Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Tassin la Demi Lune, L'Atrium programme 2009/2010

L'Atrium
3, avenue des Cosmos (adresse postale)
35, avenue du 8 mai 1945 (entrée du public)
69160 Tassin la Demi-Lune
Billetterie : 04 78 34 70 07


Novembre

Samedi 14 novembre à 20h30
Messe Nelson, de Joseph Haydn
Camerata du Rhône
En partenariat avec l’Ecole de Musique de Tassin la Demi-Lune.


En décentralisation à l’Eglise Saint-Joseph,
2 bis, avenue de la République
Deux compositeurs viennois séparés de cent ans
La Camerata du Rhône, ensemble à cordes habitué de L'Atrium, présente cette année deux œuvres ambitieuses.
En ouverture, découvrez La nuit transfigurée d'Arnold Schönberg. Ecrite en 1899 bien avant la période dodécaphonique du compositeur, cette pièce aux accents de romantisme tardif, subit principalement l’influence de Brahms et de Wagner.
Puis, la Camerata s'attaquera à la Messe Nelson de Joseph Haydn. Comme les cinq autres messes de Haydn, elle exploite tous les modes d’expression que le compositeur a utilisés au cours de sa carrière : éléments baroques concertants et un style vocal nouveau fait de contrastes continus. Ecrite en 1798, elle doit son surnom à sa dédicace à l’Amiral Nelson qui vient de remporter la victoire d’Aboukir contre Napoléon, alors que les monarchies européennes tremblent devant l’avance des armées révolutionnaires. Quand il apprend la nouvelle, Haydn modifie profondément la fin de sa messe pour lui donner cet élan jubilatoire comme un cri de victoire.

Orchestre : Camerata du Rhône > Direction : Jean-Michel Blanchon

Jeudi 26 novembre à 20h30
THEATRE
Franchise postale, détournement de courrier
Pierre Richard

Cher Pierre Richard…
La vie d'artiste n'est pas de tout repos. Et la boîte aux lettres se charge, tous les matins, de le rappeler : des lettres, venues de toute part, ensevelissent le petit habitacle de notre cher Pierre Richard. Les déclarations s'enchaînent, de la plus touchante à la plus farfelue.
Ainsi, le temps d'un spectacle, le grand blond, seul en scène, accompagné de Christophe Defays, son fils, à la contrebasse, répond à une quinzaine de ces lettres, écrites par son ami Christophe Duthuron, postées par des correspondants imaginaires.
Ce personnage inimitable répond de façon toute aussi inimitable à des distraits, voyants, astronautes, à des associations quémandant son soutien, à des apprentis metteurs en scène qui lui soumettent leur scénario, des demandes de sponsoring, des fans, les inévitables dépressifs et même quelques blondes.
A travers ses réponses, l'acteur se dessine, confie ses doutes et ses remises en question : il raconte sa célébrité, sa vision de la société, et finalement de la vie.

Avec : Pierre Richard, Christophe Defays (contrebasse) > Mise en scène : Christophe Duthuron > Lumière : Carlo Varini > Décor :Bernard Fau > Texte : Pierre Richard, Christophe Duthuron
Coproduction : Alphonse Production, Fidéline Films, Happening Création et les Pro’Jacteurs

Janvier

Vendredi 8 janvier à 20h30
DANSE CONTEMPORAINE
Et si…
Le grand jeté ! Cie Frédéric Cellé
Hommes femmes, mode d'emploi

Et si… s’offre comme une magnifique incantation au couple, une histoire simple d’homme et de femme au crépuscule de leur vie. De leur relation imparfaite naissent de multiples questions : celles qui, inlassablement formulées, les amènent au bout d’eux-mêmes dans ce qu’ils ont de plus universellement humain. Parmi elle, une seule émerge : "Et si c’était à refaire ?". Se compose alors dans cette transaction intime un nouveau langage bizarrement beau, un peu d’elle et de lui, au plus proche de leurs différentes et tangibles réalités. Duo tendre et violent de corps en gestation d’eux-mêmes. Et si… nous prend, nous surprend et nous rapproche de nos émotions mises en jachère, de tout ce qu’on n’a jamais su se dire. Un duo qui laisse au coin du cœur une petite friche qui ne demande qu’à être cultivée.
Avec : Loriane Wagner et Piet Defrancq > Chorégraphie : Frédéric Cellé > Assistante à la chorégraphie : Pauline Maluski > Musique : Eric Aldéa, Ivan Chiossone > Costumes : Béatrice Vermande > Lumières : Jérôme Tournayre > Scénographie : Amandine Fonfrede

Coproductions : L’arc - Scène nationale du Creusot, CCN de Nantes – C. Brumachon et B. Lamarche
Avec le soutien de : L’Abreuvoir de Salives, Croiseur de Lyon, Cie Propos, Centre Culturel de Saint Genis Laval

Mars

Mardi 16 mars à 14h30 et 20h30
CINE-CONCERT
Dans le cadre de la Biennale Musiques en Scène (BMES)
Dans l’ombre de Norman McLaren
Trio de Bubar
Création 2009

Le maître de l'animation mis en musique
Le Trio de Bubar collabore à nouveau avec L'Atrium dans le cadre de la Biennale Musiques en Scène. Il construit cette fois sa création autour d'un des grands maîtres du cinéma d’animation mondial : Norman McLaren. Prouesses techniques, expérimentations, son œuvre regorge de trouvailles étonnantes dans lesquelles dominent l’humour et la poésie.
Plus qu’un simple ciné-concert, ce spectacle met en espace les musiciens au sein d'une structure scénique modulable sur laquelle les films sont projetés, permettant ainsi plusieurs surfaces d’écrans. Les membres du Trio de Bubar font vivre des objets insolites en les détournant de leur usage habituel. Ils proposent un véritable échange entre leur horizon sonore et l'œuvre animée, souvent drôle et parfois effrayante.
Sublimée par une création lumière féerique, la scène de L'Atrium vous convie à un voyage onirique dans lequel les sons et les images se répondent.

Avec : Claudio Bettinelli, Maxime Echardour, Roméo Monteiro > Projection vidéo : Jérôme Biarrat > Assistant scénographique : Stéphane Derbékian > Lumières : Marie Boëthas
Coproduction : Festival FIME, L’Atrium de Tassin La Demi-Lune. Avec le soutien de : DRAC Rhône-Alpes

Avril

Vendredi 30 avril à 20h30
MARIONNETTES
Les embiernes commencent…
Cie Emilie Valantin
Franc-parler lyonnais

La marionnette lyonnaise a fêté ses deux cents ans en 2008. Né pendant la révolution des mains de Laurent Mourguet, Guignol le canut s’illustre par son esprit satirique. On retrouve dans le spectacle d'Emilie Valantin les principaux protagonistes : Gnafron, Madelon, Cadet, le notaire, la concierge, le Parisien et surtout… le propriétaire ! Car notre pantin est toujours fauché, d’où ses inépuisables déboires et de nombreuses em…biernes. Le castelet original, sans toit, laisse voir un superbe décor recto-verso de façades et d’intérieurs lyonnais, notamment la célèbre cour des Voraces, lieu de la révolte du même nom.
La Compagnie Emilie Valantin (ancien Théâtre du Fust), spécialisée dans les marionnettes, a développé une notoriété internationale. Cette pièce a été très appréciée par le public du Théâtre des Célestins en 2007 et 2008.

"L’ensemble est enlevé par la justesse de jeu des comédiens-marionnettistes, et par le sens de la satire et l’art du détail d’Emilie Valantin, qui s’inscrit dans la tradition, tout en procédant à une série de décalages subtils. […] [Les marionnettes] donnent le ton d’un spectacle qui, passant Guignol au crible d’une véritable réflexion esthétique et politique, a l’élégance de fonctionner à plusieurs niveaux. Un régal."
Le Monde

Avec : Jean Sclavis, Franck Adrien, Gaston Richard, Pierre Saphores, Emilie Valantin, Elie Granger (piano) > Mise en scène : Emilie Valantin > Lumières : Gilles Richard > Réalisation marionnettes et accessoires : Emilie Valantin, Atelier du Théâtre du Fust (François Morinière, assisté d’Elodie Maire, Lola Rozé, Isabelle Schaller, Ellen Verveen) > Décor : Jean-Luc Maire, Elodie Maire > Régie : Gilles Drouhard

Production : Compagnie Emilie Valantin
Avec le soutien de la Ville de Lyon, dans le cadre du bicentenaire de Guignol

Mai

Mardi 18 mai à 20h30
DANSE CONTEMPORAINE
… a fait un long voyage, sextet d'homme
Le grand jeté ! Cie Frédéric Cellé
Création 2010

Etre ici ou ailleurs, je voudrais juste danser sur les toits, sur les toits, sur les toits…
Cinq danseurs, un comédien et deux musiciens embarquent pour un voyage au cœur d’un homme.
Le héros, seul, entre deux mondes, cherche à comprendre pourquoi il en est là. A la portée du sol, il s’égare dans la foule, se fond dans la masse, étouffe. A la mesure de l’ange, il se sent ivre, attiré par les étoiles. Entre ciel et terre, rêve et réalité, tout est question d’équilibre. Il va écrire six lettres, chacune retraçant une part de sa vie, ses errances. Il écrit pour évoquer sa jeunesse, sa fougue, ses désirs… Six lettres, une pour chaque danseur, la dernière est pour lui.

Dans une ambiance dynamique et rock, les danseurs incarnent l’errance, qui tantôt fascine, tantôt intrigue. Ils révèlent les fragments d’un voyage immobile et la détresse d’un homme qui se perd.

… a fait un long voyage est la fin du monde d’un homme enfermé dans sa tête, pris au piège par ses souvenirs, comme peut l’être le Don Quichotte de Miguel de Cervantes ou le Willy Protagoras de Wajdi Mouawad.
Avec : Gérald Robert-Tissot, Frédéric Cellé, Piet Defrancq, (en cours) > Chorégraphie : Frédéric Cellé > Assistante chorégraphe : Solange Cheloudiakoff >Textes : Eddy Pallaro > Dramaturge : Catherine Ailloud-Nicolas > Musique : Hervé Rigaud > Scénographie : Amandine Fonfrede > Costumes : Béatrice Vermande > Régie générale, lumières : Thomas Chazalon

Coproduction : L’arc Scène nationale du Creusot, L'Atrium de Tassin la Demi-Lune, (en cours)
Avec le soutien de : l’Alliance Française de Portoviejo en Equateur, le Coléo à Pontcharra,


pierre aimar
Dimanche 18 Octobre 2009
Lu 986 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81










Inscription à la newsletter