Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Salon du Dessin, Palais de la Bourse, Paris, du 31 mars au 4 avril 2011

Véritable référence dans son domaine, le Salon du dessin, créé en 1991 à l’initiative de quelques marchands, attire chaque année les plus grands collectionneurs français et étrangers ainsi que les conservateurs des musées du monde entier. En 20 ans, le Salon du dessin a fait de Paris à cette période de l’année, la capitale du dessin, dont le salon, au Palais de la Bourse, est le centre névralgique.


Simon Vouet (1590-1649) Etude pour une figure d’Endymion Pierre noire et rehauts de craie blanche sur papier crème © Musées de la Ville de Rouen, Catherine Lancien et Carole Loisel
Simon Vouet (1590-1649) Etude pour une figure d’Endymion Pierre noire et rehauts de craie blanche sur papier crème © Musées de la Ville de Rouen, Catherine Lancien et Carole Loisel
Les galeries qui y participent, sélectionnées avec soin parmi les plus sérieuses et reconnues dans cette spécialité, présentent un choix de dessins anciens, modernes et contemporains, attendu avec impatience par tous les connaisseurs et amoureux d’oeuvres sur papier. Il y a une trentaine d’années de nombreux salons généralistes ont vu le jour. Un de leurs objectifs était de contrer la montée en puissance des maisons de vente.
Aujourd’hui, ces salons ont tendance à perdre de leur dynamisme tandis que des salons plus spécialisés, comme le Salon du dessin, reconnu comme le meilleur salon de spécialité au monde, affichent, eux, une excellente santé. Dans un salon dédié à une spécialité aussi exigeante que le dessin, le collectionneur se sent en effet accompagné, rassuré, conseillé dans un domaine où l’expertise est difficile et primordiale. Le Salon du dessin est en cela précurseur.

Cet événement d’envergure internationale, véritable locomotive pour le marché de l’art, au même titre que la Biennale des Antiquaires de Paris ou la Tefaf de Maastricht a la particularité de drainer autour de lui autant les acheteurs que les chercheurs. Le Salon du dessin n’est pas seulement un événement majeur du marché de l’art, il est aussi le lieu où se font des découvertes et où l’histoire de l’art progresse. Experts, conservateurs, chercheurs ou amateurs s’y croisent, échangent leurs connaissances, et ont ainsi l’occasion de découvrir plus de 1000 dessins de la Renaissance à nos jours.

Président du Salon du dessin depuis 1998, Hervé Aaron est heureux de pouvoir en fêter le vingtième anniversaire: « Peu de salons sont amenés à s’ancrer ainsi dans le temps et nous sommes fiers de relever ce défi. Notre salon est devenu le rendez-vous incontournable des amateurs de dessins de tous bords. Par sa spécificité, il est devenu essentiel au marché parisien mais aussi international. Nous devons, pour réussir à convaincre de nouveaux collectionneurs, leur offrir un lieu chaleureux où ils pourront s’instruire autant que se faire plaisir, leur apporter un choix prestigieux et de qualité, en quelques mots, faire valoir notre savoir-faire. Dans un marché de l’art toujours plus compétitif, nous avons également pris le parti de moderniser le visuel du Salon du dessin en changeant de graphiste. Michal Batory, auquel le musée des Arts Décoratifs consacre une exposition en Janvier prochain, a choisi de représenter la main d’un dessinateur dans un instant de réflexion, moment poursuivi par l’oeil de l’amateur au Salon du dessin ».

Quoi de neuf en 2011 ?

Cette année, le Salon du dessin accueille 39 galeries – 21 françaises et 18 étrangères – choisies avec rigueur par un comité de marchands parisiens à l’origine de la création du salon. Trois nouvelles galeries viennent enrichir cette édition 2011 : les galeries françaises Applicat-Prazan et Les Enluminures et la galerie new-yorkaise de David Nolan. Sur les 39 galeries présentées, 4 sont uniquement axées sur l’art contemporain : Karsten Greve, Thaddaeus Ropac, Galerie de France et David Nolan Gallery.

Dans le décor exceptionnel du Palais Brongniart, du 30 mars au 4 avril, les plus belles feuilles des écoles française, italienne, anglaise ou nordique, du XIIIe siècle à nos jours, seront offertes à la curiosité du public. Une occasion unique, de balayer, en une visite toute l’histoire de l’art.

Ainsi la 20e édition sera marquée par des oeuvres d’artistes prestigieux aussi différents que Serge Poliakoff ou Hans Hartung (Applicat-Prazan), Eugène Delacroix à la galerie Talabardon & Gautier également présenté par la Galerie Thierry Normand via une suite de cinq dessins d’après Les Caprices de Goya, une détrempe et feuille d’or sur parchemin du XIIIe siècle (Les Enluminures), Henri Matisse à la galerie David Lévy, Sandra Vasquez de la Horra, lauréate 2009 du Prix de dessin contemporain Daniel et Florence Guerlain (David Nolan Gallery), Paul Signac et Pierre Bonnard (Galerie Aittouares), Jean Arp (Galerie Antoine Laurentin), Jean-Baptiste Oudry (Arnoldie Livie), un dessin à l’encre de Chine de Zao Wou-Ki (Galerie Berès), une large place faite à l’artiste Marcel Gromaire par la Galerie de La Présidence qui publiera pour l’occasion le catalogue raisonné de l’artiste, Jean-Auguste-Dominique Ingres que l’on retrouve à la fois chez Eric Coatalem et à la galerie Paul Prouté, Louise Bourgeois fidèlement présentée par la galerie Karsten Greve, des dessins d’Andy Warhol du début des années 50 (Galerie Thaddeus Ropac), Pierre-Auguste Renoir chez Stephen Ongpin Fine Art ou encore un fusain à l’estampe d’Edgar Degas à découvrir sur le stand de W.M. Brady & Co.

On retrouve un espace consacré à une collection spécifique. Cette fois, il ne s’agira pas d’une collection privée mais d’un florilège de dessins provenant du Cabinet d’arts graphiques du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Plusieurs de ces feuilles proviennent du fonds Henri Baderou, grand connaisseur et marchand passionné qui a offert au musée en 1975 plus de cinq mille dessins.
Cet événement vient renforcer le lien qui existe entre le Salon du dessin et les musées partenaires de la Semaine du dessin, et inaugure une collaboration nouvelle avec la Réunion des conservateurs de collections publiques d’arts graphiques en France.

Pratique

Palais de la Bourse
Place de la Bourse
75002 Paris
(métro Bourse – parking sous la Bourse)
du mercredi 30 mars au lundi 4 avril 2011
(vernissage le mardi 29 mars de 16h à 22h30)
Horaires : 12h à 20h30
Fermeture le lundi 4 avril à 20h00
www.salondudessin.com


Pierre Aimar
Jeudi 24 Mars 2011
Lu 779 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter