Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Sport Fiction par le BNM, Esplanade de la gare Saint-Charles, Marseille, 10 et 11 Mai 2013, par Philippe Oualid

La dernière création de Frédéric Flamand, assisté de Katharina Christl et de Endo Yasuyuki, pour le BNM, a été présentée gratuitement au public marseillais sur l'esplanade de la gare Saint-Charles, à l'occasion du printemps des Arts de la Rue, dans le cadre de MP13, Capitale européenne de la Culture.


Sport Fiction qui se joue sur une vaste structure métallique de dix-sept mètres de long, surmontée d'un écran translucide panoramique (scénographie de Rafaël Magrou), s'emploie à célébrer ou à tourner en dérision un certain nombre d'activités sportives inscrites au programme des Jeux Olympiques depuis la fin du XIXe siècle, à partir d'un montage d'archives cinématographiques qui accompagnent une douzaine de tableaux chorégraphiques drôles ou critiques selon l'optique choisie pour interroger les rapports entre sport, danse et image, en fonction de la gestuelle.

Pendant une heure, sous les films d' Eadweard Muybridge et d'Etienne-Jules Marey (inventeurs de dispositifs permettant de décomposer le mouvement au ralenti), de Buster Keaton, d'actualités télévisées d'épreuves sportives, ou d'hologrammes produits par des faisceaux laser, les vingt-cinq danseurs du BNM s'emploient à mimer les principaux mouvements qui correspondent aux activités sportives qu'ils reproduisent parfois mécaniquement, mais le plus souvent avec élégance et humour : saut à la perche, lancer de disque, course avec saut d'obstacles, fleuret, aviron, football, rugby, boxe, tennis, natation, cyclisme, entrecoupées de parenthèses ironiques sur le stress des golden boys ou le dopage, constituent les différents moments de cette histoire fragmentée du sport du XXème siècle, sans autre fil conducteur que celui de nous montrer des êtres jeunes et facétieux, rayonnants de santé, déployant leur énergie et leur force dans un stade. On a ainsi le plaisir de retrouver dans tous ces tableaux, les meilleurs danseurs de la compagnie au mieux de leur forme : Thibault Amanieu, Angelo Vergari, David Cahier, Nahimana Vandenbusche, Benjamin Gouin et Ali Selimi.

Enfin un final d'hommage aux supporters de l'OM qui ressemble à un défilé de Carnaval de Rio en costumes symboliques délirants, sur des airs de sambas, termine cet agréable spectacle pour la plus grande joie des enfants et des parents venus en foule des vieux quartiers du Centre-Ville pour assister à la représentation d'un « Ballet descendu de son piédestal », comme se plait à le déclarer Frédéric Flamand.
Philippe Oualid


Pierre Aimar
Samedi 11 Mai 2013
Lu 129 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18










Inscription à la newsletter