Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Savoie - Maurienne : Les Arts Jaillissants 2015 : un final en apothéose et des projets

Dans un cadre naturel somptueux, entre Grand Arc et Lauzière, près de 1 500 spectateurs ont fréquenté en juillet l’un des plus petits villages de Savoie peuplé de quelques dizaines d’habitants !


A l'issue du concert de samedi, les enfants ont couvert de fleurs les artistes du jeune Quatuor Akilone © DR
A l'issue du concert de samedi, les enfants ont couvert de fleurs les artistes du jeune Quatuor Akilone © DR
Des artistes de renom international ont ébloui le public. Après un quart de siècle de succès, les présidents fondateurs des Arts Jaillissants veulent désormais faire du festival un outil capable de développer la société et l’économie de la contrée.

Le dernier week-end des Arts Jaillissants a tenu toutes ses promesses.

Dans le cadre d’une collaboration fructueuse avec le Festival des Arcs, Bernard et Jean-Marc Villermet avaient programmé le Quatuor Akilone sous les voûtes de l’église St Barthélemy. Une belle rencontre avec quatre musiciennes aux personnalités aussi éclectiques que pétillantes.
Fondé en 2011 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, cet ensemble est membre de l’European Chamber Music Academy depuis 2013. Le public est venu de toute la Maurienne, des deux départements savoyards, de l’Isère et du Rhône, pour se joindre aux villageois de Montsapey et aux vacanciers présents dans la région.
Les jeunes interprètes du Quatuor Akilone ont reçu une ovation après avoir entrainé l’auditoire sur les traces de Haydn, Mozart et Ravel à l’occasion d’un bel hommage à Gabriel Fauré.

Le lendemain, l’église de Montsapey était comble pour accueillir cette fois-ci l’Ensemble Correspondances placé sous la direction de Sébastien Daucé : la vingtaine d’artistes présents sur la scène du festival a reçu un véritable triomphe en interprétant les « Litanies de la Vierge » de Marc-Antoine Charpentier.
Après une « standing ovation », toujours debout, le public a constitué une véritable haie d’honneur pour accompagner les artistes quittant la salle de concert. La soirée s’est prolongée par de nombreux échanges et une séances de dédicaces sous la tente du festival. Les fondateurs des Arts Jaillissants ont été heureux de faire entendre ce programme en Savoie, avec une formation qui se produit en 2015, entre autre, à l’Opéra Royal de Versailles, à l’Auditorium du Louvre, au Wigmore Hall de Londres, mais aussi à la Chaise Dieu, Bruges, Ambronay… dans le cadre d’une remarquable tournée européenne.

Démocratiser la Culture et aménager la montagne

Tout en programmant déjà la 24e édition du festival prévue en juillet 2016, le président et le vice-président des Arts Jaillissants ont rappelé que l’ambition première de la structure qu’ils ont créée était avant tout de « contribuer au développement de la vie communautaire locale » (art. 2 – statuts de 1993). Il s’agit donc de mettre un frein à la déprise rurale et au vieillissement préoccupant de la population dans cette zone de montagne pourtant éblouissante.

En assurant la promotion du câble, un téléphérique entre Randens et Montsapey voulu par les élus dès 1947, il s’agit de repenser l’exploitation agricole en zone d’altitude – notamment à travers la création d’une ferme pédagogique -, tout en accueillant des jeunes lors de classes de découvertes avec leurs enseignants et des séminaires pour les plus âgés. Culture et agropastoralisme ne sont pas éloignés, bien au contraire, et constituent l’un comme l’autre des moyens d’accès à la connaissance dans un cadre privilégié. Après avoir impulsé la rénovation de l’église St Barthélémy il y a plus de vingt ans tout en organisant des randonnées-concerts et goûters à la ferme, Bernard et Jean-Marc Villermet portent ce projet ambitieux auprès des élus afin de repeupler et redynamiser un espace montagnard en souffrance. Il s’agit aussi de faire en sorte que les visiteurs nombreux de la montagne puissent laisser des traces tangibles pour faire vivre le territoire toute l’année, ce qui n’est guère le cas aujourd’hui. Le projet porté par les jumeaux fondateurs des Arts Jaillissants vise à dynamiser l’ensemble des Portes de la Maurienne dans le cadre d’un aménagement concerté.


Pierre Aimar
Lundi 27 Juillet 2015
Lu 188 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 78





Inscription à la newsletter