa dimension et submerger le public. Libre de laisser s’exprimer sa gestuelle violente, sa rugosité, sa voie retentissante, Onysos se tient face au public en tant qu’homme fait de chair et dépasse le stade de symbole.

Onysos le furieux
De Laurent GAUDE
Mise en scène de Nicolas GUEPIN
Avec Stéphan MEYNET
Par Broutille et Compagnie

Au Théâtre de l'Anagramme
Jeudi 27 et samedi 29 janvier à 20h30
27 rue Royale
69001 Lyon

Tarif plein : 8€
Tarif réduit : 5€
Réservations : 04 78 27 83 12


Pierre Aimar
Vendredi 21 Janvier 2011
Lu 809 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter